Soutenir un élevage local et écologique
Programme
Soutenir un élevage local et écologique
Publié le 17 mai 2023, mis à jour le 12 février 2024

Ces 20 dernières années, la consommation mondiale de viande a doublé. Associée à la consommation de lait et d’œufs, cette production animale, en grande partie intensive, a un impact significatif sur le climat, la biodiversité, le bien-être animal et la santé humaine.

Si bien que les scientifiques s’accordent sur la nécessité de réduire notre consommation de produits animaux de 50% d’ici 2050.

Pour autant, tous les types d’élevages ne se valent pas. Les élevages bovins agroécologiques, moins intensifs, plus sobres et autonomes, jouent par exemple un rôle très important dans le maintien des prairies et de certains écosystèmes naturels.

De même, les élevages de porcs et de volailles en plein air, aujourd’hui minoritaires, peuvent s’inscrire dans une économie circulaire de valorisation des déchets. En jeu également, l’avenir de toute une profession qui peine à vivre dignement de son métier.

Pour ou contre l’élevage n’est donc pas, pour la FNH, la bonne approche. La question à poser est plutôt : comment faire de la réduction de la production animale, une opportunité pour les éleveurs et les territoires ?

C’est à ce défi que nous nous consacrons.

Quelques chiffres
80 %
de la déforestation de l’Amazonie est liée à l’élevage
700 euros
par mois, c’est le revenu moyen d’un éleveur.
80 %
du nombre d'exploitations de vaches laitières a baissé entre 1983 et 2016, alors que le niveau de production de lait est resté stable.
Nos actions prioritaires
Notre action auprès des décideurs
Ce que vous pouvez faire
Nos actions prioritaires
Notre action auprès des décideurs
Ce que vous pouvez faire

• Réduire de moitié la production de produits animaux sans sacrifier l’élevage et ses bienfaits sur les territoires

Si toutes les filières et tous les modèles d’élevage ne sont pas concernés de la même manière par les mêmes enjeux, de nombreuses publications scientifiques s’accordent  sur la nécessité de réduire de moitié la quantité de produits animaux (viande, lait, oeufs) que ce soit en termes de production ou de consommation.

Et si toutes les filières doivent faire leur transition, certains modèles sont déjà beaucoup plus vertueux que la moyenne.

C’est par exemple le cas des élevages bovins en agroécologie, encore trop considérés, à tort, comme non-productif et non-rentable. Ces élevages devraient au contraire être soutenus financièrement et leurs pratiques généralisées.

Malheureusement, les soutiens publics (PAC, allégements fiscaux, aides à l’investissement…) bénéficient majoritairement aux élevages intensifs, et le système de distribution actuel exerce une pression sur les éleveurs pour produire des volumes toujours plus importants à un prix toujours plus bas.

Enfin, si plus d’un Français sur deux déclare manger moins de viande qu’il y a trois ans (sondage RAC), toutes les viandes et tous les lieux de consommation ne sont pas concernés de la même manière.

Ces 10 dernières années, ont par exemple conduit à une augmentation de 20% de la consommation de volailles, issues d’exploitations majoritairement intensives, souvent importées, en raison du développement de la restauration hors domicile. 

La transition de la filière doit donc être planifiée et accompagnée, au risque d’assister à la disparition progressive des élevages les plus vertueux, alors que la taille moyenne des exploitations augmente et que les projets d’extension et de création d’atelier d’élevage industriels vont bon train.

Signe de cette industrialisation croissante : entre 1983 et 2016, le niveau de production de lait est resté stable mais le nombre d’exploitations en vaches laitières a baissé de 80 % !

• Lutter contre l’importation de viandes moins chères, élevées avec des substances interdites en UE

Si l’Europe a adopté de nombreuses réglementations en matière d’alimentation animale, de bien-être animal et de traçabilité, seule la réglementation interdisant le recours aux hormones de croissance s’applique à ce jour aux produits animaux importés.

Rien ne bouge concernant l’usage des antibiotiques, des farines animales, du temps de transport des animaux, ou encore de la traçabilité.

Tout cela expose l’UE a de nouveaux scandales sanitaires risquant de déstabiliser les filières ; les consommateurs européens à des risques sanitaires accrus et les éleveurs à une distorsion de concurrence toujours plus importante, alors même qu’en France ils traversent déjà une crise de revenu sans précédent.

Et le pire reste à venir ! Alors que l’Europe importe déjà 300 000 tonnes de viande bovine par an, les accords de libre-échange déjà conclus ou en cours de négociation supposeraient l’importation supplémentaire de 200 000 tonnes de viandes des États-Unis, du Brésil et du Canada.

Des animaux élevés à base de farines animales interdites en EU depuis 2001 (crise de la vache folle), sans traçabilité stricte, ni aucune norme en matière de bien-être animal…

Cette situation met déjà à mal les éleveurs européens en France et en Europe.

Si l’on prend le marché de l’aloyau (bavette, faux-filet, côte de boeuf…), qui rapporte le plus, le kilogramme d’aloyau canadien peut être vendu en Europe jusqu’à 5€ moins cher que le kilogramme d’aloyau européen.

