Défendre une agriculture sans pesticides
Programme
Défendre une agriculture sans pesticides
Publié le 17 mai 2023, mis à jour le 12 février 2024
En France et dans le monde, le modèle agricole intensif, basé sur un usage croissant de pesticides de synthèse, n’a cessé de se développer.
Ce modèle est né après la seconde guerre mondiale avec la volonté de moderniser l’agriculture pour atteindre l’autonomie alimentaire de l’Europe. Ce modèle agricole émet par ailleurs beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre

Malheureusement, les limites de ce modèle ont depuis été largement démontrées. Alors que 80 % de notre production alimentaire dépend directement des insectes pollinisateurs, l’agriculture intensive constitue la cause majeure de leur déclin.

Ce secteur représente près de 20% des émissions de gaz à effet de serre en France, engendre une importante pollution des eaux, des sols et impacte la santé humaine, à commencer par celle des agriculteurs … Cerise sur le gâteau, ce modèle ne permet même pas à la grande majorité des travailleurs de la terre de vivre correctement de leur métier !

Une double peine écologique et sociale contre laquelle nous agissons.

Quelques chiffres
14,9 %
d'augmentation d'utilisation des pesticides de synthèse entre 2009 et 2019
1/4
des agriculteurs vit sous le seuil de pauvreté.
1 million
d’espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la Terre ou du fond des océans.
« L’empreinte humaine sur l’environnement planétaire est devenue si vaste et intense qu’elle rivalise avec certaines des grandes forces de la Nature en termes d’impact sur le système Terre. »  
Paul Crutzen
Nos actions prioritaires
Nos actions auprès des décideurs
Ce que vous pouvez faire
Nos actions prioritaires
Nos actions auprès des décideurs
Ce que vous pouvez faire

• Donner aux agriculteurs les moyens financiers de réduire leur usage des pesticides

Alors que la France s’est fixée pour objectif de réduire de 50 % l’usage des pesticides de synthèse d’ici à 2025, leur utilisation a augmenté de 14,9 % entre 2009 et 2019.

Pour identifier clairement les blocages qui entravent la réduction des pesticides, la FNH a publié, en 2021, une étude très fouillée analysant les flux financiers qui transitent des pouvoirs publics vers le secteur alimentaire :  “Réduction des pesticides en France : pourquoi un tel échec” .

Nous y démontrons que sur 23,2 milliards d’euros de fonds publics perçus annuellement par les acteurs de l’alimentation (dont les agriculteurs), seul 1% a un effet avéré sur la réduction de l’usage des pesticides !

Tout le reste ne sert qu’à conforter le système place, laissant la majorité des agriculteurs prisonniers d’un modèle très installé.

Les financements privés (banque, coopératives agricoles…), tout aussi conséquents (19,5 milliards d’euros par an), confortent cette situation.

Essentiellement délivrés sous forme de prêts, ils sont davantage fléchés vers les exploitations agricoles les plus utilisatrices de pesticides (60% d’emprunts de plus que les exploitations les moins intensives en pesticides).

Dans cette double analyse public/privé nous mettons donc en évidence que le poids de l’échec est trop souvent mis sur les épaules des agriculteurs, alors que la responsabilité est bien du côté des pouvoirs publics et de l’ensemble des acteurs agricoles et alimentaires qui leur ont donné des objectifs à atteindre sans les moyens pour y parvenir.

La FNH a ainsi choisi de concentrer son action sur les exploitations faiblement à moyennement utilisatrices de pesticides, qui représentent aujourd’hui 91% des exploitations agricoles.

Pour les inciter à sortir de ce système et ainsi booster les installations et transmissions en agroécologie, nous plaidons auprès des pouvoirs publics pour sécuriser des financements afin de favoriser la transition et la transformation du modèle agricole et assurer une meilleure rémunération des systèmes agricoles vertueux.

• Lutter contre l’importation en Europe de denrées produites avec des pesticides interdits d’usage pour nos agriculteurs

Entre 2005 et 2019 l’importation de denrées agricoles et alimentaires a augmenté de 28%. Des denrées le plus souvent cultivées selon des normes environnementales nettement inférieures à celles imposées à nos propres agriculteurs en Europe.

En acceptant cela, l’UE ne tient pas ses engagements environnementaux et de santé publique, mettant de surcroît les éleveurs et agriculteurs européens en situation de distorsion de concurrence.

Une double peine écologique et sociale encore aggravée par les accords de commerce, comme le CETA ou le Mercosur, qui viennent augmenter les entrées de denrées importées, sans exiger une réciprocité des normes. 

Pire encore, cette dichotomie de normes tire les standards européens vers le bas

Par exemple, les cultures produites hors de l’UE peuvent avoir été traitées avec des substances non autorisées dans l’UE à la seule condition que les denrées importées respectent les limites maximales de résidus fixées… qui peuvent être révisées à la hausse sur demande des partenaires commerciaux !

Pour faire face à cette différence de traitement, les agriculteurs européens peuvent réclamer en retour des dérogations pour l’utilisation de produits dangereux dans l’UE, qui peuvent avoir des conséquences nuisibles sur l’environnement et la santé.

Un véritable casse-tête qui tend à pousser les normes vers le bas quand c’est tout le contraire qui devrait se produire.

