Défendre une agriculture sans pesticides

Réduction des pesticides : la France a encore un rôle à jouer !

Publié le 30 novembre 2023 , mis à jour le 04 décembre 2023

Restez informés

Chaque mois, recevez l’essentiel de la FNH : découvrez notre impact positif sur la nature et l’Homme et comment agir avec nous !

Alors que la Commission européenne vient de réautoriser l’utilisation du glyphosate pour 10 ans et que le règlement SUR (réduction de 50% de l’usage des pesticides dans l’UE d’ici 2030 ) a été rejeté, la France discute son plan national en la matière : le Plan écophyto 2030. Une occasion à saisir pour aider nos agriculteurs Français à s’affranchir progressivement du glyphosate et plus largement des pesticides de synthèse. Sollicitée par le gouvernement dans le cadre de sa participation au Conseil d’orientation stratégique qui réunit agriculteurs, acteurs de la société civile, syndicats et décideurs sur la mise en place de ce plan, la Fondation a rendu, le 30 novembre 2023, son analyse et ses recommandations pour un plan Ecophyto à la hauteur des enjeux.

La condition ? Repenser notre système agricole et mettre en place des techniques agroécologiques. Par exemple, l’allongement des rotations, la diversification des cultures, ou encore la destruction physique (et non chimique) des mauvaises herbes seront clés pour y parvenir.

Si enclencher ce changement de paradigme n’est pas simple, il est pourtant indispensable. Le courage politique attendu requiert la mise en œuvre d’un plan ambitieux de réduction des pesticides en France, avec des moyens financiers à la hauteur pour accompagner les agriculteurs.


Voici les mesures que nous défendons :

#1. Inclure l’objectif de sortie du glyphosate.

#2. Fixer l’objectif de réduction de 50 % des pesticides en prenant comme seule référence les quantités utilisées en 2009, plutôt que celles de 2015-2017, qui représentent les plus hautes valeurs de ces 15 dernières années !

#3. Imposer un système de bonus et de pénalités pour inciter l’agro-business à réduire drastiquement leurs ventes de pesticides et proposer des alternatives agroécologiques.

#4. Lancer une réflexion globale sur la refonte de notre système agricole, aujourd’hui trop dépendant de l’usage des pesticides (monocultures, productions intensives…), pour aller vers des systèmes basés sur l’agroécologie.

#5.  Refuser l’entrée sur le marché européen d’aliments produits avec des pesticides interdits en Europe. Une situation dramatique qui fait subir à nos agriculteurs une concurrence déloyale.

Plan Ecophyto 2030 : contribution de la FNH

Télécharger (format pdf - 133 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

[27 février] Live Spécial Crise Agricole : inscrivez-vous !
Gabriel Attal annonce vouloir « des mesures-miroirs partout » : la FNH dit CHICHE !
Des mesures-miroirs pour notre santé et la planète