Soutenir un élevage local et pâturant

10 bonnes raisons de consommer moins de viande et de produits laitiers

Notre consommation de produits animaux a doublé depuis 1950 : nous mangeons davantage de fromage, de volaille, de charcuterie, ou encore de plats préparés carnés. Hélas, cette consommation effrénée a entraîné l'industrialisation d'une grande partie de l’élevage français et, avec elle, des impacts néfastes pour la planète, notre santé et les éleveurs.

Pourquoi manger moins de viande et de produits laitiers ?

🌍 1. Pour lutter contre le dérèglement climatique 

Notre alimentation représente presque 1/4 de nos émissions de gaz à effet de serre. Parmi elles, 80 % sont liées à l’élevage[1] et sont produites essentiellement par la digestion des ruminants, la production de l'alimentation animale et les déjections.

elevage emissions gaz effet de serre
+ 40 %
d'émissions de protoxyde d'azote ont été émises en 40 ans dans le monde. En cause : les engrais et le lisier (Global Carbon Projet, 2024)

💪 2. Et pour nous adapter au dérèglement climatique !

Les élevages, en particulier intensifs, sont vulnérables aux aléas climatiques. Pourquoi ?

  • Ils sont fortement dépendants de la production d’alimentation animale, elle-même soumise aux changements climatiques (sécheresses, inondations, etc). Par exemple, l’alimentation des animaux repose notamment sur le maïs, culture d’été très consommatrice d’eau, alors que les sécheresses se multiplient.
  • Ils reposent sur des races d’animaux issues de nombreuses sélections génétiques, dont la santé est plus fragile.

Au contraire, les élevages en agroécologie sont plus résilients face à tous ces chocs,  notamment grâce à une diversification des productions, à la présence de races rustiques (plus résistantes et adaptées à leur territoire) et à la présence de haies pour offrir de l’ombre aux animaux et aux cultures, ainsi que pour réguler le cycle de l’eau et nourrir le sols [2].

3 milliards d'euros par an
est le surcoût estimé lié aux impacts du changement climatique pour le secteur agricole français si nous n'agissons pas ! [3]

☠️ 3. Pour limiter la pollution de l’eau et des sols

Cette pollution provient de l’usage d’engrais de synthèse pour produire l’alimentation animale et l’épandage d’effluents d’élevage (fumier, lisier…) qui produisent des nitrates. Elle est surtout issue des élevages intensifs de porcs, volailles et d’élevages laitiers, qui regroupent beaucoup d’animaux sur de petites surfaces. C'est d'ailleurs le cas du Nord de la Bretagne, où la présence de nombreux élevages à forte densité a causé la production d'algues vertes.

Pour toutes ces raisons, remplacer la viande de bœuf par de la viande de porc ou de volaille issues d’élevages intensifs n’est pas une bonne idée ! Si leur production entraîne moins d’émissions de gaz à effet de serre que la viande bovine, elles sont à l’origine d’autres effets néfastes pour l’environnement.

Algues vertes en Bretagne
Algues vertes sur une plage en Bretagne

💧4. Pour préserver la ressource en eau

En France, l’agriculture est la 1ère activité consommatrice d’eau, en particulier en raison du maïs, qui représente 60% des cultures irriguées [4]. Ce maïs est majoritairement destiné à l'exportation et à l’alimentation des animaux d'élevages intensifs... et plus il y a d'animaux avec des objectifs de production élevés, plus les besoins sont importants.

A savoir qu’il existe d’autres sources de consommation d’eau dans l’élevage, mais dans des proportions moindres comme l’abreuvement des animaux (saviez-vous qu’une vache consomme entre 50 et 150 litres d’eau par jour ?[5]) ou encore le nettoyage des bâtiments et des équipements.

Mega bassine
Pour certaines cultures intensives comme le maïs des megabassines sont utilisés comme réservoir d'eau, pompant l'eau des nappes phréatiques

🦋 5. Pour préserver la biodiversité

Les élevages reposent parfois sur des monocultures intensives pour produire l’alimentation animale. Ces productions sont très dépendantes des pesticides et engrais de synthèse, dont l’utilisation massive est une des premières causes d’effondrement de la biodiversité ! Il existe néanmoins d’autres systèmes plus extensifs, notamment l’élevage pâturant respectueux et favorable à la biodiversité, en particulier l’élevage bovin à l’herbe.

Par ailleurs, en France, nous importons 2,6 millions de tonnes de tourteaux de soja chaque année pour nourrir les animaux d’élevage ! Ce soja vient à 70 % d’Amérique du Sud (Brésil et Argentine principalement). Problème : ce soja majoritairement OGM contribue à la déforestation et reçoit de nombreux pesticides, la plupart interdits en Europe !

🐓 6. Pour favoriser le bien-être animal

Le bien-être animal dépend directement du niveau d’intensité de l’élevage et aussi du type d’élevage. Hélas, en France :

  • 95 % des porcs sont élevés en système intensif (pas accès à l’extérieur, pas de paille, des cages de maternité pour les truies) [6] ;
  • 83 % des poulets de chair, 97% des dindes et la majorité des canards n’ont pas accès à l’extérieur [7] ;
  • 10 % des vaches laitières sont en zéro pâturage [8].

Qu’en est-il des vaches élevées pour leur viande ? Globalement, les élevages bovins destinés à la viande se distinguent nettement des autres élevages sur le bien-être animal : ils ont accès à l’extérieur toute l’année pour pâturer. Néanmoins, la phase de « finition », c’est-à-dire l’engraissement de l’animal quelques mois avant son abattage, se fait en intérieur et de façon intensive. Elle a lieu en France pour les bœufs et dans d’autres pays (Italie principalement) pour les broutards (veaux de 8 mois environ), après avoir été transportés vivants.

💚 7. Pour préserver notre santé

Plus d’⅓ des Français dépasse les niveaux de consommation de viande rouge recommandés par le Programme national nutrition santé (500 g /semaine). Est-ce grave docteur ? Oui ! La surconsommation de protéines animales est associée à des risques accrus de maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, cancers, diabète...), ainsi qu’à une sous-consommation de fibres, pourtant essentielles pour notre santé : elles préviennent de maladies comme l’obésité, le diabète, le cancer ou le cholestérol.

Consommer au moins 25 g de fibres par jour nécessite donc de rééquilibrer son alimentation en favorisant les produits végétaux !

Manger moins, mais mieux de viande : comment s’y prendre ?

💶 8. Pour permettre aux éleveurs de vivre de leur métier

Aujourd’hui, les éleveurs sont les grands perdants de ce système intensif à plusieurs niveaux :

  • de faibles salaires pour les éleveurs bovins : près d’un éleveur sur 4 vit sous le seuil de pauvreté. Par exemple, pour 58h de travail/ semaine, les éleveurs laitiers gagnent moins d’un Smic net horaire, dont 84 % en moyenne dépend des subventions publiques !
  • des salaires très variables pour les éleveurs de porcs et volailles, ce qui rend ces exploitations peu résilientes et dépendantes d’aides de crise ;
  • un fort endettement : en 2020, le taux d’endettement des exploitations d’élevage se situe entre 40 et 70% [9]. Ce taux est plus important pour certains types d’élevage, comme les élevages porcins et de volailles [10] ;
  • une difficulté à transmettre les exploitations : seulement 45 % des départs sont compensés par les installations [11].

Les causes de cette situation : des exploitations de plus en plus grandes (et donc plus coûteuses) sont nécessaires pour produire plus à moindre coût, les prix des engrais de synthèse et de l’alimentation animale augmentent et la répartition de la valeur entre tous les acteurs de la filière est inégalitaire, au détriment des éleveurs. 

🌱 9. Pour favoriser un élevage durable français et non pas un élevage intensif ici ou ailleurs

Avec toutes les difficultés économiques subies par les éleveurs, le nombre d’exploitations diminue (- 30 % en 10 ans), ainsi que le cheptel français (ensemble des animaux d’élevage). Or, notre consommation ne diminue pas pour autant ! Le problème : 

  1. La baisse du cheptel français est subie et se fait au profit des plus gros élevages qui absorbent les plus petits. Réduire le nombre d'animaux d'élevage est essentiel pour atteindre nos objectifs climatiques, mais cela doit se faire au profit des exploitations plus durables et non pas l'inverse ! Manger moins de produits animaux, mais privilégier la qualité permet de soutenir les élevages locaux et durables.
  2. Nous importons de la viande pour satisfaire cette consommation. Une partie de ces importations provient de pays extra-européens où les normes sanitaires et environnementales sont souvent moins exigeantes qu’en Europe, voire inexistantes ! Ces produits, régulièrement vendus moins chers, font subir aux éleveurs français une concurrence déloyale, ce qui aggrave davantage leur situation.
30% de la viande
que nous consommons est importée et le chiffre monte à 50% pour le poulet !

🍽️ 10. Pour améliorer notre souveraineté alimentaire

Nous dédions 64 % de notre surface agricole utile à la production d'aliments pour nos animaux ! Pour la produire, nous importons la majorité des engrais de synthèse nécessaires aux cultures intensives. Comme cette production est insuffisante, nous importons également de l’alimentation animale d’autres pays.

Résultat : nous n'avons pas suffisamment de surfaces pour cultiver des aliments dédiés à l'alimentation humaine, comme des légumes secs, des fruits ou des légumes, ce qui nous oblige à les importer.

Ces dépendances sont une menace pour notre souveraineté alimentaire car les prix de ces importations sont liés aux cours mondiaux et peuvent parfois exploser en cas d’aléas géopolitiques, comme cela s’est passé au début de la guerre en Ukraine.

Terres agricoles utilisées par l'élevage en France

Sources

[1]  Réseau Action Climat

[2] CIVAM, Réseau Action Climat. (2023). Résilience de l’agroécologie face aux crises économiques et climatiques.

[3] CGAAER. (2022). Évaluation du coût du changement climatique pour les filières agricoles et alimentaires.

[4] Vie Publique. (2023). Eau et agriculture : sept questions sur les retenues de substitution (ou "méga-bassines")

[5] IDELE

[6] CIWF France. COCHONS & TRUIES

[7] WWF (2019). Viande : manger moins, manger mieux

[8] AFPF

[9]  Le taux d’endettement correspond au rapport des dettes sur le total de l’actif.

