Projets soutenus

Ils façonnent les quartiers zéro carbone de 2050

Publié le 20 décembre 2022 , mis à jour le 25 avril 2023

Restez informés

Chaque mois, recevez l’essentiel de la FNH : découvrez notre impact positif sur la nature et l’Homme et comment agir avec nous !

Comment accompagner les quartiers à accélérer leur transition écologique ? Pour répondre à cette question, Thomas, ingénieur trentenaire entouré d’une équipe pluridisciplinaire du centre Michel Serres, a mis au point QeT (quartiers en transitions) : une méthodologie innovante misant sur la participation de tous les acteurs du quartier pour construire la transition écologique à l'échelle locale. Un projet soutenu par notre programme Génération Climat !

Génération Climat soutient la jeunesse qui s'engage !

Avec ce programme nous accompagnons les jeunes vers l’engagement et la création d’initiatives pour le climat et la solidarité, en France et à l’international. Depuis 2016, nous avons accompagné plus de 1 000 jeunes à concrétiser leur projet.

Un projet local de vivre ensemble qui a vu le jour à Saint-Germain-en-Laye

Quelle méthode pour décarboner nos quartiers et les aider à faire leur transition ? L’idée était en gestation depuis septembre 2020. Pour Thomas, il fallait inventer et théoriser une méthodologie pour accompagner la transformation écologique des territoires. C’est ainsi qu’est né en septembre 2021 le projet pilote « Bel Air en Transitions », que nous avons déjà soutenu avec Génération Climat. Au sein du quartier de Bel Air à Saint-Germain-en-Laye, Thomas a développé avec les autres bénévoles de l’association « Réseau des Quartiers en Transitions » une méthode pour modéliser une trame abordant tous les secteurs qui interviennent dans l’empreinte carbone d’un quartier (énergie, chauffage, alimentation, transport, équipements/loisirs…) et le calcul de leur répartition.

Cette méthode, appelée QeT, met par ailleurs en relation ces différents postes d’émissions de GES avec différents profils d’usage. La constitution de groupes de citoyens présentant le même profil d’usages est assurément le meilleur moyen de fédérer les habitants partageant des préoccupations communes ! Ensuite, des objectifs sont collectivement définis pour répondre aux enjeux climat du quartier, qui découlent en des projets concrets, ancrés dans les aspirations et possibilités des citoyens. Enfin, ces projets sont présentés aux personnes en capacité de les mettre en oeuvre : élus, associations et entreprises.

En 2022, Quartiers en Transitions continue son action à Montesson

Forts de leur expérience, en 2022, Thomas et son équipe signent un partenariat avec la mairie de Montesson, une commune des Yvelines de 15 000 habitants, pour répliquer le diagnostic.

En un mois et demi, 615 personnes ont été interrogées et 180 personnes ont manifesté leur souhait de s’impliquer activement dans l’aventure. Le résultat du diagnostic :

  • 6 groupes de profils d’usages identifiés. Des noms d’éléments écosystémiques leurs ont été attribués (pour éviter le concept « bons » et « mauvais » élèves). Quelques exemples : le groupe « les coquillages » prennent rarement l’avion, se déplacent en transports en commun, à pied ou à vélo. Le groupe « les écorces » utilisent beaucoup la voiture, un peu les transports en commun et prennent beaucoup l’avion.
  • L’empreinte du quartier est en moyenne de 6,6t eqCo2 (en dessous de la moyenne nationale de 9,9 eq Co2). Cependant, pour respecter l’Accord de Paris il est nécessaire de diminuer l’empreinte carbone à 2 tonnes par an et par habitant. Pour y arriver, 8 sujets de travail ont été identifiés : l’origine des produits, les modes de chauffage, les modes d’alimentation, l’accès aux loisirs, la place des voitures, l’interconnexion avec d’autres villes, et le cycle de vie des produits.
Empreinte carbone moyenne du quartier centre-ville de Montesson

Cette fois, une nouvelle dynamique a émergée : un vote a été proposé pour que chaque profil d’usages sélectionne les sujets prioritaires parmi les 8 identifiés par le diagnostic. Trois thèmes - ceux qui concernent la mobilité- ont été choisis (usage de la mobilité douce, interconnexion avec les communes voisines, et accès aux loisirs). Des ateliers et des tables rondes, engageant citoyens bénévoles, associations locales et élus, ont été organisés pour affiner encore les sujets votés, fixer des objectifs et faire émerger les projets pour y répondre.

Citoyen de Montesson votant lors d'un atelier
Citoyen de Montesson qui vote ses sujets prioritaires pour la transition de la ville

Les résultats de ces travaux seront présentés au printemps. Rendez-vous dans quelques semaines pour découvrir les avancées ! Ensuite, une mise en place effective est prévue au premier semestre 2023, après l’obtention des budgets.

"L’implication de la commune de Montesson est venue renforcer le dynamisme de nos troupes en interne, auquel le soutien du programme Génération Climat avait déjà donné un coup de boost puisqu’il nous a fait gagner en crédibilité. Gage de sérieux, cette reconnaissance de la Fondation pour la Nature et l’Homme nous ouvre la voie vers de futurs partenariats et aide à envisager de nouvelles collaborations avec des quartiers de la région parisienne : dans le 13ème à Paris, la commune du Pecq dans les Yvelines ou encore l’île Saint Denis."

Thomas, Président du Réseau des Quartiers en Transitions

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Annonces de Gabriel Attal : la FNH condamne les nouveaux reculs environnementaux
Boomforest accompagne des projets citoyens de micro-forêts urbaines
Du jardin potager à la forêt nourricière, l’agroécologie prend racine en Ardèche