Cette différence de prix suppose entre 30 et 60% de perte de revenus pour les éleveurs français qui, avec un salaire moyen de 700€ par mois, peine déjà à survivre.

Résultat : les accords de commerce mettent en danger 50 000 emplois de la filière bovine.

Notre enjeu : obtenir une réciprocité des normes pour stopper cette distorsion de concurrence très dangereuse pour les éleveurs français, qui conduit de surcroît à un nivellement par le bas des standards environnementaux et sanitaires.

• Promouvoir notre vision d’un élevage plus durable dans le cadre de la planification écologique et du Projet de loi d’Orientation agricole

D’ici la fin 2023, un travail parlementaire s’ouvrira pour élaborer une loi cadre pour l’agriculture française à l’horizon 2040.

Dans ce cadre, la FNH s’est mobilisée en participant aux concertations nationales et en échangeant avec les décideurs publics pour partager ce qui, selon nous, définit un élevage durable, mettant en avant les impacts écologiques et socio-économiques positifs à la clé.

La FNH porte également la nécessité de se saisir de la question du renouvellement des générations d’éleveurs qui va concerner plus d’une exploitation sur deux ces dix prochaines années.

C’est le moment ou jamais de créer les conditions de la transition des exploitations vers un modèle agroécologique.

Parmi nos propositions :

  • Pour les élevages difficiles à transmettre ou trop intensifs, restructurer et diversifier les exploitations pour installer plus d’actifs (notamment des collectifs), autour de productions agroécologiques. Cette recommandation fait l’objet de l’étude « Un horizon pour les fermes d’élevage : restructurer et diversifier » réalisée avec Terres de liens et la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique.
  • Adopter un moratoire sur les créations ou extension d’élevages industriels (0 élevages en cage et 0 pâturage).
  • Limiter à 300 ha la surface détenable par une seule personne physique
  • Encourager la diminution de la consommation de viande et de produits laitiers, en priorité issus de produits importés ou d’élevages intensifs. En parallèle, encourager la consommation de protéines végétales.
  • Pour améliorer le revenu paysan, mettre en place des outils de régulation des marchés (maîtrise de l’offre notamment) et de protection économique (interdiction des importations de produits animaux qui ne respectent pas les règles appliquées à l’agriculture européenne).

• Promouvoir le principe de mesures-miroirs dans tous les véhicules législatifs européens

Depuis 2019, la FNH se mobilise auprès du gouvernement, des parlementaires français et des euro-députés pour réformer la politique commerciale européenne, afin de mettre le commerce au service de la transition écologique et sociale.

Nous portons notamment le principe de mesures-miroirs exigeant des partenaires commerciaux de l’Union européenne, le respect des mêmes standards de bien-être animal, de transport et de conditions d’élevage.  

La FNH pousse des mesures-miroirs pour faire respecter les standards suivants à tous les produits importés :

  • L’interdiction de mise sur le marché de produits issus d’animaux traités avec des produits vétérinaires ou nourris avec des aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne ou ne respectant pas les exigences d’identification et de traçabilité imposées par cette même réglementation.
  • L’interdiction de mise sur le marché de produits issus d’animaux dont il n’est pas attesté qu’ils ont bénéficié de certaines conditions minimales en matière de bien-être animal, s’agissant du transport notamment.
  • Le renforcement des contrôles dans les principaux pays exportateurs.
  • La suspension immédiate des importations en cas de violations avérées visant notamment les établissements non conformes.

Nous sommes récemment mobilisés pour que la Commission européenne adopte un acte délégué pour interdire l’importation de viandes issues d’animaux traités avec des antibiotiques activateurs de croissance, pratique interdite en Europe.

• Participer au lundi vert : un bon premier pas !

Au moins une fois par semaine sans viande ni poisson. Lancée lundi 7 janvier 2019, cette initiative invite chacun à supprimer viandes et poissons des repas du premier jour de la semaine.

Proposée par des chercheurs de la Maison des sciences de l’Homme Alpes et de l’INRA, le lundi vert est soutenu par 500 personnalités et organisations, dont la FNH.

Une fois que c’est acquis, prochaine étape : préparez plusieurs repas par semaine sans viande, ni poisson, ni produits laitiers !

• Intégrer les légumineuses à votre menu

Les légumineuses vous permettent d’adopter une alimentation plus saine, respectueuse de la planète, sans augmenter votre budget !

ELEVAGE BOVIN :
COMMENT SORTIR DE L'IMPASSE ?

Préserver la planète et les éleveurs : l’urgence d’une feuille de route de la fourche à la fourchette.

Télécharger la contribution
Actualités
Communiqué de presse
Éleveurs et consommateurs, grands perdants de la hausse des prix des produits laitiers
Découvrir
Communiqué de presse
Un horizon pour les fermes d’élevage : restructurer-diversifier
Découvrir
Faites un don
En devenant donateur de la Fondation pour la Nature et l’Homme, vous vous engagez en faveur d’une approche moderne et sociétale de l’écologie tout en apportant un soutien concret à une organisation emblématique.
66%
de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.
Ponctuel
Mensuel
IFI
Je soutiens
la Fondation :
JE FAIS
UN DON