[10] Agreste (2022). GRAPH’AGRI 2022

[11] La France Agricole. (2022). Renouvellement des générations : Assurer la relève des forces vives.

[12] Selon l’INSEE, entre juin 2020 et juin 2022, le prix a augmenté de +136 % pour les engrais, de +179 % pour le gazole, de +111 % pour les céréales.

[13]  VizAgreste, rubrique «Évolution du nombre d’exploitations»

[14] ,[15] FranceAgriMer. (2023). La consommation de viandes en France en 2022.

[16]  Quels équilibres végétal/animal en France métropolitaine, aux échelles nationale et “ petite région agricole ? ”INRA, 2018 

 

Manger moins, mais mieux de viande : comment s’y prendre ?

Pour le climat, notre santé, la biodiversité et un revenu digne pour les éleveurs, il est indispensable de réduire notre consommation de produits animaux et de choisir des produits durables lorsque nous en consommons. Mais qu’est-ce que cela veut dire au quotidien ? Quels labels choisir pour manger “mieux” de viande et de produits laitiers ? On vous dit tout.

Réduire sa consommation de produits animaux et privilégier la qualité, un geste pour la planète, sa santé et les éleveurs

  • Plus d’⅓ des Français dépasse les niveaux de consommation de viande recommandés par le Programme national nutrition santé.
  • 87% des Français est en-dessous des niveaux de consommation recommandés en fibres, pourtant essentielles pour notre santé.
  • La consommation de viande, qui ne baisse pas en France, génère une intensification de l’élevage, néfaste pour le bien-être animal, l’eau, les sols et la biodiversité. Par ailleurs, 80 % des émissions de gaz à effet de serre françaises liées à l’agriculture sont générées par l'élevage.
  • 30 % des élevages français ont disparu en 10 ans. L’élevage intensif endette les éleveurs et ne leur permet pas de vivre dignement de leur métier.
10 bonnes raisons de consommer moins de viande et de produits laitiers

Manger moins et mieux de viande et de produits laitiers : comment faire au quotidien ?

Pour une alimentation équilibrée pour notre santé et pour la planète, voici quelques recommandations :

  • Pour ceux qui mangent de la viande quotidiennement : passez à un jour sur deux, alternez les types de viande et surveillez les consommations peu visibles (plats préparés, plats à emporter, viande transformée, etc). Sur la semaine, cela revient à ne pas dépasser les 450 g de viande (bovin, poulet, agneau, mouton...), dont 150 g de charcuterie (saucisson, jambon…).
  • Pour ceux qui en mangent moins : continuez comme ça !
  • Lorsque vous en mangez, choisissez de la viande labellisée Agriculture biologique ou Label rouge.

Au quotidien, végétalisez et diversifiez votre assiette grâce à :

  • 🥕 5 fruits et légumes ;
  • 🍚 1 portion de céréales complètes (riz, avoine, sarrasin, quinoa, pâtes de blé…) ;
  • 🫘 1 portion de légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots rouges…) ;
  • 🥜 2 petites poignées de fruits à coque (amandes, noisettes, noix…) ;
  • 🧀 2 produits laitiers maximum, en comptant ceux présents dans les plats préparés, et en privilégiant les produits laitiers non gras et sous label AB ou AOP (Appellation d’origine protégée).
Assiette équilibrée pour aa santé et le climat
#1. Remplacer le bœuf par du poulet, c’est déjà bien n’est-ce pas ?
Pas vraiment ! De nombreux Français ont en effet fait le choix de remplacer la viande rouge, plus émettrice de gaz à effet de serre, par la volaille. Mais lorsqu’on parle de réduire la consommation de viande, il s’agit de tous les types de viande (bœuf, porc, volaille). Pourquoi ? Plus de 80% des volailles sont élevées dans des élevages intensifs. Le problème : ces élevages nuisent au bien-être animal et reposent sur une forte dépendance au soja importé d’Amérique du Sud, OGM et issu de la déforestation. De plus, les déjections de volailles en grande quantité polluent l’eau et contribuent à la prolifération d’algues vertes.
#2. La viande rouge... c'est uniquement le boeuf ?
Non ! Si l'image de la bavette ou du steak haché nous vient spontanément lorsqu'on parle de viande rouge, attention : cela concerne également le porc, l'agneau et le mouton. En bref, toute la viande hors volaille, considérée comme une viande blanche.
#3. Par quoi remplacer la viande pour ne pas être en carence de protéines ?
Sachez que de manière générale aujourd’hui, les Français consomment plus de protéines que nécessaire (contenues dans la viande, les produits laitiers, les œufs, mais aussi les céréales et les légumineuses). Actuellement, la principale carence est une carence en fibres, pourtant essentielles pour prévenir l’obésité, le diabète, le cholestérol, les pathologies induites, le cancer du côlon, etc. Pour être en bonne santé, il est donc crucial de mettre dans votre assiette une grande diversité d’aliments (des légumineuses, des céréales complètes, des fruits et des légumes).
#4. Moins de bavettes mais plus de raclettes : une bonne idée ?
Beaucoup de consommateurs suppriment aujourd’hui la consommation de viande dans leur régime alimentaire mais augmentent leur consommation des produits laitiers (fromage en particulier). Si cette démarche peut se comprendre à l’échelle individuelle et est confortée par l’offre végétarienne proposée riche en produits laitiers, elle omet que 50% de la viande bovine actuellement consommée vient du troupeau laitier[1] ! Il serait donc impossible de généraliser un système dans lequel la population ne mange plus de viande bovine mais mange davantage de produits laitiers. La solution ? Réduire à la fois la consommation de viande ET de produits laitiers.
#5. Manger moins de produits animaux c’est condamner les éleveurs français ?
Non, au contraire ! Aujourd’hui, notre niveau de consommation oblige les éleveurs à produire toujours plus pour moins cher et nous conduit à importer de la viande. Si actuellement, les éleveurs sont en difficulté, c’est parce que l’élevage intensif, majoritaire en France, ne les rémunère pas correctement et les amène à s’endetter. Résultat : 30 % des élevages français ont disparu en 10 ans ! Réduire notre consommation de viande et privilégier une viande de meilleure qualité permettrait donc de développer un élevage durable, non intensif et donc plus respectueux de l’environnement, du bien-être animal, plus rémunérateur et plus épanouissant pour les éleveurs.
#6. Que garantissent les labels Agriculture Biologique (AB) et Label rouge ?
Cela peut varier selon le type de produit, mais de façon générale : une alimentation bio pour les animaux (n’ayant pas nécessité de pesticides ni d’engrais de synthèse) pour le label bio ; une autonomie alimentaire importante à l’échelle de l’exploitation en ce qui concerne les bovins pour le label bio et le label rouge ; de meilleures conditions pour le bien-être animal, en particulier pour les porcs sous label bio et pour les volailles sous label rouge et label bio (densités moindres et accès à l’extérieur).

Les politiques publiques doivent accompagner le changement !

Le changement d’habitudes alimentaires ne peut en aucun cas reposer uniquement sur le consommateur ! Nos décideurs, la grande distribution et les entreprises agroalimentaires ont un rôle central à jouer, car :

  • L’offre de la grande distribution a un grand impact dans nos choix d’achat : les grandes et moyennes surfaces couvrent à elles seules plus de 80% des achats de viande de boucherie (bœuf, veau, porc…), de volaille et de charcuterie des ménages. Or, leur offre est souvent trop carnée : 92% des plats préparés proposés par la grande distribution contiennent de la viande, par exemple.
  • L’offre en restauration hors-domicile n’est pas forcément adaptée : la viande de poulet servie hors-domicile est importée dans la majorité des cas (à 60-75 %), et en restauration commerciale, plus de la moitié de la viande bovine servie est importée. Dans ces circuits, le consommateur a donc souvent peu de choix !
  • La publicité et le marketing nous incitent à consommer plus de viande et souvent de mauvaise qualité : les publicités pour la viande et les produits carnés (burgers, tacos, poulet frit) sont également omniprésentes dans l’espace public et dans l’audiovisuel.
  • Le coût de ce changement alimentaire est parfois trop élevé pour les ménages, même s’il peut être en partie compensé par la baisse de consommation des produits animaux et le “fait maison”. D’ailleurs, 78 % des Français estiment que les pouvoirs publics devraient agir pour diminuer le prix des produits alimentaires avec un impact faible ou positif sur l’environnement [2].

Comment changer la donne ? Voici comment nous agissons

La FNH mobilise les décideurs pour que ce “moins et mieux” de produits animaux soit accompagné et que tous les acteurs de la chaîne (industrie agroalimentaire et grande distribution) soient mis à contribution, grâce à différentes propositions :

  • 🍽️ Obliger la restauration collective et la restauration commerciale à proposer une alternative végétale à chaque repas d’ici 2025 et accompagner la restauration collective pour atteindre en 2024 les objectifs de 60 % et 100 % de viande durable.
  • ❌ Interdire la publicité et les promotions sur les élevages qui ne sont pas Label rouge ou en agriculture biologique et ajouter aux publicités la mention des recommandations de santé publique existantes.
  • 🔍 Rendre obligatoire la transparence des marges nettes des acteurs de la transformation et de la distribution et les encadrer, afin de mieux rémunérer les éleveurs et faciliter l’accès à la viande de qualité et durable pour tous les consommateurs.
  • 💶 Garantir l’accessibilité économique des produits biologiques à tous et toutes : par exemple en mettant en place un chèque alimentaire durable ou en incitant les distributeurs à proposer des paniers de produits biologiques de première nécessité à prix réduits, en période de hausse des prix alimentaires.

Sources

[1]  Idele. (2023). Conduite de jeunes animaux croisés lait x viande à l’herbe.

[2] WWF Food Habits Survey, 2022.

Derrière la vache Oreillette, égérie du SIA 2024, la réalité d'une filière laitière à la dérive

Oreillette, c’est le prénom de la vache normande choisie pour représenter le Salon de l’Agriculture 2024. Oreillette est belle, gourmande en herbe et elle produit du bon Camembert de Normandie (AOP). Mais cette image bucolique n’est pas le reflet de toute la profession. Loin de là ! Aujourd’hui, seul 1 camembert sur 10 vendu en France est sous AOP. Les 9 restants sont fabriqués de façon industrielle, en très grande majorité par 3 entreprises agroalimentaires. Et la réalité, c’est que les éleveurs qui produisent le lait voient leur part sur le prix final du camembert baisser année après année : -11 % en 20 ans, tandis que les marges de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution augmentent (de 61 % et de 39 % respectivement).

Le camembert AOP, caution d'une filière laitière à la dérive

Télécharger (format pdf - 901 Ko)

A l’occasion du SIA, il est important de rappeler que les éleveurs sont les grands perdants de la consommation de masse des produits laitiers. Oreillette est représentative d’un élevage plus durable et plus rémunérateur mais qui est aujourd’hui en voie de marginalisation. L’industrialisation de la filière (illustrée par le marché du camembert) profite au secteur de l’aval au détriment des éleveurs.

Thomas Uthayakumar, directeur des Programmes de la FNH

Le modèle d’élevage durable d’Oreillette est menacé par le camembert industriel qui profite de l’aura positive AOP…

Avec 82% de vaches normandes, le système herbager dans lequel s’inscrit Oreillette est favorable à la transition agroécologique. En effet, le modèle AOP Camembert de Normandie a une part d’herbe de 74%, une alimentation sans soja OGM déforestant et offre aux éleveurs un prix du lait supérieur au conventionnel[1].

Hélas, il n’est pas représentatif du secteur laitier français et semble même menacé, puisque les pratiques agricoles en Normandie sont de plus en plus intensives. En réalité : seulement 7,8 % des vaches laitières françaises sont de race normande et 80 % du lait collecté en France est produit de manière conventionnelle (donc sans signe de qualité).

Le marché global du camembert (et la bataille qui se joue entre le camembert AOP et le camembert industriel) illustre bien les enjeux de la filière laitière :

  • Aujourd’hui, 9 camemberts sur 10 vendus ne sont pas AOP. Ils sont fabriqués à partir de lait conventionnel (80 % du lait produit en France) dont les pratiques de production sont de plus en plus intensives : 10 % des vaches n’ont pas accès au pâturage, plus de la moitié des vaches sont dans des systèmes utilisant majoritairement du maïs-soja déforestant.
  • Ces camemberts, issus d’un lait conventionnel et produit de manière industrielle, utilisent l’aura du camembert AOP, initialement due à une image liée au terroir normand, et désormais uniquement liée à un marketing qui a tendance à instrumentaliser ce terroir (en utilisant des références à ce terroir sur son packaging) sans en avoir toutes les caractéristiques (races normandes, critères d’herbe et processus de fabrication).
Deux réalités derrière un

… Au détriment des éleveurs

Ce transfert de valeur symbolique se traduit par une captation de la valeur économique du camembert par l’aval. Sur le prix final d’un camembert, la FNH a ainsi calculé que la part reçue par l’éleveur a baissé de 11 % en 20 ans, alors que la marge de l’industrie agroalimentaire a augmenté de 61 % et celle de la grande distribution de 39 %.

Eleveurs laitiers : grands perdants de l'industrialisation du camembert

Recommandations pour une filière laitière plus juste et durable

La FNH reste convaincue qu’il existe des modèles d’élevage - à soutenir - liant rémunération et durabilité environnementale (à condition de fixer des critères sur le terroir, l’environnement et la gouvernance). Néanmoins, sans rémunération digne des éleveurs et avec un marché oligopolistique, la transition agroécologique restera impossible et sauver l’élevage, restera un vœu pieux.

La FNH plaide donc pour une transition de la filière laitière vers plus de durabilité en réorientant les subventions publiques (qui représente en moyenne 84% des revenus des éleveurs) et au travers d’un meilleur partage de la valeur. Cela passe par la promotion de modes de production plus durables, qui répondent aux principes suivants :

• Des systèmes extensifs et herbagers, privilégiés par certaines AOP (dont le camembert AOP fait partie) et surtout par l’Agriculture Biologique. Rappelons que cette dernière garantit le non-recours à des pesticides ou engrais de synthèse avec des critères plus stricts de bien-être animal ;

• Un ancrage territorial pour avoir une traçabilité du lait, mais aussi des savoir-faire artisanaux valorisés ;

• Une gouvernance démocratique renforcée et un meilleur contrôle des prix et des volumes afin de garantir des revenus aux éleveurs.

5 recommandations clés

1. Une plus grande régulation des marchés avec :
• un prix plancher de la matière première agricole
• l’encadrement des marges
• et la transparence sur les marges nettes de chaque acteur

2. La création d’un fonds mutualisé de transition agroécologique à partir de 15% des bénéfices des entreprises de l’aval.

3. L’augmentation des enveloppes des « programmes opérationnels » pour renforcer les Organisations de Producteurs.

4. L’accompagnement de toutes les AOP dans une démarche de progrès :
• en termes de gestion des volumes
• en termes environnementaux

5. Le renforcement des budgets de communication pour les AOP exigeantes d’un point de vue environnemental et pour l’agriculture biologique.

Sources

[1] Ces éléments sont issus de la moyenne des pratiques observées pour les élevages de cette AOP, qui sont donc plus vertueuses que les critères minimaux fixés par le cahier des charges

La FNH vous donne rendez-vous au Salon de l'Agriculture !

La Fondation pour la Nature et l'Homme travaille depuis longue date sur les blocages à lever pour une agriculture sans pesticides et un élevage local et écologique en France. Elle vous convie au Salon de l'Agriculture le 27 février pour vous présenter ses dernières publications sur le sujet et ses propositions pour résoudre la crise agricole.

Rendez-vous mardi 27 février au Salon de l'Agriculture

Participez à nos conférences, sur le stand 4C034 - Max Havelaar (hall 4) :

  • 9h15-10h30 - Table ronde “Comment préserver un élevage laitier durable et ancré dans les territoires ?”. L’occasion de vous présenter notre étude sur le partage de la valeur dans la filière laitière. À cette table ronde participeront la FNH, le Basic, mais aussi des représentants du monde agricole et politique.
  • 13h30-14h30 - Table ronde “Crise du bio : comment relancer la consommation ?”, à laquelle nous participerons aux côtés du député Dominique Potier, la FNAB et l’IDDRI. Nous présenterons notamment notre dernière étude qui analyse les débouchés à activer pour sauver la bio de la crise historique qu'elle traverse et atteindre notre objectif : 21 % de surfaces agricoles en bio d'ici 2030.
  • 17h00 - Présentation de nos travaux sur les mesures miroirs. L'ambition de ces mesures : stopper l'importation d'aliments produits selon des pratiques en Europe, pour continuer à améliorer nos propres pratiques. A travers l’étude de 6 filières agricoles (soja, colza, riz, noisettes, viande ovine et viande bovine), elle détaille les différences de pratiques entre les agriculteurs européens et ceux des pays tiers, et la distorsion de concurrence qui en découle.

Et rendez-vous à 19h00 sur notre chaîne Youtube, pour un live spécial crise agricole !

Nos experts et plusieurs agriculteurs seront mobilisés pour démêler le vrai du faux sur la crise agricole et répondre aux questions suivantes :

👉 Faut-il sacrifier l’écologie pour aider les agriculteurs ?
👉 L'écologie peut-elle, au contraire, être une chance pour l'avenir de l'agriculture française ?
👉 Concurrence déloyale : quel est le problème et quelles sont les solutions ?
👉 Rémunération des agriculteurs : comment créer un juste partage de la valeur ?

Un horizon pour les fermes d’élevage : restructurer-diversifier

30 % des élevages ont disparu en 10 ans[1] et le nombre d’installés ne compensent que 2/3 des départs[2]. Les difficultés à transmettre sont connues : la difficile accessibilité financière de certaines fermes, une inadéquation entre l’offre de fermes à reprendre et la demande des porteurs de projet (taille, type de production) et la faible attractivité du métier d’éleveur. Face à ces problématiques, certains cédants et/ou repreneurs se tournent vers une restructuration et une diversification des productions de fermes d’élevage pour assurer l’installation-transmission. Si le phénomène reste encore minoritaire, il a déjà fait ses preuves sur un certain nombre d’exploitations. Quels sont les bienfaits socio-économiques et environnementaux de cette solution ? Quel est son coût ?  Quels moyens pour rendre possible sa généralisation à l’occasion du projet de loi de finances pour le budget 2024 (PLF 2024) et du Pacte-Loi d’Orientation et d’Avenir Agricoles (PLOAA) ?

C’est à ces questions que répondent la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, la Fondation pour la Nature et l’Homme et Terre de Liens dans une nouvelle étude, intitulée « Un horizon pour les fermes d’élevage : restructurer-diversifier ».

 Un horizon pour les fermes d’élevage : restructurer-diversifier

Télécharger le rapport (format pdf - 11 Mo)
Restructurer-diversifier une ferme, qu’est-ce que ça veut dire ?

Il s’agit de la reconception du système agricole d’une exploitation grâce à la réorientation de son activité, de la production principale et de l’usage des terres et des bâtiments. La réorientation du système agricole se traduit généralement par la déspécialisation, c’est-à-dire par un arrêt de la mono-production, au profit d’une diversification des productions mises en place sur la ferme ; l’augmentation des actifs agricoles ; et l’adoption de pratiques agroécologiques.

12 fermes analysées pour démontrer les avantages environnementaux et socio-économiques de la restructuration-diversification des fermes d’élevage

Convaincus que la restructuration-diversification est une solution clé à enclencher pour répondre au problème de la transmission de certaines fermes d’élevage et au besoin d’accélérer la transition agroécologique, la Fondation pour la Nature et l’Homme, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique et Terre de Liens ont tenu à analyser de façon très concrète les conséquences et les modalités de cette pratique. Pour cela :

  • Des entretiens ont été réalisés avec des personnes travaillant dans des fermes restructurées. Au total, notre échantillon comprend 12 fermes, réparties dans plusieurs territoires à fort enjeu concernant l’élevage, et appartenant, avant la restructuration, à une des 4 principales filières d’élevage (bovins, porcins, avicoles ou ovins/caprins).
  • Des entretiens ont également été réalisés avec des techniciens de chambres d’agriculture, de coopératives agricoles, de groupements de productions et d’organismes nationaux à vocation agricole et rurale (ONVAR).
  • Les données de précédents travaux ayant déjà été réalisés sur le sujet ont également été analysées.

