Défendre une agriculture sans pesticides

Crise agricole : pourquoi est-il urgent de mettre en place des mesures miroirs ? [Replay] Live Spécial Crise Agricole Annonces de Gabriel Attal : la FNH condamne les nouveaux reculs environnementaux Gabriel Attal annonce vouloir « des mesures-miroirs partout » : la FNH dit CHICHE ! Crise agricole : de graves reculs environnementaux qui ne résoudront pas le problème Des mesures-miroirs pour notre santé et la planète Colère agricole : posons un diagnostic juste pour proposer des solutions efficaces ! Réduction des pesticides : la France a encore un rôle à jouer ! Mesures miroirs : acteurs agricoles, ONG et législateurs affichent des objectifs communs Néonicotinoïdes : comment donner de l’ambition aux mesures miroirs européennes ? Accord UE-Mercosur : pourquoi la France doit absolument garder son droit de véto ? Olivier Becht au Brésil : l'occasion de rappeler la position de la France sur l'accord UE-Mercosur ? Partez à la rencontre de celles et ceux qui font la transition agricole Plan pesticides : 3 conditions pour faire preuve d’ambition Les incohérences du règlement UE sur l’utilisation durable des pesticides Guerre en Ukraine : pas de retour en arrière sur la réduction des pesticides 7 idées reçues sur l’avenir de l’agriculture Les pesticides, le problème n°1 de la disparition de la biodiversité Quelles nouvelles règles de commerce international pour une alimentation durable ? Des mesures-miroirs pour exiger les normes UE aux importations

Crise agricole : pourquoi est-il urgent de mettre en place des mesures miroirs ?

Alors que Gabriel Attal a récemment déclaré vouloir « des mesures miroirs partout », la Fondation pour la Nature et l’Homme, INTERBEV et l’Institut Veblen publient un nouveau rapport sur le sujet. Objectif : démontrer en quoi l’application effective de mesures miroirs est clé pour mettre en cohérence la politique commerciale de l’UE avec ses objectifs environnementaux et sanitaires.  Les trois organisations entendent faire porter cette nécessité aux candidats aux élections européennes pour l’inscrire dans l’agenda du prochain cycle européen...

Pourquoi est-il urgent de mettre en place des mesures miroirs ?

Un rapport réalisé en collaboration avec l'Institut Veblen et INTERBEV

Télécharger le rapport (format pdf - 3 Mo)

Enseignement clé du rapport : les mesures miroirs, une condition pour répondre à la fois à la crise agricole et à l’urgence écologique

Dans leur rapport, les trois organisations rappellent que l’application de mesures miroirs répond au besoin de mise en cohérence de la politique commerciale européenne avec les politiques agricoles et environnementales. En effet, l’absence de mesures de réciprocité expose certaines filières agricoles françaises et européennes à une concurrence déloyale et les consommateurs à des risques sanitaires. Une incohérence qui aggrave la situation de certains agriculteurs, déjà en détresse économique et qui fait l’impasse sur les impacts environnementaux subis dans les pays tiers.

La multiplication des accords de commerce établis ces dernières années comme le CETA avec le Canada ou le récent accord avec la Nouvelle-Zélande accentue encore cette concurrence déloyale. En effet, ces accords facilitent l’entrée sur le marché de denrées agricoles produites selon des normes environnementales ou sanitaires moins exigeantes qu’en Europe. Une tendance qui devrait encore se renforcer à mesure que de nouveaux accords sont signés, comme avec le Chili ou le Mexique ou encore en cours de négociation avec les pays du Mercosur ou l’Australie.

Ainsi, la mise en place de mesures miroirs apporterait une partie de la réponse à la crise agricole et à l’urgence écologique à l’échelle européenne :

  • En évitant une concurrence déloyale et un abaissement des prix, du fait de normes de production moins exigeantes pour une partie de nos importations.
  • En contribuant à l'accomplissement des objectifs du Pacte vert européen. Par exemple, en mettant fin à l’importation de denrées issues de cultures traitées avec des substances interdites par la réglementation européenne.

Mais aussi à l’échelle des pays tiers qui commercent avec l’UE :

  • En permettant d'atténuer les impacts de la consommation européenne liés aux pratiques agricoles non durables des pays-tiers en améliorant leurs normes de production, entre autres grâce à des programmes européens de développement.

A l’échelle internationale, ces mesures conduiraient à l'adoption de normes plus ambitieuses et contraignantes, en particulier pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris ou le Cadre Mondial de Kunming-Montréal.

Des études de cas qui mettent en lumière la différence de pratiques entre les producteurs européens et ceux des pays-tiers

En complément du rapport, 5 études de cas ont été réalisées sur la viande bovine, la viande ovine, le soja, la noisette et le riz. Elles apportent des éclairages édifiants sur les impacts des différences de pratiques sur l’environnement, le sanitaire et le bien-être animal, ainsi que sur la distorsion de concurrence subie par les filières européennes en raison de certaines de ces divergences réglementaires entre l’Union européenne et des pays tiers.

Quelques éléments clés à retenir :

  • Concernant les élevages de bovins, l’utilisation d’antibiotiques promoteurs de croissance est encore autorisée dans les pays tiers, notamment ceux du Mercosur. Cette pratique est interdite en UE depuis 2006 alors que l’importation de viande issue d’élevage où ils sont utilisés est toujours permise.
  • La réglementation européenne prévoit la traçabilité individuelle des animaux tout au long de leur vie, notamment depuis les récentes crises sanitaires comme celle de la vache folle. Cette obligation n’existe pas dans la majorité des pays tiers.
  • On estime que, pour la filière bovine, le seul respect de la réglementation environnementale et sanitaire européenne génère un surcoût de production entre 3 et 8% par rapport au pays tiers.
  • Alors que le nombre d’intrants disponibles pour les producteurs européens tend à baisser, il n’en est pas de même dans les pays tiers. Par exemple, plus de la moitié des herbicides utilisés pour produire le riz indien ne sont pas autorisés dans l’UE, et parmi eux, certains sont interdits de longue date. C’est le cas par exemple du Paraquat, interdit en 2007 au sein de l’UE en raison du lien établi entre l’exposition à cette substance et des cas de maladie de Parkinson.
  • La dépendance de l’UE aux importations sur certains produits est le résultat de plusieurs décennies de libéralisation commerciale. L’exemple le plus marquant restant le soja, pour lequel les droits de douane européens ont été supprimés en 1962. Aujourd’hui, plus de 90 % du soja cultivé au Brésil ou aux Etats-Unis est OGM, et ces deux pays sont les principaux fournisseurs de fèves de soja de l’UE. Pourtant, la culture de soja OGM n’est pas autorisée en Europe mais il reste toutefois possible d’en importer, notamment pour nourrir le bétail européen. Le recours à ces cultures OGM est associé à un usage accru de pesticides, qui sont parfois même épandus par avion. Au Brésil, 200 substances sont utilisables sur le soja, dont moins de la moitié sont autorisées dans l’Union européenne.
Etude de cas sur la différence de pratiques entre le boeuf européen et le boeuf de pays tiers
Etude de cas sur le boeuf

Les Européennes, un moment clé pour se saisir de la question

Les 3 organisations appellent à ce que le prochain mandat européen soit celui de la concrétisation de la mise en place pérenne de mesures miroirs. L’objectif ? systématiser leur intégration dans les textes européens, et ainsi permettre aux agriculteurs et éleveurs de produire durablement sans subir de concurrence déloyale, en conformité avec les objectifs du Pacte vert européen. A défaut, les futurs députés européens doivent adopter le réflexe mesures miroirs lors de l’élaboration des futurs textes, notamment en matière d’agriculture ou d’environnement pour répondre à plusieurs enjeux.

Sur l’élevage, le bien-être animal et les conditions sanitaires :

  • Interdire l’importation de produits issus d’élevage où les animaux sont traités avec des antibiotiques promoteurs de croissance ;
  • Interdire l’importation de produits issus d’élevage où les animaux sont nourris avec une alimentation interdite en UE (notamment les farines animales) ou qui participe à la déforestation ;
  • Exiger le respect de normes au moins équivalentes aux normes européennes pour les filières animales des pays tiers en matière notamment de condition d'élevage, de transport ou de traçabilité.

Sur l’utilisation de pesticides et d’OGM :

  • Arrêter d’octroyer des tolérances à l’importation sur les résidus de pesticides afin de faciliter l’importation de denrées agricoles, notamment OGM.
  • Empêcher l’import de denrées agricoles traitées avec des pesticides interdits au sein de l’UE ;
  • Interdire l’exportation de pesticides interdits d’utilisation au sein de l’UE vers les pays tiers ;

Les acteurs économiques doivent également être mobilisés pour s’assurer du respect de ces mesures miroirs, en complément des pouvoirs publics, aussi bien en Europe que dans les pays tiers.

Le prochain mandat européen doit enfin être synonyme de mise en cohérence de la politique commerciale de l’Union avec l’adoption et l’application de mesures miroirs dans les textes européens et respecter les engagements de l’accord de Paris pour le climat et le cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal. L’objectif étant de garantir que les accords de commerce dont l’UE est signataire :

  • Intègrent les enjeux de durabilité en conditionnant les échanges au respect de normes essentielles en matière sanitaire, environnementale ou de bien-être animal.
  • Ciblent de façon plus précise les biens dont les échanges doivent être promus ou au contraire découragés.

Dès lors, l’UE et les Etats membres doivent s’engager à refuser tout accord qui ne serait pas aligné sur ces critères minimaux.

[Replay] Live Spécial Crise Agricole

En plein coeur de la crise agricole, alors que l'écologie et les normes environnementales sont souvent désignées comme les coupables du mal-être et de la misère des agriculteurs, nous avons démêlé le vrai du faux lors d'un LIVE inédit le mardi 27 février. Nous avons débattu avec nos invités autour d'une question centrale : " Faut-il sacrifier l’écologie pour aider les agriculteurs ? "

Aux côtés de notre animateur Laurent Bazin, découvrez nos 3 invités :

Invités live crise agricole
  • Jean-Bernard Lozier : agriculteur céréalier dans l'Eure
  • Carine Thierry : en polycultures élevage en Seine et Marne
  • Thomas Uthayakumar : ingénier agronome et directeur des programmes et du plaidoyer au sein de notre fondation 

Annonces de Gabriel Attal : la FNH condamne les nouveaux reculs environnementaux

À la suite des nouvelles annonces faites ce matin par Gabriel Attal pour répondre aux récentes mobilisations agricoles, la FNH condamne la poursuite des reculs environnementaux et rappelle l’urgence de la transition agroécologique pour garantir un avenir à l’agriculture française.

Nouvelles annonces sur la LOA : le productivisme au détriment de la transition agroécologique

Gabriel Attal a annoncé l’intégration de l’objectif de souveraineté alimentaire dans la future loi d’orientation et d’avenir agricoles (LOA). La FNH s’inquiète de la définition du gouvernement et rappelle que le sens premier du concept de souveraineté alimentaire n’est pas le productivisme mais le droit des populations à décider de leur alimentation. Nous condamnons également la volonté du gouvernement de faire de cette LOA l’opportunité de simplifier la construction de certaines installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) agricoles et de projets relatifs à la gestion de l’eau (comme les méga-bassines). Nous considérons que ces projets ne permettront pas d’assurer à notre agriculture un avenir et une résilience face au changement climatique.

Le changement de l’indicateur du Plan Ecophyto 2030 : un nouveau recul environnemental acté par le gouvernement

Un nouveau recul environnemental a été annoncé : l’abandon de l’indicateur NODU, au profit de l’adoption de l’indicateur européen HRI1. Nous condamnons cette décision, qui ignore l’avis de l’ensemble des ONG environnementales, qui n’ont cessé de répéter que le NODU doit rester l’indicateur de référence pour assurer le suivi dans le temps de l’usage des pesticides. Pour rappel, sur la base des données de 2011 à 2021, le NODU indique une hausse de 3 % des usages de pesticides en France alors que le HRI1 annonce une baisse de 32 % de ces mêmes usages. Ce changement d’indicateur, loin d’être anecdotique, remet sérieusement en question l’ambition même de la France en la matière.

L’urgence pour éviter la concurrence déloyale pour les agriculteurs : mettre en place des mesures miroirs (sans pour autant abaisser les normes environnementales) !

En ce qui concerne le refus réaffirmé du gouvernement de ratifier l’accord UE-Mercosur en l’état et la volonté d’interdire l’importation de produits agricoles traités au thiaclopride, la FNH salue ces annonces mais attend plus de garanties. En effet, l’adoption de mesures de réciprocité des normes environnementales et sanitaires européennes ne doit pas se faire par le biais de mesures d’urgence temporaires mais par une mise en adéquation de la politique commerciale européenne avec ses ambitions environnementales. Grâce aux mesures miroirs, l’UE et la France doivent accélérer sur la transition agroécologique et les objectifs du Pacte vert, plutôt que de détricoter progressivement ces normes encore insuffisantes.

Une nouvelle loi EGAlim d’ici l’été : une opportunité pour mettre en place des outils structurants pour améliorer la rémunération des agriculteurs

Sur le sujet de la répartition de la valeur, la multiplication des contrôles et la mise en place de sanctions pour assurer le respect des lois EGalim dans les négociations commerciales sont en effet plus qu’indispensables. Le gouvernement a également annoncé la présentation d’ici l’été d’une nouvelle loi EGAlim. Elle devra être l’occasion de véritablement répondre aux enjeux de rémunération des agriculteurs, notamment en assurant l’encadrement des marges de la distribution et de l’industrie agroalimentaire et la mise en place de prix planchers, et ne devra pas omettre la prise en compte les enjeux de durabilité environnementale.

Accélérer la mise en place de loi EGAlim dans la restauration collective : un bon objectif, mais en attente de vraies solutions !

Enfin, Gabriel Attal a promis l’organisation d’une “conférence des solutions” d’ici avril pour assurer l’accélération de la mise en œuvre de l’objectif de la loi EGAlim de 50% de produits durables, dont 20% de produits bio, dans les achats de la restauration collective. Il y a, en effet, urgence à assurer le respect de cette loi, qui devrait déjà être appliquée depuis 2022. Cependant, une simple conférence ne suffira pas ! L’État doit, dans un premier temps, se montrer exemplaire dans l’application de cette loi et accompagner financièrement les secteurs de la restauration collective les plus en retard (comme la santé et le médico-social). Cette conférence devra cependant être l'occasion d’envisager la potentielle extension des objectifs EGAlim à la restauration commerciale et à la grande distribution, notamment pour créer de nouveaux débouchés pour les agriculteurs biologiques traversant une crise historique.

Gabriel Attal annonce vouloir « des mesures-miroirs partout » : la FNH dit CHICHE !

Mettre en place des mesures-miroirs partout, oui, mais utilisons-les pour faciliter la transition agroécologique de l’agriculture, pas pour niveler par le bas les progrès réalisés !

Rapport

Comment agir pour les agriculteurs et la planète ?

Je télécharge (format pdf - 4 Mo)

La Fondation pour la Nature et l’Homme a fait de la mise en œuvre des mesures-miroirs l’un des axes clés de son action. Dès 2019, elle a notamment porté une proposition phare : l’adoption d’un règlement européen sur les importations européennes, basé sur ce principe de mesures-miroirs. Dans un premier rapport publié en 2021, elle démontrait pourquoi les mesures-miroirs sont un outil essentiel à la fois pour stopper la concurrence déloyale qui étouffe le monde agricole, mais aussi préserver le climat, la biodiversité et la santé de tous des pesticides les plus nocifs.

Alors que Gabriel Attal vient d’annoncer une série de mesures qui détricotent les acquis environnementaux, la Fondation se veut très vigilante concernant la volonté du Premier ministre de mettre « des mesures miroirs partout, des clauses de sauvegarde pour lutter sans relâche contre la concurrence ». La distorsion de concurrence inacceptable que la Fondation partage également ne doit pas inciter les pouvoirs publics à niveler par le bas les normes européennes pour espérer gagner le combat de la compétitivité. A l’heure des crises écologiques et sociales, abaisser les règles environnementales et sanitaires est une folie qui nous mènera tous, agriculteurs et consommateurs, droit dans le mur.

Les mesures-miroirs sont à associer au Pacte Vert pour favoriser les progrès, pas des retours en arrière

Tirer à boulets rouges sur les normes environnementales n’est pas la solution. L’UE dispose d’une réglementation environnementale plus ambitieuse que de nombreux pays tiers, ce qui est une bonne chose pour la planète et la santé de tous. Mais la vérité c’est que cette règlementation est encore insuffisante pour atteindre ses objectifs climatiques et de protection de la biodiversité. En outre, le manque de cohérence entre politiques agricole, environnementale et commerciale met à mal la pérennité des efforts qui doivent être mis en place par les agriculteurs européens pour accélerer dans le virage de la transition agroécologique.

Pour autant, c’est bien une Europe forte sur ces questions qui nous permettra de progresser.

Sachons utiliser les mesures-miroirs comme un outil nécessaire à l’accomplissement des objectifs du Pacte vert européen et à la transition des systèmes de production alimentaires vers plus de durabilité. Elles doivent notamment permettre d’aligner la politique commerciale de l’UE avec ses objectifs climatiques et environnementaux, comme ceux de la stratégie "De la ferme à la table”, et d’atteindre les objectifs de transition qu’elle s’est fixée. Il en va de la résilience du modèle agricole européen et de la souveraineté alimentaire de tout le continent.

D’ici quelques jours, la Fondation sortira un nouveau rapport faisant le point sur les avancées et le chemin restant à faire pour mettre en place des mesures-miroirs. La Fondation dévoilera aussi un travail approfondi réalisé sur 6 produits (viande de bœuf, d’agneau, soja, colza, riz et noisettes) dévoilant les distorsions de pratiques et la concurrence déloyale qui en découle. Un travail qui démontre que l’heure devrait être à la surenchère environnementale, pas au détricotage des avancées.

Crise agricole : de graves reculs environnementaux qui ne résoudront pas le problème

La FNH déplore un détricotage opportuniste des acquis environnementaux, suite aux annonces de Gabriel Attal ce 1er février. Non seulement les mesures annoncées ne résoudront pas la détresse socio-économique des agriculteurs, mais de plus elles mettront en danger la transition agroécologique, si nécessaire pour notre souveraineté alimentaire et pour l’avenir de l’agriculture.

Si parmi les annonces, certains éléments sont intéressants (et dans l’attente de leur mise en application concrète) :  refus ferme de l’accord de commerce UE-Mercosur, détermination sur l'application de mesures-miroirs, volonté de faire respecter la loi EGAlim, augmentation du budget à l’accompagnement de l’installation-transmission... la FNH déplore de graves reculs :

  • La “mise à l’arrêt” du plan Ecophyto et de nouvelles attaques contre l’ANSES. La nécessité de réduire les pesticides n’est pas une question d’indicateur mais bien d’ambition à changer de modèle et à donner des moyens aux agriculteurs pour y parvenir. En ce sens, le gouvernement se trompe de réponse à apporter. Au motif d’éviter des “sur-transpositions”, qui restent à démontrer, il met en péril notre agriculture face aux bouleversements à venir.

  • La réduction du peu de conditionnalités environnementales existantes pour obtenir des subventions de la PAC, que ce soit sur :

    • Le minimum de surfaces d’intérêt écologique qu’une exploitation doit comporter (alors que les jachères ne représentent en réalité que moins d’1% de la surface agricole utile et sont présentes en majorité dans les grandes cultures).

    • Le non-retournement des prairies alors que celles-ci constituent des puits de carbone et des réserves de biodiversité indispensables aux atteintes de nos objectifs environnementaux.

  • Les discussions en cours pour amoindrir encore l’ambition de la directive sur les émissions industrielles (IED) sur les élevages les plus intensifs de porcs et volailles. Pourtant, face aux importations de viande croissantes, la solution n’est pas l’industrialisation de la production mais l’adoption d’une politique alimentaire ambitieuse pour consommer “moins et mieux de viande”.
  • L’opacité sur la révision des arrêtés au niveau local entre les préfets et les agriculteurs.

La souveraineté alimentaire et transition agroécologique vont de paire. Seul un partage de la valeur équitable au sein des filières agroalimentaires permettra de sortir de la crise en prenant réellement en compte la problématique du revenu des agriculteurs.

Pour cela, nous avons plus que jamais besoin d’une Europe verte, ambitieuse, avec des normes exigeantes et harmonisées ainsi que des moyens pour accompagner les agriculteurs dans cette transition agroécologique.

Des mesures-miroirs pour notre santé et la planète

A quoi servent-elles et pourquoi sont-elles importantes dans le combat pour une agriculture plus durable que nous menons ? 
Vous en entendez parler dans la presse : les mesures-miroirs sont l’une des réponses attendues par le monde agricole pour faire face à la crise. Mobilisée depuis 2019 sur ce sujet, la Fondation vous propose d’ y voir plus clair sur ce dispositif et son utilité pour la transition agro-écologique.   

Les mesures-miroirs, qu’est-ce que c’est ? 

Pesticides interdits en UE dans nos assiettes, bovins nourris au soja issu de la déforestation, agneaux transportés au mépris du bien-être animal, bilan carbone désastreux et destruction de la biodiversité… Saviez-vous que nous importons des aliments qui ne respectent pas les normes sanitaires et environnementales que nous imposons aux producteurs européens ?  
 
Une concurrence déloyale qui pourrait disparaître avec la mise en place de mesures-miroirs qui permettraient de conditionner l'accès des denrées importées dans l’UE au respect de certaines normes essentielles de production européennes sur les aspects sanitaires, sociaux, environnementaux ou de bien-être animal notamment. 
 
En effet, dans le secteur agricole, les mesures-miroirs ont plusieurs finalités : la protection de la santé des consommateurs, de l’environnement, la santé des producteurs et des populations riveraines dans les pays de production ou le bien-être animal.  
 
Il existe deux outils qui peuvent être mis en œuvre pour répondre à ces enjeux : 
 
Les clauses-miroirs qui désignent des clauses environnementales, sanitaires ou de bien-être animal incluses au cas par cas dans les accords de commerce bilatéraux afin de faciliter les importations et de supprimer les droits douane de certains produits agricoles. Ces clauses font l’objet de négociations spécifiques, en particulier pour les produits identifiés comme sensibles du point de vue de la protection de la santé publique, de l’environnement ou du bien-être animal.  
 
Les mesures-miroirs qui sont des dispositions intégrées dans la législation européenne, qui conditionnent l'accès au marché de l'UE au respect de normes de production européennes, en termes de santé ou d'environnement par exemple, quelle que soit l’origine des biens et sans qu’un accord de libre-échange spécifique soit nécessaire.  
 
Les mesures-miroirs existent de longue date dans le secteur agricole. Par exemple, l’interdiction d’import de bœuf traité aux hormones en vigueur depuis 1996 ou encore les exigences imposées aux produits importés pour leur commercialisation en tant que produits biologiques sur le marché de l’UE. Mais en matière d’utilisation de pesticides, notamment ceux interdits en UE pour les productions végétales, et sur les modes d’élevage, beaucoup reste à faire.   

Les mesures-miroirs, un travail de longue haleine porté par la FNH et un outil indispensable pour la transition des modèles agricoles

Depuis 2019, la FNH se mobilise sur ce sujet et porte notamment une proposition phare : l’adoption d’un règlement européen sur les importations européennes, basé sur ce principe de mesures-miroirs. 
Présenté aux décideurs (eurodéputés, ministres, secrétaires d’État…) il a été retenu par le gouvernement français (Julien Denormandie, plusieurs eurodéputés et même Emmanuel Macron), ainsi que par la Commission européenne.  Un travail de longue haleine que la FNH poursuit désormais pour que ces mesures-miroirs puissent être appliquées dans les véhicules législatifs pertinents. 

Les mesures-miroirs, quels sont les enjeux ? 

Instaurer des « mesures-miroirs » dans tous les textes environnementaux et agricoles européens afin que ces mesures s’appliquent aux produits importés imposeraient, à nos partenaires commerciaux de respecter les mêmes normes que celles imposées en Europe, sous peine de ne plus pouvoir exporter leurs produits. L’impact serait immédiat, favorisant les progrès et les pratiques plus vertueuses, ici et là-bas.  
 
Pour les filières d’élevage, les enjeux concernent : 
 
  • L’utilisation d’antibiotiques promoteurs de croissance ou d’antiparasitaires actuellement interdits d’utilisation dans l’UE ;
  • L’alimentation animale à l’origine de déforestation ou l’usage de certains aliments interdits en UE, notamment les farines animales.   

  • Le bien-être animal c’est à dire l’ensemble des conditions de vie de l’animal, de sa naissance à l’abattage : le transport ou le respect des libertés fondamentales de l’animal par exemple ;  

  • La garantie de la traçabilité des chaînes d’approvisionnement, pour laquelle l’UE dispose de normes strictes permettant de garantir des contrôles en cas de problème sanitaire notamment.  

Sur la question des pesticides, plusieurs problématiques entrent en ligne de compte : 
  • L’utilisation de molécules non autorisées en Europe :  utilisées dans les exploitations des pays tiers, leurs résidus peuvent ensuite être retrouvés dans les produits finis exportés vers l’Union Européenne.  

  • A l’inverse, certains États membres de l’UE continuent à exporter des produits phytosanitaires interdits d’utilisation dans les exploitations européennes. Il convient de mettre fin à la production, la mise en circulation et à l'exportation de produits phytosanitaires interdits d’utilisation dans les Etats membres de l’UE. En France, une interdiction a été mise en place en 2018 mais elle n’a été que partielle. 


Rapport

Comment agir pour les agriculteurs et la planète ?

Je télécharge (format pdf - 4 Mo)

En quoi les mesures-miroirs, et plus largement le Pacte Vert sont des outils européens indispensables pour la transition agro-écologique ? 

L’UE dispose d’une réglementation environnementale plus ambitieuse que de nombreux pays tiers mais encore insuffisante pour atteindre ses objectifs climatiques et de protection de la biodiversité. En outre, le manque de cohérence entre politiques agricole, environnementale et commerciale met à mal la pérennité des efforts qui doivent être mis en place par les agriculteurs européens pour amorcer le virage de la transition agroécologique. 
 
Pour autant, c’est bien une Europe forte sur ces questions qui nous permettra de progresser.  
 
Les mesures-miroirs sont en effet l’un des outils nécessaires à l’accomplissement des objectifs du Pacte vert européen et à la transition des systèmes de production alimentaires vers plus de durabilité. Elles doivent notamment permettre d’aligner la politique commerciale de l’UE avec ses objectifs climatiques et environnementaux, comme ceux de la stratégie de “la ferme à la table”, et d’atteindre les objectifs de transition qu’elle s’est fixée. Il en va de la résilience du modèle agricole européen et de la souveraineté alimentaire de tout le continent.  

Colère agricole : posons un diagnostic juste pour proposer des solutions efficaces !

Depuis mi-janvier, de nombreux agriculteurs manifestent leur colère et leur désarroi en France et en Europe. Certains n’hésitent pas à pointer les normes environnementales françaises et européennes, comme source principale de la colère agricole. Face au déluge d’informations dont nous sommes submergés, la Fondation vous propose un décryptage de cette crise, de ses causes profondes et des solutions que nous défendons pour sortir l'agriculture de l’impasse. 

 

5 questions pour comprendre

Colère des agriculteurs : comment sortir de l'impasse ?

Je télécharge le livre blanc (format pdf - 3 Mo)

Les normes environnementales ne sont pas la source de la détresse économique des agriculteurs

Face aux difficultés de nombreux agriculteurs (18 % des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté), il y a urgence à sortir des postures pour proposer des solutions qui impacteront réellement leurs conditions de vie. 
 
En effet, le mouvement de colère en France n’a pas été déclenché par une nouvelle politique publique environnementale comme c’est le cas aux Pays-Bas ou en Allemagne. Les positions européennes et françaises sur le glyphosate notamment vont plutôt dans le sens d’un recul des exigences sur ce sujet.
 
Par ailleurs, au niveau européen, le Pacte Vert de l’UE et son volet agricole, la stratégie de la ferme à la table, peinent à être mis en œuvre depuis plusieurs mois et plusieurs règlements sont au point mort législatif, notamment sur le bien-être animal ou l’usage des pesticides.  Malgré un nouveau cycle pour la Politique Agricole Commune, et de maigres dispositions environnementales, des dérogations sur ces dernières, notamment sur les jachères (qui représentent moins de 1% de la surface agricole française), sont accordées depuis deux ans. 
Or si l’on souhaite, comme c’est notre cas à la Fondation, que les agriculteurs vivent dignement de leur métier et puissent s’engager massivement dans la transition qui atténuera le changement climatique et les rendra plus résilients, poser le bon diagnostic semble un préalable indispensable.
 

Colère agricole: la première des batailles est celle des revenus !



En 2018, 10% des agriculteurs touchaient, en France, moins de 800 euros par mois. Pourquoi les agriculteurs n’arrivent pas à se rémunérer correctement ? 
  • Une augmentation des coûts de production de 30 % ces trois dernières années. Ces coûts sont liés aux prix de l’énergie, des engrais de synthèse, des phytosanitaires, du pétrole, dont l’agriculture conventionnelle dépend fortement.
  • Un partage de la valeur inéquitable dans les filières agricoles : sur une brique de lait, la part reçue par un éleveur a baissé de 4% entre 2001 et 2022 alors que celle des entreprises agroalimentaires a augmenté de 64% et de 188% pour la grande distribution.
  • Les conséquences du changement climatique qui se traduisent directement en perte de revenus : sécheresses qui pénalisent fortement les prairies et cultures, la maladie hémorragique épizootique, les inondations, etc.
  • Les accords de libre-échange, négociés parfois depuis plusieurs dizaines d’années (comme l'accord UE-Mercosur), mettent sous pression les agriculteurs du fait d’une concurrence déloyale, en particulier quand ils sont signés avec des pays ne respectant pas les mêmes normes environnementales ou sanitaires que nous. Ces accords accentuent l’incompréhension et le désarroi dans le milieu agricole. 
Plus largement, un grand manque de cohérence entre objectifs environnementaux, aides publiques, et accords de libre-échange, qui crée des injonctions contradictoires pour les agriculteurs, et nourrit un sentiment d’injustice.
 
 

Face à cette crise agricole, que propose la Fondation ?

1 / Assurer aux agriculteurs des revenus dignes et cohérents avec les impératifs environnementaux. Parmi nos propositions : 

  • Fixer un prix plancher des matières premières agricoles et encadrer les marges des acteurs de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution.
  • Inclure les agriculteurs dans l’ensemble du processus de négociations commerciales pour leur permettre de sécuriser une meilleure rémunération dans le temps qui couvre les coûts de production et leur permette d’investir dans la transition agroécologique (contrats tripartites entre agriculteurs, entreprises agroalimentaires et grande distribution avec des garanties socio-économiques et environnementales). 
  • Mettre en œuvre des mesures de réciprocité, ou mesures miroirs, pour s’assurer que les denrées agricoles importées par l’UE respectent les mêmes normes environnementales et sanitaires que celles imposées aux agriculteurs européens.

2/ Accompagner la transition agroécologique des agriculteurs pour leur permettre de réduire leurs coûts de production et d’être plus résilients face au changement climatique. 

  • Refondre progressivement les aides de la PAC vers plus d’équité entre agriculteurs, plus d’accompagnement vers l’agroécologique et de la valorisation des pratiques vertueuses.
  • Soutenir davantage les agriculteurs biologiques en crise par des aides d’urgence et contribuer à la structuration de débouchés par une politique alimentaire ambitieuse.
  • Maintenir les exigences du plan Ecophyto et du Pacte Vert européen en matière de réduction d’usage des pesticides pour garantir à la fois la résilience de l’agriculture, la protection de la santé des agriculteurs, des consommateurs et de la biodiversité. 
Alors que 50% des agriculteurs seront à la retraite d’ici dix ans et que le renouvellement des générations peine à se faire, il est temps de dépasser les postures et les clivages pour faire de la nécessaire transition écologique une chance pour les agriculteurs et les éleveurs.
 
 

Réduction des pesticides : la France a encore un rôle à jouer !

Alors que la Commission européenne vient de réautoriser l’utilisation du glyphosate pour 10 ans et que le règlement SUR (réduction de 50% de l’usage des pesticides dans l’UE d’ici 2030 ) a été rejeté, la France discute son plan national en la matière : le Plan écophyto 2030. Une occasion à saisir pour aider nos agriculteurs Français à s’affranchir progressivement du glyphosate et plus largement des pesticides de synthèse. Sollicitée par le gouvernement dans le cadre de sa participation au Conseil d’orientation stratégique qui réunit agriculteurs, acteurs de la société civile, syndicats et décideurs sur la mise en place de ce plan, la Fondation a rendu, le 30 novembre 2023, son analyse et ses recommandations pour un plan Ecophyto à la hauteur des enjeux.

La condition ? Repenser notre système agricole et mettre en place des techniques agroécologiques. Par exemple, l’allongement des rotations, la diversification des cultures, ou encore la destruction physique (et non chimique) des mauvaises herbes seront clés pour y parvenir.

Si enclencher ce changement de paradigme n’est pas simple, il est pourtant indispensable. Le courage politique attendu requiert la mise en œuvre d’un plan ambitieux de réduction des pesticides en France, avec des moyens financiers à la hauteur pour accompagner les agriculteurs.


Voici les mesures que nous défendons :

#1. Inclure l’objectif de sortie du glyphosate.

#2. Fixer l’objectif de réduction de 50 % des pesticides en prenant comme seule référence les quantités utilisées en 2009, plutôt que celles de 2015-2017, qui représentent les plus hautes valeurs de ces 15 dernières années !

#3. Imposer un système de bonus et de pénalités pour inciter l’agro-business à réduire drastiquement leurs ventes de pesticides et proposer des alternatives agroécologiques.

#4. Lancer une réflexion globale sur la refonte de notre système agricole, aujourd’hui trop dépendant de l’usage des pesticides (monocultures, productions intensives…), pour aller vers des systèmes basés sur l’agroécologie.

#5.  Refuser l’entrée sur le marché européen d’aliments produits avec des pesticides interdits en Europe. Une situation dramatique qui fait subir à nos agriculteurs une concurrence déloyale.

Plan Ecophyto 2030 : contribution de la FNH

Télécharger (format pdf - 133 Ko)

Mesures miroirs : acteurs agricoles, ONG et législateurs affichent des objectifs communs

Alors que la campagne pour les élections européennes 2024 débute, INTERBEV, la Fondation pour la Nature et l'Homme et l'Institut Veblen ont réuni les grands acteurs de l’alimentation, ce mardi 31 octobre à la Maison de la Chimie. Cette conférence a été conclue par la présentation, par les 3 organisations, de leur feuille de route partagée en faveur de la réciprocité des normes de production dans les échanges commerciaux.

Cette journée a réuni Marc Fesneau, Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire ; Antoine Pellion, Secrétaire général à la Planification écologique, des parlementaires, des représentants de cinq grandes filières agricoles françaises (ANVOL, AIBS, Intercéréales, Interfel, Terres Univia) et plusieurs organisations de la société civile (UFC que Choisir, IDDRI, Le Pacte Pour le Pouvoir de Vivre).

Replay de la conférence du 31 octobre

La mise en place de mesures miroirs, permettant d’interdire l’importation de denrées agricoles produites avec des substances et pratiques interdites en UE (pesticides, antibiotiques activateurs de croissance…), est un sujet porté par INTERBEV, l’Institut Veblen et la Fondation pour la Nature l’Homme depuis 2015.

C’est en février 2022, année de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), qu’elles font vraiment émerger le sujet à l’occasion d’une grande conférence organisée à Bruxelles. Depuis, et malgré une « bataille culturelle » sur le sujet bien engagée, force est de constater que peu de décisions politiques concrètes ont été adoptées, la plupart des chantiers engagés en début de la Présidence restant inachevés. Quelques rares avancées ont toutefois été obtenues pendant la PFUE, telle que l’adoption d’un règlement relatif à la déforestation importée, dont la robustesse reste à prouver dans sa mise en oeuvre effective.

Dans le même temps, des décisions bien concrètes ont, elles, été prises en ce qui concerne les accords de libre-échange : des accords ont été conclus avec le Chili et la Nouvelle-Zélande, les négociations se sont accélérées avec l’Australie et surtout, les discussions sur la ratification de l’accord UE-Mercosur se sont intensifiées. L’application de mesures miroirs pour une réciprocité des normes dans les échanges commerciaux devient donc une urgence pour protéger les filières agricoles européennes et rendre possible l’accélération de leur transition agroécologique.

Conférence Green Deal vs Politique commerciale européenne
Table ronde avec : Jean-Michel Schaeffer (Anvol), Laurent Perrette (Intercéréales), Dominique Potier (député de Moeurthe-et-Moselle) , Thomas Uthayakumar (FNH), Emmanuel Bernard (Interbev) © Xavier Grenet

A l’issue de la conférence, INTERBEV, la FNH et l’Institut Veblen ont donc présenté leur feuille de route collective comprenant 3 grands objectifs :

  1. Remettre en cohérence la politique commerciale de l’Union européenne avec les objectifs affichés des politiques agricole et environnementale. Cette mise en cohérence est une des conditions fortes pour atteindre les objectifs fixés par l’Union européenne en matière de souveraineté alimentaire et de transition écologique.
  2. Permettre ainsi, aux agriculteurs et aux entreprises des filières agricoles, de continuer à produire en s’engageant dans des démarches de durabilité, sans être mis en concurrence avec des produits issus de systèmes qui ne respectent pas les normes de production sanitaires, environnementales et sociales équivalentes à celle de l’UE. Les mesures miroirs ne sont cependant pas une barrière aux importations et doivent permettre aux produits durables d’être exportés vers l’UE, notamment pour les filières issues des organisations paysannes du Sud, en particulier pour les produits équitables qui ne sont pas produits en UE.
  3. Agir positivement sur le chantier de la transition écologique et sociale en ne laissant plus dans l’angle mort des politiques publiques européennes la question de l’impact environnemental, sanitaire et social (normes relatives au droit du travail) lié aux standards de production des aliments importés.
Conférence 31 octobre sur le green deal et la politique commerciale européenne
Intervention de Thomas Uthayakumar, directeur du plaidoyer et des programmes à la FNH © Xavier Grenet

Cette feuille de route relative à la question des importations agricoles comporte 5 mesures prioritaires que la France devra s’engager à obtenir d’ici la fin du prochain mandat européen :

1 – Un moratoire européen sur les accords de libre-échange

Appeler la Commission européenne à établir un moratoire sur les accords de libre-échange, en posant notamment la question de leur compatibilité avec les ambitions affichées par l’Union européenne en matière de souveraineté alimentaire et de transition écologique.

Ce moratoire portant sur l’ensemble des accords en cours de ratification (ex : Nouvelle-Zélande, Mexique, Chili, …) ou de négociation (ex : Australie, Inde, …) devra permettre d’interroger simultanément les volumes d’importation cumulés concédés pour les secteurs sensibles (leur impact sur la production domestique, l’économie des filières et des territoires concernés) et les standards de production sanitaires et environnementaux des produits importés.

2 – Un refus ferme de ratifier l’accord UE-Mercosur

Refuser toute ratification de l'accord commercial conclu entre l'UE et le Mercosur en l'absence de clauses miroirs conditionnant strictement les préférences commerciales accordées au respect des normes européennes de production en matière, notamment : de traçabilité, d'utilisation des antibiotiques en élevage, d'utilisation des produits phytosanitaires.

3 – