Décryptage

Colère agricole : posons un diagnostic juste pour proposer des solutions efficaces !

Publié le 25 janvier 2024 , mis à jour le 20 février 2024

Restez informés

Chaque mois, recevez l’essentiel de la FNH : découvrez notre impact positif sur la nature et l’Homme et comment agir avec nous !

Depuis mi-janvier, de nombreux agriculteurs manifestent leur colère et leur désarroi en France et en Europe. Certains n’hésitent pas à pointer les normes environnementales françaises et européennes, comme source principale de la colère agricole. Face au déluge d’informations dont nous sommes submergés, la Fondation vous propose un décryptage de cette crise, de ses causes profondes et des solutions que nous défendons pour sortir l'agriculture de l’impasse. 

 

5 questions pour comprendre

Colère des agriculteurs : comment sortir de l'impasse ?

Je télécharge le livre blanc (format pdf - 3 Mo)

Les normes environnementales ne sont pas la source de la détresse économique des agriculteurs

Face aux difficultés de nombreux agriculteurs (18 % des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté), il y a urgence à sortir des postures pour proposer des solutions qui impacteront réellement leurs conditions de vie. 
 
En effet, le mouvement de colère en France n’a pas été déclenché par une nouvelle politique publique environnementale comme c’est le cas aux Pays-Bas ou en Allemagne. Les positions européennes et françaises sur le glyphosate notamment vont plutôt dans le sens d’un recul des exigences sur ce sujet.
 
Par ailleurs, au niveau européen, le Pacte Vert de l’UE et son volet agricole, la stratégie de la ferme à la table, peinent à être mis en œuvre depuis plusieurs mois et plusieurs règlements sont au point mort législatif, notamment sur le bien-être animal ou l’usage des pesticides.  Malgré un nouveau cycle pour la Politique Agricole Commune, et de maigres dispositions environnementales, des dérogations sur ces dernières, notamment sur les jachères (qui représentent moins de 1% de la surface agricole française), sont accordées depuis deux ans. 
Or si l’on souhaite, comme c’est notre cas à la Fondation, que les agriculteurs vivent dignement de leur métier et puissent s’engager massivement dans la transition qui atténuera le changement climatique et les rendra plus résilients, poser le bon diagnostic semble un préalable indispensable.
 

Colère agricole: la première des batailles est celle des revenus !



En 2018, 10% des agriculteurs touchaient, en France, moins de 800 euros par mois. Pourquoi les agriculteurs n’arrivent pas à se rémunérer correctement ? 
  • Une augmentation des coûts de production de 30 % ces trois dernières années. Ces coûts sont liés aux prix de l’énergie, des engrais de synthèse, des phytosanitaires, du pétrole, dont l’agriculture conventionnelle dépend fortement.
  • Un partage de la valeur inéquitable dans les filières agricoles : sur une brique de lait, la part reçue par un éleveur a baissé de 4% entre 2001 et 2022 alors que celle des entreprises agroalimentaires a augmenté de 64% et de 188% pour la grande distribution.
  • Les conséquences du changement climatique qui se traduisent directement en perte de revenus : sécheresses qui pénalisent fortement les prairies et cultures, la maladie hémorragique épizootique, les inondations, etc.
  • Les accords de libre-échange, négociés parfois depuis plusieurs dizaines d’années (comme l'accord UE-Mercosur), mettent sous pression les agriculteurs du fait d’une concurrence déloyale, en particulier quand ils sont signés avec des pays ne respectant pas les mêmes normes environnementales ou sanitaires que nous. Ces accords accentuent l’incompréhension et le désarroi dans le milieu agricole. 
Plus largement, un grand manque de cohérence entre objectifs environnementaux, aides publiques, et accords de libre-échange, qui crée des injonctions contradictoires pour les agriculteurs, et nourrit un sentiment d’injustice.
 
 

Face à cette crise agricole, que propose la Fondation ?

1 / Assurer aux agriculteurs des revenus dignes et cohérents avec les impératifs environnementaux. Parmi nos propositions : 

  • Fixer un prix plancher des matières premières agricoles et encadrer les marges des acteurs de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution.
  • Inclure les agriculteurs dans l’ensemble du processus de négociations commerciales pour leur permettre de sécuriser une meilleure rémunération dans le temps qui couvre les coûts de production et leur permette d’investir dans la transition agroécologique (contrats tripartites entre agriculteurs, entreprises agroalimentaires et grande distribution avec des garanties socio-économiques et environnementales). 
  • Mettre en œuvre des mesures de réciprocité, ou mesures miroirs, pour s’assurer que les denrées agricoles importées par l’UE respectent les mêmes normes environnementales et sanitaires que celles imposées aux agriculteurs européens.

2/ Accompagner la transition agroécologique des agriculteurs pour leur permettre de réduire leurs coûts de production et d’être plus résilients face au changement climatique. 

  • Refondre progressivement les aides de la PAC vers plus d’équité entre agriculteurs, plus d’accompagnement vers l’agroécologique et de la valorisation des pratiques vertueuses.
  • Soutenir davantage les agriculteurs biologiques en crise par des aides d’urgence et contribuer à la structuration de débouchés par une politique alimentaire ambitieuse.
  • Maintenir les exigences du plan Ecophyto et du Pacte Vert européen en matière de réduction d’usage des pesticides pour garantir à la fois la résilience de l’agriculture, la protection de la santé des agriculteurs, des consommateurs et de la biodiversité. 
Alors que 50% des agriculteurs seront à la retraite d’ici dix ans et que le renouvellement des générations peine à se faire, il est temps de dépasser les postures et les clivages pour faire de la nécessaire transition écologique une chance pour les agriculteurs et les éleveurs.
 
 

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Éleveurs et consommateurs, grands perdants de la hausse des prix des produits laitiers
Pourquoi ne faut-il pas ratifier l’accord UE-MERCOSUR en l’état ?
Agriculture bio : quels débouchés pour sauver la filière ?

Pour les agriculteurs, la planète et nous

Je dis NON à l’importation d’aliments produits

selon des pratiques interdites en Europe.