Au terme de ce travail, plusieurs conclusions se dégagent. Restructurer et diversifier les fermes :

  • Crée des emplois : dans cet échantillon, on constate 3,4 fois plus de nombre d’ETP après la restructuration des fermes.
  • Offre des conditions de vie et de travail améliorées : la dimension collective présente dans beaucoup de fermes restructurées permet le développement de l’entraide dans le travail et le remplacement ou la rotation pour les astreintes inhérentes à l’élevage. Cela permet aux éleveurs d’avoir des week-ends libres et de prendre plus facilement des congés. Les personnes enquêtées dans l’échantillon évaluent leur épanouissement à 7/10 en moyenne.
  • Favorise l’installation de porteuses et porteurs de projet, notamment non-issus du milieu agricole (NIMA), qui constituent une bonne partie des candidats à l’installation.
  • Accélère la transition agroécologique : l’ensemble des fermes restructurées de cet échantillon est en agriculture biologique et dans 10 des 12 fermes, il s’agit d’une conversion post-restructuration. Ces fermes sont plus autonomes pour l’alimentation des animaux.
  • Contribue au dynamisme des territoires : elles participent toutes à des circuits courts et de proximité (AMAP, restauration collective, marchés locaux), organisent parfois des évènements sur leur ferme et contribuent à augmenter la population de certains villages ruraux.
  • Contribue à la souveraineté alimentaire des territoires grâce à l’adoption de productions plus diversifiées et parfois déficitaires sur certains territoires (ex : production de fruits et légumes dans des territoires d’élevage).

Si des études complémentaires sont à mener pour approfondir ces conclusions, il est déjà possible d'affirmer que les restructurations-diversifications sont l’une des solutions pour permettre à l’élevage de relever les deux défis structurels auxquels il est confronté.

Pour démultiplier cette solution, plusieurs freins sont à lever

Interrogés sur leur expérience de restructuration-diversification, les porteurs de projet ont pointé 3 freins principaux :

  • Les investissements humains et financiers, notamment ceux associés à la reconception des bâtiments.
  • La spécialisation des territoires dans certains types de productions, ayant pour conséquence une concentration géographique des outils d'abattage, de transformation et de distribution dans certains territoires et l’absence d'infrastructures dans d'autres.
  • La fragilité des processus de transmission-reprise, qui peuvent être accrus en cas de changement complet de système et les difficultés liées à l’émergence et à la pérennisation des collectifs sur les fermes et associations d’agriculteurs.

5 mesures pour accélérer la restructuration-diversification des fermes

À l'approche d’opportunités législatives, telles que le projet de loi de finances pour le budget 2024 et le Pacte-Loi d’Orientation et d’Avenir agricoles, nos trois organisations formulent des recommandations de politiques publiques visant à accélérer et multiplier les restructurations-diversifications :

  1. Lancer un réseau d’expérimentations de projets de restructuration-diversification avec un objectif d’au minimum une cinquantaine de fermes pilotes d’ici à la fin de la période 2024-2028.
  2. Ajouter des scénarios de restructuration dans le diagnostic transmission, en cours d’élaboration dans le cadre du PLOAA, pour faciliter la transmissibilité des fermes et améliorer leur résilience.
  3. Conditionner les aides à l’investissement à des critères de durabilité et en flécher une partie vers la restructuration-diversification des exploitations.
  4. Déployer massivement les dispositifs de stockage foncier temporaire non lucratifs et dirigés vers la transition et y intégrer des dispositifs facilitant les restructurations.
  5. Soutenir la consolidation des filières longues biologiques et le développement de filières territorialisées, afin de garantir des débouchés aux fermes qui se diversifient.

Sources

Comment préserver l'élevage bovin en France?

Évaluées par la FNH et notées « D », les politiques publiques actuelles ne permettront ni de préserver l’élevage bovin en France, ni de réduire son impact environnemental. Une véritable stratégie de planification écologique de ce secteur est pourtant à portée de main.

Télécharger le rapport

Elevage bovin : comment sortir de l'impasse ?

Télécharger (format pdf - 9 Mo)

À l’heure où la planification écologique s’enclenche, la Fondation pour la Nature et l’Homme apporte sa contribution au débat en publiant « Élevage Bovin : Comment sortir de l’impasse ? ». Avec le soutien technique du BASIC, la Fondation dresse un état des lieux de la double impasse environnementale et socio-économique dans laquelle l’élevage bovin se trouve.
 
Elle identifie deux potentielles trajectoires futures : une trajectoire “business-as-usual” vers laquelle nous nous dirigeons si rien n’est fait pour infléchir la tendance et une trajectoire “agroécologique” si un élevage durable était généralisé. 
 
Pour connaître la trajectoire vers laquelle les politiques publiques actuelles orientent l’élevage bovin, la FNH a passé au crible les politiques publiques censées promouvoir le “moins et/ou mieux” de ce secteur.  Sont-elles en capacité de résoudre le double problème humain et écologique ? Orientent-elles l’élevage bovin vers un système agroécologique, passant par moins et mieux de production et de consommation de produits animaux ?

Le résultat est clairement insuffisant et le constat sans appel : sans inflexion rapide, la situation des éleveurs va empirer et l’impact environnemental de l’élevage bovin s’accentuer. Pour sortir de cette impasse, la Fondation pose sur la table des propositions, de la fourche à la fourchette, permettant de garantir un avenir à l’élevage bovin français.

Sans impact d'ici 2030, l'élevage bovin sera davantage impacté et impactant

Depuis 50 ans, 3 grandes tendances structurelles sont à l'œuvre au sein des exploitations bovines : l’agrandissement-concentration des exploitations, la spécialisation des territoires et des exploitations et l’intensification des pratiques agricoles et d’élevage. Ce schéma s’est progressivement imposé pour beaucoup d’agriculteurs comme la seule issue pour faire des économies d’échelle et essayer de dégager un revenu. Mais elle alimente l’impasse socio-économique et environnementale.

Pour objectiver les impacts des deux trajectoires identifiées, la FNH les a croisées avec 15 indicateurs socio-économiques et environnementaux. Pour ce faire, la FNH s’est appuyée sur la grille d’analyse des enjeux de durabilité du système alimentaire français mise au point par le BASIC en 2020[1]. Développée à partir d’une large revue de littérature et représentée sous la forme d’une « boussole » inspirée de la théorie du donut, cette grille rend lisible les principaux effets de différents modèles agricoles sur les éleveurs, l’environnement, et la société. Si rien n’est fait pour mettre un coup d’arrêt à ces tendances, les impacts environnementaux et socio-économiques de l’élevage bovin pourraient continuer à s’empirer.

Pourtant, il existe un modèle d’élevage agroécologique [2] qui peut être généralisé à condition de réduire les volumes de production et de consommation. Ce modèle est aussi plus pertinent pour les éleveurs. L’efficacité économique des fermes laitières en agroécologie, et plus particulièrement en agriculture biologique, est respectivement de 60% à 99% supérieure à celle des fermes du RICA[3].

Une trentaine de politiques publiques depuis l'an 2000 passées au crible

La Fondation a recensé une trentaine de politiques publiques portant sur l’agriculture et l’alimentation depuis l’an 2000, et a sélectionné celles censées promouvoir le “moins et/ou mieux” de production et de consommation de produits animaux (21 politiques publiques). Leur pertinence pour la transition agroécologique de l’élevage bovin a été évaluée selon 3 critères : le niveau d’ambition et la capacité d’impact de la mesure, les moyens mobilisés, le niveau de mise en œuvre. L’évaluation montre clairement qu’elles ne sont pas en capacité d’infléchir la trajectoire « business as usual » et de promouvoir une trajectoire « agroécologique ». Les principales conclusions à retenir :

  • Elles visent surtout les pratiques agricoles et les comportements de consommation, mais ne s’attaquent pas à la structuration du marché et aux pratiques de la grande distribution, de la restauration commerciale et des industries agroalimentaires ;
  • Elles n’incitent pas au « moins et mieux » : sur la trentaine de politiques publiques agricoles et alimentaires environnementales sélectionnées dans cette cartographie, 21 politiques portent sur le moins et/ou mieux, dont 13 portent sur le “mieux”, 2 sur le “moins” et seulement 6 portent concomitamment sur le “moins et mieux”. Parmi les politiques qui portent sur le « moins » et/ou le « mieux », celles-ci sont trop souvent partielles, peu ambitieuses et faiblement mises en oeuvre.
  • Elles manquent de cohérence : les enveloppes budgétaires de l’agriculture ne sont pas cohérentes avec les objectifs environnementaux. Par exemple, les aides à l’investissement aux élevages ne sont pas conditionnées et le Plan stratégique national contient des enveloppes budgétaires limitées pour le climat et n’aborde pas directement la baisse du cheptel.
Qu’en est-il du Pacte et de la Loi d’Orientation et d’Avenir agricoles (PLOA) ?

Le PLOA peut porter sur les tendances de concentration-d’agrandissement, de spécialisation, et d’intensification qui empêchent le renouvellement des générations et ont de forts impacts environnementaux, freinent la résilience des exploitations et ont des impacts sur le bien-être des éleveurs.

Mais pour être efficace sur ces éléments, le PLOA doit être conjugué à d’autres politiques publiques ciblant tous les maillons de la chaîne, afin de permettre une transition de l’ensemble de la filière.

Pour sortir de l'impasse, la FNH plaide pour une planification écologique de la fourche à la fourchette

À l’approche d’échéances législatives importantes pour la filière, avec le PLOA, mais aussi la Stratégie nationale pour l'alimentation, la nutrition et le climat, le Projet de Loi de Finances, la nouvelle version de la Stratégie Nationale Bas Carbone et une éventuelle révision à mi-parcours du PSN, la Fondation souligne l’importance de :

1. Adopter une gouvernance interministérielle de la transition agroécologique et alimentaire ;
2. Faire évoluer l’environnement alimentaire (donc l’offre de la distribution, restauration hors domicile et des industries agroalimentaires) afin d’inciter à consommer moins et mieux de produits animaux et plus de végétaux ;
3. Mettre un terme aux tendances d’agrandissement-concentration, de spécialisation et d’intensification des pratiques au travers une réglementation plus contraignante sur la taille des exploitations et une restructuration des élevages difficiles à transmettre ;
4. Lancer une réflexion pour réguler les volumes, les prix, et le partage de la valeur au sein des filières ;
5. Réguler les échanges commerciaux pour réduire la concurrence internationale déloyale que subissent les éleveurs bovins ;
6. Refondre les enveloppes financières existantes en modulant les soutiens à l’élevage pour l’orienter vers une baisse des volumes de production et une amélioration des pratiques.