• Défendre une réorientation les financements de la PAC vers l’agro-écologie

En France, la Politique Agricole Commune (PAC) représente 47% des financements publics (incluant les cofinancements nationaux) octroyés sous forme d’aides vers les acteurs de l’alimentation, soit environ 9 milliards d’euros par an. Mais actuellement, seul 2% de ce budget de la PAC contribue de manière avérée à la réduction de l’usage des pesticides ! Essentiellement proportionnées à l’hectare et non aux services sociaux et environnementaux rendus, les financements venant de la PAC profitent ainsi en majeur partie aux exploitations intensives. 

Depuis 2013, la FNH fait du suivi des budgets de la PAC un fil rouge de son action, saisissant toutes les occasions pour rappeler que ses aides sont déterminantes pour accélérer le changement des systèmes agricoles et alimentaires.  

Dans le cadre du dernier Plan stratégique national (PSN), déclinaison nationale de la PAC , la FNH a notamment porté : 

  • La création d’un niveau de paiement supérieur pour rémunérer l’agriculture biologique à hauteur de 145 euros par hectare/an.
  • La suppression de la certification HVE (“Haute valeur environnementale”) en l’état qui n’est pas garante d’un changement de système des exploitations agricoles vers plus de sobriété, d’autonomie et de résilience.
  • Le rehaussement du budget pour les mesures agroenvironnementales et climatiques à au moins un milliard d’euros par an, afin de couvrir environ 97 000 bénéficiaires et un quart de la surface agricole au travers des MAEC (Mesures agroenvironnementales et climatiques) systèmes. 

• Promouvoir un système de bonus/malus pour accompagner la transformation des systèmes agricoles et alimentaires.

La FNH plaide en faveur d’un bonus d’au moins 3 milliards d’euros annuels dédiés : 

  • aux agriculteurs et aux groupes d’agriculteurs afin de favoriser la conversion, l’installation et la transmission en agroécologie et agriculture biologique. Nous nous mobilisons en faveur du rehaussement des crédits d’impôt pour ce type d’exploitations.
  • aux acteurs clefs de la transformation des systèmes agricoles et alimentaires, pour financer la mise en place de systèmes de production et filières locales durables.

A contrario, la FNH plaide pour la mise en place d’un malus destiné à responsabiliser l’ensemble des acteurs du système agricole et alimentaire. Nous demandons à ce que ce malus s’applique : 

  • sur le prix des pesticides et des aliments produits en “conventionnel”
  • sur les fabricants et distributeurs de pesticides.
  • sur les industriels agroalimentaires et la grande distribution en fonction de la part des produits conventionnels vendus.

• Instaurer le principe de mesures-miroirs dans tous les véhicules législatifs européens

Depuis 2019, la FNH se mobilise pour réformer la politique commerciale européenne afin de mettre le commerce au service de la transition écologique et sociale. Nous avons notamment porté une proposition phare : l’adoption d’un règlement européen sur les importations européennes, basé sur un principe de mesures-miroirs. L’enjeu : exiger aux produits importés le respect de nos standards en termes d’utilisation de pesticides, notamment. Ce principe, présenté aux décideurs (eurodéputés, ministres, secrétaires d’État…) a été retenu par le gouvernement français (Julien Denormandie, plusieurs eurodéputés et même Emmanuel Macron), ainsi que par la Commission européenne.  

Un travail de longue haleine que la FNH poursuit désormais pour que ces mesures-miroirs puissent être appliqués dans les véhicules législatifs pertinents, notamment : le Règlement sur l’utilisation durable des pesticides de 2022, la législation cadre sur la durabilité des systèmes alimentaires qui sera discutée en 2023 ou la révision des règles relatives à l’étiquetage des denrées alimentaires durables qui aura lieu en 2024.

En parallèle, la FNH s’oppose aux accords commerciaux climaticides, tels que le TAFTA, le CETA ou encore le Mercosur. Sur ce dernier, la FNH se mobilise pour que la France maintienne son opposition à l’accord en l’état. Récemment, elle a présenté des recommandations pour que les trois lignes rouges posées par la France soient effectives.

• Découvrir et partager notre " Vidéo Pourquoi et comment réduire les pesticides ? "

En 3 minutes, comprenez les conséquences néfastes des pesticides sur l’environnement et la santé humaine et découvrez les alternatives pour les éviter.

• Adopter les bons gestes pour jardiner sans pesticides

Depuis le 1er janvier 2019, le jardinage amateur se fait sans pesticides de synthèse. Comment fertiliser nos plantes, les protéger des aléas et combattre les ravageurs au naturel ? Voici quelques pistes.

• Télécharger notre livret sur les vraies raisons de la hausse des prix alimentaires

Plusieurs événements ont perturbé les prix de l’alimentation en 2022. Dans ce contexte, certaines voix s’élèvent en faveur de l’agriculture intensive défendant qu’elle serait le seul moyen pour nourrir le monde à bas coût…

Mais qu’en est-il vraiment ? Téléchargez notre livret : 5 questions pour comprendre l’inflation dans nos assiettes.

RÉDUCTION DES PESTICIDES
EN FRANCE

Découvrez les raisons d’un tel échec

Télécharger l'étude
Actualités
Communiqué de presse
UE-Mercosur : une résolution contre l'accord de commerce vient d'être déposée par les députés
Découvrir
Communiqué de presse
Plan pesticides : 3 conditions pour faire preuve d’ambition
Découvrir
Faites un don
En devenant donateur de la Fondation pour la Nature et l’Homme, vous vous engagez en faveur d’une approche moderne et sociétale de l’écologie tout en apportant un soutien concret à une organisation emblématique.
66%
de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.
Ponctuel
Mensuel
IFI
Je soutiens
la Fondation :
JE FAIS
UN DON