Découvrez 4 projets à impact garanti
Je découvre

Décryptage

Les solutions du GIEC contre le changement climatique, nos propositions pour les concrétiser

Publié le 04 avril 2022 , mis à jour le 05 avril 2022

Restez informés

Chaque mois, recevez L’Essentiel de la FNH : découvrez notre impact positif sur la nature et l’Homme et comment agir avec nous !

Les 3 prochaines années seront cruciales pour ne pas dépasser la barre des +1,5°C, affirme le GIEC dans le troisième volet de son rapport dédié aux solutions, publié lundi 4 avril. S’il reste possible d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, une action très forte et rapide est indispensable. Comment faire ? Quelles propositions portons-nous à la FNH pour y arriver ? Décryptage.

Depuis 2018, le GIEC prévient : pour respecter l’Accord de Paris, les émissions mondiales doivent  être réduites de 45% d’ici à 2030, en éliminant progressivement les énergies fossiles. L’Europe, pour faire sa part, s’engage à réduire ses émissions de 55% à cette échéance. Pourtant, les émissions continuent d’augmenter et les politiques actuelles entraîneraient un réchauffement de 2,7°C ou plus d'ici la fin du siècle ! Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) identifie les grands leviers pour changer la donne. Des mesures qui nous permettront de faire face au changement climatique, mais pas que : elles nous permettent aussi de lutter contre la crise alimentaire et énergétique que nous traversons actuellement.

Pourquoi limiter le réchauffement à +1,5°C ?

-Au-delà, se produiront des impacts irréversibles pour les écosystèmes et donc pour les humains (mort des récifs coralliens et de la mangrove, disparition de certains glaciers, extinction de certaines espèces…) 

-14% des espèces terrestres seront menacées à +1,5°C, mais ce chiffre s’élève à 29% si on atteint les + 3°C

-Il pourrait y avoir 143 millions de déplacés climatiques supplémentaires en 2050 si on n’agit pas

-Si on maintient la trajectoire actuelle, la production de maïs devrait chuter de 1/5 à 1/3 d’ici la fin du siècle.

-L'inaction est plus coûteuse que les investissements nécessaires pour lutter contre la crise climatique.

Les solutions pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre

La sobriété avant tout

“Les changements socioculturels et de mode de vie peuvent accélérer l'atténuation du changement climatique”. Pour la première fois, le GIEC affirme que la sobriété est indispensable pour relever le défi climatique car c’est un moyen de nous passer de l’énergie produite. La meilleure énergie est en effet celle que l’on ne consomme pas ! 

La sobriété, grande négligée des politiques publiques, concerne tous les secteurs, et contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, aura de grandes vertus pour le pouvoir d’achat des ménages.  

Les propositions de la FNH pour la France :

  • Favoriser la réduction des consommations énergétiques des ménages notamment par la rénovation énergétique des bâtiments ;
  • Réduire les déplacements motorisés contraints et les vitesses excessives : développement massif des alternatives à la voiture (vélo, train, marche), télétravail, généralisation du 30km/h en ville…
  • Renouveler des politiques d’aménagement du territoire pour favoriser les proximités ;
  • Faire évoluer l’industrie automobile vers des véhicules plus légers et des batteries 100% recyclées ;
  • Réduire la production et la consommation de protéines animales.
  • Réduire drastiquement le gaspillage alimentaire. 

Energie : le développement des renouvelables, une priorité

La production d’énergie est le secteur le plus émetteur au niveau mondial. Le conflit russo-ukrainien a mis en lumière les problèmes de sécurité énergétique et la vulnérabilité des combustibles fossiles face aux crises géopolitiques. L'Agence internationale de l'énergie a souligné la nécessité d'une transition vers des énergies propres pour protéger les consommateurs contre les hausses de prix liées à notre dépendance au pétrole et au gaz étrangers.

Depuis le dernier rapport du GIEC en 2018, des progrès ont été effectués pour l'énergie solaire photovoltaïque et l'énergie éolienne terrestre et marine avec des coûts en forte baisse. Actuellement, dans de nombreux contextes, les énergies renouvelables sont désormais compétitives par rapport aux énergies fossiles. D’ailleurs, le GIEC affirme que leur potentiel d’atténuation est beaucoup plus fort que celui du nucléaire, et bien moins coûteux.