Sources

[1] BASIC. (2020). Étude des démarches de durabilité dans le domaine alimentaire :  annexe méthodologique détaillée. En ligne

[2] Majoritairement pâturant, autonome pour l’alimentation animale, utilisant pas ou peu d’intrants chimiques.

[3] Réseau Civam (2022). L’Observatoire technico-économique des systèmes bovins laitiers. Edition 2022. En ligne

Les atouts des légumineuses pour la santé, le porte-monnaie et la planète !

Envie d’adopter une alimentation plus saine, respectueuse de la planète, sans augmenter votre budget ? Pensez à intégrer les légumineuses dans vos menus ! Manger des lentilles, haricots, pois chiches, fèves, et pois secs  est un éco-geste facile, bon pour la santé, l’environnement et… délicieux ! On vous explique.

Le secteur agricole représente 25% des émissions de gaz à effet de serre (GES) en France, dont 80 % sont liées à la production animale. Pour relever le défi climatique, nous devons réduire d’au moins 19 % les émissions de GES du secteur agricole d’ici 2030 et de 46 % d’ici 2050. Comment y arriver ? Réduire notre production et consommation de produits animaux est l’un des pré-requis. Intégrer les légumineuses, riches en protéines végétales, dans notre alimentation est une excellente alternative aux protéines animales pour préserver la planète, mais aussi sa santé et son porte-monnaie !

87
% des Français ne consomment pas suffisamment de fibres (moins de 25g/jour) !

Pour avoir une santé de fer, les légumineuses sont vos alliées

  • Leur haute teneur en fibres régule la glycémie, limitant ainsi l’absorption des sucres et donc les risques de diabète. Les fibres assurent un bon équilibre de notre microbiote, ce qui nous protège des maladies chroniques. Pourtant, 80% des Français n’en consomment pas suffisamment !
  • Elles limitent l'absorption des graisses qui, en excès, augmentent le taux de mauvais cholestérol, responsable de maladies cardiovasculaires.
  • Elles sont riches en vitamines et minéraux, (fer, magnésium, potassium, etc, favorables au bon métabolisme de l’organisme).
  • Elles sont une source de fer (bon contre la fatigue et l’anémie), notamment les lentilles, le soja et les haricots rouges.
  • Elles sont aussi une bonne source de protéines nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, et sont à adopter dans le cadre d’une alimentation diversifiée (comportant des céréales, des fruits, des légumes, etc).
  • Elles permettent d’augmenter notre espérance de vie ! Selon une équipe de chercheurs de l’université de Bergen (Norvège) opter pour un régime avec des portions journalières de légumes secs à 100 grammes, de céréales complètes à 137 grammes, et en réduisant notamment la viande rouge à 50 grammes, permettrait un gain potentiel de 7 % sur l’espérance de vie à tout âge.
Des légumineuses : combien de fois par semaine ? 

Au moins deux fois par semaine selon le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Et tous les jours selon EAT-Lancet, groupe d’experts pour un régime de santé planétaire, qui a intégré les enjeux environnementaux dans ses recommandations. Cependant, 40 % des Français qui en consomment seulement une fois par semaine (Crédoc). Vous en faites partie ? Cet article vous fera sans doute changer d’avis !

Des repas sains et abordables, plus qu’intéressant dans ce contexte d’inflation

C’est important d’intégrer les légumineuses dans nos repas, pour leur teneur en fibres en particulier et parce qu’elles représentent une bonne alternative à la viande. Un atout pour notre porte-monnaie, surtout dans le contexte actuel ! Un kilo de légumineuses coûte entre 3 et 6 euros et vous aurez de quoi faire plusieurs repas pour faire durer le plaisir (entre 10 et 14 repas pour un kilo de lentilles par exemple). 

Salade de pois chiches
Salade de pois-chiches

Malgré les idées reçues, on ne s’en lasse pas

Il est difficile de faire le tour des légumineuses : il existe 600 variétés et presque 23.000 espèces ! Elles sont consommables sous diverses formes : fraîches avant maturité (petits pois, fèves), en légumes secs à maturité (lentilles, haricots, pois chiches, lupins) en farine pour en faire des galettes et du pain, sous forme de lait ou de tofu pour le soja… Les légumineuses sont déclinables dans des recettes à l’infini : houmous, falafels, tartinades, cassoulet ou chili végétarien, cuites avec des légumes et une garniture aromatique, elles sont aussi délicieuses en soupe, en accompagnement, en purée, gratins, salades … mais aussi en dessert !

Les légumineuses sont par ailleurs une base de la « cuisine du placard » : l’épicerie sèche, longue durée de conservation, à toujours avoir sous la main. Rapides à préparer : hormis la période de trempage (facile à anticiper et inutile pour les lentilles et les pois cassés), et le plus faible volume d’eau nécessaire à leur cuisson, elles peuvent être cuisinées de manière aussi simple que les pâtes ou le riz ! En version express, très pratiques aussi, on les trouve déjà cuites en conserve.

Quelques astuces pour cuisiner vos légumes secs

Pour la cuisson des graines sèches : une pincée de bicarbonate dans l’eau de cuisson améliore leur digestibilité pour les intestins sensibles. La température idéale est de 90°C dans un bouillon avec une garniture aromatique. Ne salez qu’à mi-cuisson.

Ne jetez pas l’eau de cuisson de vos pois chiches (appelée aquafaba) : elle remplace parfaitement les blancs d’oeufs en cuisine et monte même en neige !

Les légumineuses : des championnes contre le dérèglement climatique

Pour les nourrir, les mono-cultures céréalières intensives ont recours aux engrais azotés. Le problème ? Les engrais azotés sont fabriqués à partir de gaz et 60% d’entre eux sont importés. Par ailleurs, leur épandage génère des gaz à effet de serre, appauvrit les terres agricoles, pollue l’eau et menace la biodiversité !

Or, les légumineuses n’ont pas besoin d’intrants chimiques pour leur développement puisqu’elles ont la capacité naturelle de fixer l’azote présent dans l’air, de le réinjecter dans leurs racines pour leur propre développement, mais aussi pour celui des cultures suivantes. Elles sont ainsi un engrais naturel, et donc indispensables dans l’agroécologie, dont agriculture biologique !

Introduire des légumineuses dans les monocultures de céréales permet de réduire de 50% la consommation d'énergie de ces dernières (moins d’énergie utilisée pour la fabrication des engrais azotés et moins d’épandage de pesticides nécessaire). Source : ADEME

Développer les cultures de légumineuses en France : une priorité !

Aujourd’hui, les deux tiers des légumes secs consommés par les Français sont importés. Par ailleurs, la France importe 3,5 millions de tonnes de soja chaque année pour nourrir ses animaux d’élevage (Greenpeace), soit plus de 1 850 terrains de foot. Ce soja vient majoritairement de terres déforestées en Amazonie. Il y a donc urgence à réduire notre consommation de viande, pour réduire notre dépendance au soja importé, et à développer les filières de légumineuses pour notre alimentation.

2 millions d’hectares d’ici à 2030 c’est l’objectif affiché par le gouvernement en 2019 dans son plan protéines végétales. Où en sommes-nous ? Aujourd’hui près d’un million d’hectares sont semés (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères…) et majoritairement destinés à l'alimentation animale. Pour atteindre l’objectif, il est donc nécessaire d'accélérer et d’orienter une partie significative de ces cultures vers l’alimentation humaine.

7 idées reçues sur l’avenir de l’agriculture

Faudra-t-il produire plus pour nourrir les 9,5 milliards d’habitants sur terre en 2050 ? Une agriculture sans pesticides pourrait-elle relever le défi ? Est-ce vraiment possible de réduire notre consommation de viande sans mettre en péril les éleveurs français ? Alors qu’en France l’agriculture est le deuxième secteur le plus émetteur, que la biodiversité s’effondre et que nos agriculteurs ne parviennent plus à vivre décemment de leur travail, nous démêlons le vrai du faux sur l’avenir de notre modèle agricole et alimentaire avec Marc Dufumier, agronome, enseignant-chercheur à AgroParis Tech et membre du Conseil scientifique de la FNH.

Idée reçue n°1- Nourrir le monde sans pesticides de synthèse c’est impossible !

Faux. Les problèmes de la faim dans le monde n’ont rien à voir avec un manque de nourriture. Il est tout à fait possible de nourrir la planète entière sans pesticides puisqu’on produit déjà suffisamment de nourriture. Le vrai problème réside dans la répartition des revenus pour avoir accès à l’alimentation.

Quelques chiffres éclairants :

  • Pour nourrir correctement l’humanité, il faut produire (d’un point de vue calorique) 200 kg de céréales par habitant et par an. Or, on en produit actuellement 330 kg/habitant/an !
  • Pourtant, 800 millions de gens souffrent de la faim dans le monde et 1 milliard d’entre eux sont carencés. Pourquoi ? C’est parce que trop de personnes ne parviennent pas acheter la nourriture disponible.

Les cultures spécialisées des pays en développement (café, cacao, banane, soja…), au détriment des cultures vivrières, ont non seulement rendu maints pays dépendants de l’occident pour leur alimentation, mais elles ne leur permettent pas non plus de dégager des revenus suffisants pour acheter de quoi se nourrir.

Les pays riches, quant à eux, captent tous les surplus, nourrissent des animaux en surnombre, (à noter qu’il faut entre 3 et 10 calories végétales pour produire une calorie animale), consomment des agrocarburants et gaspillent à tout va, tout en détruisant la planète avec un modèle agricole très énergivore, polluant et qui, s’il a permis d’accroître la production pour répondre à la pénurie d’après-guerre, est aujourd’hui obsolète, s’insurge Marc Dufumier.

Idée reçue n°2 - Les alternatives aux pesticides de synthèse ne sont pas efficaces contre les maladies et les ravageurs

Faux. La réponse tient en un mot : l’agroécologie. Là où l’agriculture conventionnelle spécialisée a uniformisé, simplifié et pour finir appauvri et fragilisé les écosystèmes, l’agroécologie permet de redynamiser les territoires : on n’éradique plus les adventices (mauvaises herbes), ravageurs et autres agents pathogènes, mais on vit avec et on minore leurs prolifération et les dommages. Comment ? En conservant une grande biodiversité végétale et animale, sauvage et domestique, et en jouant des interactions que les uns et les autres entretiennent dans ces riches écosystèmes. C’est en maintenant une dynamique de la diversité dans les agrosystèmes, et bien sûr sans pesticides, qu’un équilibre se crée et que l’on réduit les risques de virus, maladies et autres ravageurs.

Idée reçue n°3 - L’agroécologie, c’est pas sérieux !

Faux ! L’agroécologie a pour objectif de tirer le meilleur parti d’un milieu pour accroître les rendements à l’hectare sans avoir à étendre les surfaces cultivées (autrement dit déforester, assécher des zones humides…). C’est une discipline scientifique éminemment rigoureuse et novatrice, qui est en mesure d’aider les pays du sud à retrouver leur autonomie alimentaire, d’autant plus qu’ils bénéficient souvent de conditions très favorables pour produire intensivement à l’hectare : la lumière du soleil, ressource renouvelable et gratuite et le carbone du gaz carbonique de l’atmosphère pour fabriquer les glucides et les lipides de l’alimentation, via la photosynthèse. L’azote de l’air que des légumineuses peuvent intercepter pour produire des protéines végétales et dont elles vont, par voie biologique, fertiliser le sol et profiter aux céréales comme le mil ou le sorgho qui ne captent pas l’azote de l’air.

L’important est de bien gérer l’usage des eaux de pluie, en mettant des obstacles à son ruissellement et en favorisant son infiltration dans les sols. Pour que ceux-ci soient suffisamment poreux, on peut compter sur les vers de terre, les termites et la biologie des sols. Des matières organiques (fumier) grâce à l’association étroite de l’agriculture élevage, des arbres dont les racines profondes sont capables d’extraire du sous-sol des éléments minéraux issus de l’altération des roches mères et de les restituer dans les couches de surface quand les feuilles mortes se décomposeront au sol. Des arbres et arbustes encore pour héberger toute une petite faune d’oiseaux, mammifères et autres auxiliaires participant à la régulation des insectes ravageurs et des maladies.

L’agroécologie montre ainsi qu’en tirant profit du vivant, avec une utilisation optimisée des ressources naturelles, il est possible de créer et de maintenir une couverture végétale dense et permanente et d’associer étroitement les cycles du carbone et de l’azote afin d’optimiser les rendements sur une surface réduite.

Idée reçue n°4 : L'agriculture industrielle vend des produits « bon marché »

Vrai sur le court terme, faux sur le moyen terme. Le seul moment où le consommateur peut prétendre acheter « bon marché » c’est au supermarché en remplissant son caddie de produits à bas prix, mais le passage « à la caisse » ne s’arrête pas là. Il faut pour rétablir le coût réel d’une alimentation issue de l’agriculture industrielle y ajouter directement tous les coûts cachés : l’argent de nos impôts dépensé pour dépolluer l’eau des intrants chimiques, dont l’atrazine par exemple, lutter contre la prolifération des algues vertes due à l’épandage du lisier provenant de l’élevage intensif d’animaux hors sol, assumer les coûts sur la santé induits par la multiplication des cancers, parkinson, obésité et autres perturbateurs endocriniens, sans oublier bien sûr l’altération en général des paysages en terme de bien-être ou encore les impacts à durée indéterminée sur le climat et la biodiversité.

Idée reçue n°5 : L’agriculture bio n’est pas rentable pour l’agriculteur

Faux. Certes l’agriculture biologique a un coût supérieur en main d’œuvre car elle est plus soignée, plus artisanale, plus complexe. Exigeante en temps, elle demande un savoir faire et des connaissances agronomiques, mais n’est-ce-pas les raisons qui justement motivent ceux qui ont envie de se réapproprier leur métier et d’être fiers de produire une alimentation saine pour la santé des hommes et respectueux de l’environnement.

Par ailleurs, rappelons que les pays riches, comme la France, peuvent se permettre de diminuer leurs rendements pour produire une nourriture de meilleure qualité. En économisant sur les coûts en engrais, en pesticides et en énergie fossile (carburants), cultiver en bio permet de gagner en valeur ajoutée à l’hectare. Par ailleurs, il serait bon de rappeler que les agriculteurs en bio contribuent à la réduction de l’effet de serre par la séquestration du carbone, qu’ils replantent des haies, dépolluent les sols et en restaurent la fertilité, favorisant le retour de la biodiversité, et qu’ils devraient, pour ces services rendus à l’environnement, et donc d’intérêt général pour la société toute entière, être rémunérés par l’argent des contribuables. Un levier financier pour compenser le manque à gagner induit par le temps de conversion et la certification. Une rémunération qui récompense leur savoir-faire et reconnaît leur participation à la transition agricole et alimentaire.

Idée reçue n°6 : Manger moins de viande c’est condamner les éleveurs français

Faux. Là encore il faut remettre en perspective les conséquences directes de la surconsommation de viande sur la santé humaine et sur l’environnement et les différents modes d’élevage. Là où l’élevage intensif a des effets délétères à tous points de vue sur la santé, sur l’environnement (pollution aux nitrates responsables de la prolifération d’algues vertes sur le littoral breton, émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, déforestation importée à cause du soja dont sont nourris vaches, cochons et volaille, et sans oublier le bien-être animal), les exploitations avec un cheptel réduit, élevé à l’herbe, se révèlent au contraire bénéfiques au milieu, puisque les sols et particulièrement les prairies comptent parmi les principaux milieux de stockage naturels de carbone et participent à la biodiversité et au maintien de paysages ouverts.

Idée reçue n°7 : Plus aucun agriculteur n’a envie de s’installer !

Faux. Il y a une appétence pour le métier d’agriculteur et agricultrice. Pour preuve, près d’un tiers de nouveaux installés ne le font pas dans le cadre familial. Mais on ne peut parler d’agriculture aujourd’hui sans mentionner les difficultés liées au métier voire l’immense détresse de certains agriculteurs. C’est en effet une profession qui compte parmi les plus importants taux de suicide (perte de sens, surendettement, pression pour produire toujours davantage à des prix toujours plus tirés vers le bas).

La question de la transmission des terres est un vrai enjeu : 45% des agriculteurs partiront à la retraite dans les 6 ans. Selon le dernier rapport de Terres de Lien, 5 millions d’hectares, soit 20% de la surface agricole française vont changer de main d’ici 2030.

Si les débouchés de l’agriculture conventionnelle et la distorsion de concurrence (induite notamment par les traités de libre-échange) découragent certains de reprendre l’exploitation familiale, c’est surtout le difficile accès aux terrains qui est en cause.

Il existe bel et bien des candidats souhaitant reprendre des terres pour développer des formes d’agriculture alternatives (maraîchage en circuit court, transformation fromagère et appellations protégées…), mais c’est un parcours du combattant. La concentration des terres avec des fermes de plus en plus grandes tournées vers une production de masse se poursuit et les nouveaux agriculteurs ne disposant pas d’un capital suffisant ne peuvent prétendre rivaliser avec ces grandes unités de production lorsqu’il s’agit de se positionner pour reprendre les terres de ceux qui partent à la retraite.

Le problème est politique et il appelle une réponse politique : aider les jeunes et moins jeunes à s’installer c’est mettre avant tout mettre fin à la spéculation foncière et redonner du pouvoir aux SAFER (société d’aménagement foncier et d’établissement rural). Réorienter les aides de la politique agricole commune et notamment cesser de conditionner leur montant à l’hectare.

Élevage et consommation de viande : la nécessité de concilier le « moins et mieux »

Comme pour l’ensemble de l’agriculture, la société et la science attendent que l’élevage évolue pour réduire son impact sur le changement climatique, contribuer à la préservation de la biodiversité et garantir le bien-être animal. Côté consommateur, les protéines animales, notamment la viande, occupent encore une place importante dans les assiettes, malgré l’évolution des messages de santé publique. Pourtant, pour tendre vers un modèle agricole et alimentaire plus sain et plus durable, il est nécessaire de réduire drastiquement la part qu’on leur accorde. Pour la FNH, cela passe par un objectif : baisser la production et la consommation de produits animaux d’au moins 50 % d’ici 2050. Comment faire pour réussir cette transition vers le moins et mieux ?

État des lieux d’une filière au carrefour d’enjeux écologiques et sociaux

Une empreinte écologique qui pèse lourd…

Si la production animale ne fournit que 37% de nos protéines et 18% de nos calories (1), elle est au cœur d’enjeux environnementaux cruciaux :

  • Elle compte pour 14,5 % des émissions mondiales de GES hors déforestation ;
  • Elle représente 70% des émissions agricoles si l’on ne considère que l’élevage (hors émissions liées aux cultures consacrées à l’alimentation animale) ;
  • Elle mobilise environ 83% des terres arables dans le monde ;
  • Elle est responsable de plus de 80% de la déforestation de la forêt amazonienne (création de zones de pâturage pour les ruminants et production de l’alimentation animale, notamment soja).
  • En matière de biodiversité, les impacts sont très divers selon les systèmes, les productions et les modèles. Si une grande partie de l'élevage allaitant français est aujourd’hui garant du maintien des prairies riches en biodiversité, d’autres produits animaux sont dépendants d’une production d’alimentation animale extrêmement polluante, dont l’importation de soja d'Amérique du Sud qui contribue massivement à la déforestation.
  • Dans le monde, l’intensification des méthodes d’élevage n’est pas non plus sans lien avec le développement des zoonoses et de leur propagation (2).

Enfin, émergent dans la société des questions relatives au bien-être animal, avec une demande sociétale forte que celui-ci soit garanti à toutes les étapes de la production (de la naissance à l’abattage).

La filière élevage bovin viande française en pleine crise économique

Le cheptel et la demande de produits carnés diminuent légèrement depuis une vingtaine d’années en France. Cette baisse de la consommation concerne surtout les viandes bovines et porcines (environ -14 % entre 1998 et 2018), alors qu’elle a augmenté pour la volaille (+22,7 % entre 1998 et 2018).

Cette situation est aujourd’hui subie par les éleveurs de bovins en France et s’accompagne d’un prix payé au producteur insuffisant. Ces derniers vivent actuellement une réalité économique et sociale très dure, avec de nombreux départs à la retraite non-remplacés (un sur deux environ), et des conditions climatiques de plus en plus difficiles. Dans ce contexte, les perspectives manquent, et l’accompagnement par les pouvoirs publics fait défaut, en l’absence de cap, ou de moyens pour sortir l’élevage de ses ornières.

Une nécessite : aller vers le moins et mieux en réduisant la production et la consommation d’au moins 50%

Pour répondre aux problématiques écologiques et sociales, de plus en plus d’acteurs (autorités sanitaires, scientifiques, ONG, etc.) s’accordent à dire qu’il est urgent de diminuer fortement la production et la consommation de produits animaux (y compris porc et volaille) à travers le monde.

En France, la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) fixe pour objectif de diminuer de 46% les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole français d’ici 2050 et de 19% d’ici 2030 (3).

Pour y arriver et en l’état actuel du consensus scientifique qui se dessine (4), la FNH se mobilise pour que les politiques publiques s’orientent vers une diminution d’au moins 50% de la production et de la consommation de produits animaux en France en 2050 par rapport à 2020.

Cette réduction serait aussi bénéfique en termes de santé publique, puisque la consommation de viande dépasse actuellement les recommandations, tandis que celle de légumineuses, fruits, et légumes, reste insuffisante (5). La végétalisation des assiettes permettrait ainsi un moins et mieux de protéines animales, et des assiettes plus diversifiées.

Ainsi la transition alimentaire devra viser :

  • La diminution d’au moins 50% de la consommation de produits animaux issus d’élevages non durables ;
  • L’orientation de la demande vers des produits issus d’élevages durables et au plus territorialisés possibles, en fonction des contraintes pédoclimatiques ;
  • L’augmentation des apports en protéines végétales (légumineuses, fruits à coque, céréales complètes, etc.) et la consommation de fruits et légumes, issus de modes de production durables et territorialisés ;
  • L’orientation de la consommation vers des produits bruts ou faiblement transformés, privilégiant la qualité nutritionnelle et sanitaire des aliments.

Tout cela nécessite de :

  • Enclencher une trajectoire de réduction de consommation de produits animaux et de réduction des tailles de cheptel ;
  • Accompagner le développement d’une production à haute qualité environnementale - bénéfique pour le climat, la biodiversité, le bien-être animal - et rémunératrice pour les éleveurs.

Comment gérer la réduction de la production de produits animaux ?

Cette diminution du cheptel doit prioritairement concerner les productions les plus intensives, en raison de leurs multiples impacts négatifs économiques et sociaux ainsi que sur l’environnement, le bien-être animal et la santé publique. Elles se caractérisent par les élevages ayant les plus fortes densités, le plus grand nombre d’animaux et une alimentation provenant en grande partie d’importations (notamment le soja d’Amérique du Sud). Pour les ruminants et les granivores (qui se nourrissent le plus souvent de grains), ce sont aussi les élevages qui ne garantissent pas, ou insuffisamment, l’accès à l’extérieur aux animaux.

Cette diminution doit également se faire dans le cadre d’une déspécialisation des régions agricoles françaises en veillant prioritairement à désintensifier les régions où l’élevage est le plus concentré.

Pourquoi accompagner le développement d’un élevage de qualité et rémunérateur ?

La perspective de diminution de production et de consommation doit constituer une opportunité pour les filières d’élevages de se tourner vers des productions de qualité, à haute valeur ajoutée, rémunératrices pour les agriculteurs.

Le maintien d’un élevage durable sur le territoire français est possible, en privilégiant des systèmes autonomes pour l’alimentation des animaux, en permettant le maintien des prairies permanentes, et en répondant aux nouvelles attentes en matière de bien-être des animaux. Ainsi, ces élevages doivent :

  • garantir un maximum de rations journalières de pâturages pour les ruminants, avec le plus possible d’accès à l’extérieur pour les animaux et une faible densité de ceux-ci.
  • valoriser les races rustiques, plus adaptées aux territoires et résilients face aux aléas climatiques. L’élevage de ruminants de races mixtes (produisant lait et viande) est à favoriser car il permet de diversifier les revenus et d’optimiser l’utilisation de la ressource en herbe.

Les bénéfices socioéconomiques du “moins et mieux”

  • Davantage de revenus pour les éleveurs : en France, les produits animaux issus des élevages les plus intensifs sont souvent très exposés à la concurrence internationale. Les éleveurs sont souvent démunis dans le cadre des négociations commerciales. Une montée en gamme de la production pourrait offrir aux éleveurs davantage de revenus si les pouvoirs publics les accompagnent en ce sens. Les élevages herbagers durables sont déjà plus résilients économiquement et socialement face aux crises et dégagent davantage de revenus (6).
  • L'amélioration de la balance commerciale : la balance commerciale agricole est actuellement déficitaire (si l’on exclut le vin et les spiritueux). Rééquilibrer les importations et les exportations en tournant la production vers une demande française en évolution pourrait changer la donne. Par exemple, cela permettrait de mettre fin aux 4 milliards de tonnes de soja importés chaque année et à l’importation de 50% des fruits et légumes que nous consommons (7).
  • C'est une réponse aux attentes de la société civile et des citoyens en termes de bien-être animal, notamment en sortant des élevages ne garantissant aucun accès à l’extérieur aux animaux (ce qui est actuellement le cas pour environ 95 % des porcs et 75 %-80 % des volailles).

Note

Moins et mieux : un élevage et une consommation de produits animaux respectueux de la planète

Télécharger (format pdf - 831 Ko)

Nos propositions pour y arriver 

  • La lutte contre la concurrence déloyale grâce à la mise en place d’un règlement européen basé sur les mesures-miroirs. Le concept : interdire l’importation de viande produite avec des pratiques d’élevage et des substances bannies en Europe. (8);
  • L’accompagnement des éleveurs dans la transformation de leur système de production associé à une diminution globale du cheptel. Cette transformation concerne : la recherche d’autonomie pour l’alimentation des animaux, le maintien et le développement des prairies permanentes et des infrastructures ; agroécologiques (haies, arbres, etc.) et la forte diminution de l’utilisation des intrants de synthèse (engrais azotés et pesticides) ;
  • L’accompagnement d'une production de légumineuses durables dans les territoires, à la fois pour l’alimentation des animaux et des humains ;
  • L’accompagnement de l’évolution des habitudes alimentaires, incluant la diminution de la consommation de produits animaux (viande rouge, volaille, lait, fromage, yaourt, œufs, etc.), l’augmentation de produits de meilleure qualité pour la santé et l’environnement, l’accessibilité à une alimentation saine et durable pour l’ensemble de la population (en particulier, consommation de fruits, légumes, légumineuses).

Sources

(1) Poore J. et Nemecek T., “Reducing food environmental impacts through producteurs and consumers”, juin 2018

(2) FNH, “Comment réorienter et relocaliser notre agriculture et alimentation vers un modèle résilient et durable ?”, mai 2020

(3) Stratégie nationale bas carbone, avril 2020

(4) En 2021, l’ADEME a missionné plusieurs chercheurs pour comparer 16 scénarios de transition existants, identifier les points communs et les éléments de divergence entre ces travaux. Dans les convergences, il est noté que 12 scénarios sur 16 s’appuient sur des diminutions significatives de la consommation de protéines animales et que la réduction des cheptels concerne 13 scénarios sur 16. Les auteurs en concluent : « ces éléments tracent, en cohérence avec la littérature scientifique, une voie très claire vers la réduction de la consommation de protéines animales et des cheptels »

(5) Les recommandations du PNNS sont de consommer maximum 500g de viande hors volaille par semaine, 5 fruits et légumes par jour, une poignée de fruits à coque chaque jour et des légumineuses au moins deux fois par semaine. Un tiers des Français est au-dessus de la limite des 500g et 80% des Français ne consomment pas suffisamment de fibres. Source : La Fabrique écologique.

(6) Par exemple, selon le Civam, les élevages laitiers durables du Grand Ouest ont un résultat par actif supérieur de 66% par rapport à la moyenne des élevages laitiers sur le même territoire. Par ailleurs, la dépendance des élevages tournés vers l’exportation les rend extrêmement tributaires des fluctuations des cours mondiaux. Au contraire, les élevages plus durables subissent moins l’impact de la volatilité des prix des marchés mondiaux car ils sont moins dépendants des importations d’intrants (notamment l’alimentation animale) et des prix de vente sur le marché international. Dans le cas des élevages laitiers du Grand Ouest, là où le prix du lait peut varier d’une année sur l’autre de -19% à +13%, le résultat varie de -60% à +145% pour les élevages conventionnels, en moyenne, tandis qu’il ne varie que de -34% à +55% pour les élevages durables.

(7) La face cachée de nos consommations alimentaires, Solagro, 2022.

(8) Plus concrètement : l'interdiction de produits issus d’animaux traités avec des produits vétérinaires ou nourris avec des aliments non autorisés par la réglementation européenne ou ne respectant pas les exigences d'identification et de traçabilité. Ainsi que l'’interdiction de produits issus d’animaux dont il n’est pas attesté qu’ils ont bénéficié de certaines conditions minimales en matière de bien-être animal, concernant le temps de transport notamment. Pour garantir l’effectivité de ces mesures, il est nécessaire de prévoir le renforcement des contrôles dans les principaux pays exportateurs et la mise en place de procédures de suspension.

Un jour par semaine sans viande, ni poisson et en même temps réformer les règles du commerce

L’élevage représente à lui seul 14,5% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. C’est l’un des secteurs qui contribue le plus au dérèglement climatique. Pour autant toutes les viandes et tous les types d’élevage n’ont pas les mêmes impacts. La viande rouge est de loin la plus émettrice de gaz à effet de serre. Manger un steak de 125 grammes émet ainsi autant de CO2 que de parcourir 205km en voiture ! D’autres types de viande et notamment la volaille ou le porc sont majoritairement nourris à base de tourteaux de soja, majoritairement produits au Brésil, sur les terres amazoniennes déforestées… 

 

80% de la déforestation dans le monde est ainsi lié au développement de l’agriculture et plus d’un tiers est à imputer aux pays de l’Union Européenne via leurs importations. Des différences majeures existent aussi entre les élevages durables français et les élevages américains par exemple. Pour agir au quotidien, chaque citoyen peut diminuer sa consommation de viande et opter pour de la viande de qualité, produite en France avec des labels qui respectent le bien-être animal et l’environnement. Dans le même temps, le gouvernement se doit d’agir, à travers l’Union Européenne, pour changer les règles du commerce mondial qui ouvrent grands les portes de ces dérives !

Manger moins de viande mais de meilleure qualité et opter pour les légumineuses

La consommation de protéines animales est en baisse en France. En amont, c’est les modes de production agricole ainsi que la gestion des ressources halieutiques qui doivent être interrogées. 

L’élevage est à l’origine de 14,5% des émissions de GES et en France une majorité de lapins, cochons, poulets… sont élevés dans des conditions de vie qui en permettent pas la satisfaction de leurs besoins élémentaires. Ces élevages sont également gourmands en soja importés du Brésil et concourant à la déforestation.

Par ailleurs, une importante consommation appelant une pêche industrielle et intensive, ce sont également les ressources halieutiques qui sont menacés d’épuisement, les écosystèmes marins de destruction et même l’emploi des pêcheurs et la sécurité alimentaire mondiale…

Et pourtant, nous n’avons pas besoin de manger autant de protéines : 90 grammes en moyenne par jour et par personne c’est trop. Seuls 52 grammes sont nécessaires. L’Organisation Mondiale de la Santé a par ailleurs établi que la viande rouge transformée est une cause certaine de cancer.

Alors, une fois par semaine, on se passe de viande et de poisson pour opter pour les légumineuses : lentilles, pois chiche, fèves, le lupin, les haricots blancs ou rouges, pois cassés…et pour faire le choix d’une viande issue d’élevages français et durables et de modes de pêche respectant les ressources.

La limite de l’action citoyenne : les règles du commerce mondial sont à contre-sens de ce qu’il faudrait faire !

Seul, le citoyen ne règlera pas tous les problèmes. En effet, une grande partie de la viande consommée qui arrive sur le territoire français est utilisée dans les produits transformés ou servie en restauration collective. Le problème est que les règles qui s’imposent à la viande, ou à toute denrée agricole importée ne sont pas les mêmes que celles qui s’imposent aux agriculteurs européens. 

Ainsi, si en Europe il est interdit de nourrir les animaux avec des farines animales depuis la crise de la vache folle, c’est autorisé pour la viande importée venant du Canada ou des États-Unis. De même, il est interdit d’utiliser des antibiotiques comme activateur de croissance dans l’UE, mais c’est autorisé pour la viande importée en provenance du Brésil. 

C’est donc la double peine, d’abord pour les agriculteurs européens qui subissent une concurrence déloyale, et de l’autre pour l’environnement. A l’inverse si l’on autorisait les importations uniquement des denrées agricoles produites selon les règles européennes, cela aurait un effet entrainant sur les autres pays qui ont un intérêt important à pouvoir exporter sur un marché de 500 millions de consommateurs. 

Par ailleurs, les animaux européens, et notamment le porc et la volaille sont nourris avec du soja qui est produit au Brésil, alors même que l’Europe pourrait le produire elle-même comme toute autre culture de protéagineux. Le problème est qu’en important ces produits l’Union Européenne est complice des feux de forêts, de la disparition de la biodiversité et des émissions de CO2 qui sont rejetées. C’est pourquoi l’UE doit désormais sanctionner commercialement les États comme le Brésil qui mettent en danger la survie de l’Humanité avec des politiques de déforestations, en interdisant l’importation de produits comme le soja ou la viande de bœuf qui sont à l’origine de cette disparition. 

Pour rappel, si l’on continue à abattre la forêt amazonienne et qu’elle disparaissait complètement, cela équivaudrait à 10 ans d’émissions de gaz à effet de serre rejetées dans l’atmosphère au niveau mondial. Autant dire les chances de limiter la hausse des températures à 1,5°C ou 2°C comme nous nous y sommes engagés lors de la signature de l’Accord de Paris seraient réduites à néant.

La solution ? Réformer la politique commerciale européenne de fond en comble 

Manger moins de viande

Les règles du commerce mondial ou plutôt l’absence de règles contraignantes en matière sociale et environnementale, contribuent au développement d’un modèle économique insoutenable et incohérent. Avec son marché de 500 millions de consommateurs, l’Union Européenne a pourtant le pouvoir d’inverser cette tendance. Si elle modifiait ses règles commerciales, il serait possible de faire du commerce un véritable levier de la transition écologique en rehaussant les exigences environnementales et sociales. Notamment il faudrait mettre en place une exception agriculturelle pour que l’alimentation ne soit pas un bien marchand comme les autres. C’est là tout l’objet du travail mené par la Fondation Nicolas Hulot et l’Institut Veblen qui ont formulé 37 propositions pour que les règles qui ont conduit au CETA ou à l’accord avec les pays du MERCOSUR ne puissent plus exister.

 

Des mesures-miroirs pour exiger les normes UE aux importations

Des pistes pour améliorer le bien-être animal dans les filières d'élevages

L'élevage intensif à échelle industrielle a de forts impacts négatifs sur l'environnement : baisse de la fertilité et érosion des sols, pollution des eaux, fortes émissions de gaz à effet de serre… Par ailleurs, les souffrances animales qui découlent de ces pratiques intensives en disent long sur nos rapports avec les êtres vivants qui finissent dans nos assiettes. Alors, bien-être animal dans les filières d'élevage : de quoi parle-t-on ? Pourquoi l'améliorer, et surtout, comment ?

 

Le bien-être animal, qu'est-ce-que c'est ?

Nous élevons des animaux pour répondre à nos besoins comme nous nourrir et nous vêtir. Mais peu à peu, les impératifs de rentabilité et les exigences économiques ont transformé ce secteur. Les innovations techniques et génétiques ont renforcé la logique productiviste : il faut produire toujours plus de viande, de lait, d'œufs, le tout à moindres coûts et dans un monde concurrentiel. La qualité de vie des animaux a directement pâti de cette transformation. 

Les études scientifiques confirment aujourd'hui que les animaux sont des êtres sensibles. La douleur, le stress, l'ennui ou l'immobilité forcée entrainent des séquelles psychologiques pouvant aller jusqu'à des comportements autodestructeurs. 

Pour définir le bien-être animal, l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) reprend les "5 libertés" essentielles (1). Les humains responsables d'animaux doivent garantir à ces derniers :

  • L'absence de faim et de soif.
  • L'absence d'inconfort, par un environnement adapté comprenant un abri.
  • L'absence de douleur, de blessure, de maladie.
  • La liberté de pouvoir exprimer un comportement normal, grâce à un environnement et des infrastructures adaptés.
  • L'absence de peur et de détresse, pour éviter toute souffrance mentale.

Pourquoi faut-il améliorer le bien-être animal, au-delà de la problématique de leur sensibilité ? 

Aujourd'hui, l'écart entre les principes édictés et la réalité de l'élevage intensif est immense et les pouvoirs publics sont frileux à le réduire. Les poules sont encore entassées dans des cages, les porcelets castrés à vif, ou les poussins broyés. 

C'est un enjeu de santé animale et humaine :

L'élevage intensif accroit les maladies chez les animaux et favorise les épidémies. C'est d'ailleurs parce que les animaux sont élevés de manière intensive qu'ils développent plus de maladies et que les éleveurs recourent à des antibiotiques. Ce type d'élevage favorise aussi la transmission d'agents pathogènes dangereux pour les consommateurs. Cela prend la forme de scandales comme ceux des œufs ou du lait contaminés. Les produits animaux de moindre qualité nutritionnelle accroissent également les risques de développer des maladies cardiaques, du diabète, de l'obésité ou certains cancers. 

Une souffrance humaine et pas seulement animale :

Les conditions de travail souvent difficiles ont des conséquences néfastes sur la santé des éleveurs et des employés d'abattoir, souvent en situation précaire. Rehausser les exigences en matière de bien-être animal revient à augmenter celui des humains qui travaillent à leurs côtés. 

C'est l'affaire de toute et tous, pas que celle des éleveurs : comment faire à son niveau ?

Plusieurs choix sont possibles en matière d'alimentation. Celles et ceux qui se tournent vers le végétarisme réduisent la souffrance animale en éliminant la viande de leurs habitudes alimentaires. Si vous n'êtes pas encore prêt à passer le pas, voici quelques clés pour adopter un comportement responsable.

Manger moins de viande, plus d'alternatives :

Remplacer la viande par des légumineuses comme les lentilles, les pois chiches, les haricots rouges et blancs, les graines de quinoa, de chanvre ou de chia, en association avec des céréales (couscous, riz, blé…) : elles apportent autant de protéines, tout en diversifiant votre alimentation !

Quoiqu'il en soit, les médecins recommandent en général de ne pas dépasser 250 à 300 grammes par semaine selon le profil des individus, soit deux fois par semaine maximum. Optez donc pour des viandes biologiques ou sous Label Rouge, qui garantissent normalement un niveau plancher de bien-être animal. Concernant les œufs, privilégiez également les Label Rouge ou les œufs plein air. 

Manger moins de viande mais de meilleure qualité :

Soyez vigilant à votre consommation de produits transformés ; ils contiennent souvent des produits d'origine animale de moindre qualité, souvent difficiles à retracer. Le mieux est donc de privilégier les pièces de boucherie et de poissonnerie, garantissant une meilleure visibilité sur la qualité et l'origine des protéines carnées.


(1) Inspirée du Farm Animal Welfare Council.

 

Pour approfondir le sujet

Quels bons gestes pour sauvegarder les papillons ?
Tutoriel : Faire une boule de graisse pour les oiseaux
Quelle destination de ski choisir ?