Les propositions de la FNH pour la France :

Agriculture et alimentation : changer de régime alimentaire et développer l’agroécologie, deux leviers clés 

Le secteur de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt représente un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Selon le GIEC, il est nécessaire de s’attaquer aux émissions de méthane pour ne pas dépasser les +1,5°C. Or l’élevage représente 32% des émissions globales de méthane

Un des plus grands potentiels de réduction d’émissions avancé par le GIEC c’est le changement de régime alimentaire avec une part plus importante de protéines végétales, une consommation modérée d'aliments d'origine animale et une consommation réduite de graisses saturées. 

Par ailleurs, le GIEC indique que l’agroécologie (dont l’agriculture biologique) a également un potentiel d’atténuation (notamment par la non-utilisation d’engrais de synthèse, très émetteurs de protoxyde d’azote) et une meilleure séquestration du carbone (grâce notamment aux rotations de cultures, aux cultures de couvertures, à l’utilisation du fumier et à l’inclusion de l’agroforesterie). Le GIEC précise qu’il existe des preuves solides sur le fait que l’agroécologie peut améliorer la résilience des systèmes, notamment face au dérèglement climatique et qu’elle apporte de multiples co-bénéfices : pour la biodiversité, la qualité de l’eau, la protection des sols, la capacité de rétention d’eau, la qualité de l’air, la sécurité alimentaire et les revenus des agriculteurs.

Les propositions de la FNH pour la France et l’Europe : 

Transport : le secteur qui a le plus gros potentiel d’atténuation

Actuellement le secteur des transports est le deuxième secteur le plus émetteur au niveau mondial. Il représente 31% des émissions de GES de la France. C’est également l’un des secteurs dont les émissions pourraient être rapidement et fortement réduites si nous mettions en place les mesures d'atténuation nécessaires : sobriété (réduction des déplacements contraints…), utilisation des modes les moins polluants (vélo, transports en commun, marche…) et accélération du passage à l’électrique.

25
% de la consommation de carburant des villes liée au transport pourraient être évitée grâce à des infrastructures de transport moins dépendantes de la voiture individuelle.

 Les propositions de la FNH pour la France :

  • Investir massivement dans les alternatives à la voiture : transports en commun, vélo, covoiturage ;
  • Accompagner les ménages les plus en difficultés, pour qui la voiture thermique est - ou risque de devenir - un piège financier et organisationnel ;
  • Accélérer le déploiement des véhicules électriques.
Automobile : notre scénario pour une transition juste 

Coopération : la transition ne se fera pas sans un soutien économique et technologique aux pays en développement

Les pays en développement sont les plus vulnérables face au changement climatique, pourtant leur responsabilité historique est moindre : Les émissions liées au mode de vie des citoyens à revenu moyen et des plus pauvres des économies émergentes sont de 5 à 50 fois inférieures à celles de leurs homologues des pays à revenu élevé. En 2009, les pays du Nord s’étaient engagés à aider les pays du Sud avec plus de 100 milliards de dollars par an, mais on est bien en-deçà de ce montant… Pour répondre aux besoins de déploiement rapide des options d'atténuation, les investissements mondiaux devraient être multipliés par un facteur de trois à six. 

Les solutions sont sur la table, nos décideurs doivent agir !

A quelques jours du premier tour, il est indispensable que les candidats à la présidentielle s’emparent des conclusions de ce rapport. Les solutions qui y sont présentées nous les portons depuis des années. Maintenant le GIEC les met en lumière. Nos décideurs ne pourront pas dire qu’ils ne les connaissaient pas. A eux et elles de s’en saisir pour sauver notre avenir et à nous de nous mobiliser pour les pousser à le faire !

Signez notre appel pour plus de climat dans les débats présidentiels : depuis le début de la campagne, la place de la crise climatique n’a pas dépassé 5%. Pourtant, pour 94% des Français il s’agit d’un enjeu capital.

Marchez le 9 avril : La veille du premier tour, rassemblons-nous pour faire des 5 prochaines années celles de la justice, du climat, de l’égalité et de la paix. La mobilisation paye : le weekend du 12-13 mars (marche Look Up et Débat du Siècle) la place du climat dans l'espace médiatique a été multipliée par 5 ! Le 9 avril, remobilisons-nous pour mettre en lumière les enjeux clés pour notre avenir !

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Sixième rapport du GIEC : toujours plus chaud…
Quels impacts de la guerre en Ukraine sur notre alimentation et le monde agricole ?
Pourquoi construire 6 nouveaux EPR n'est pas la solution ?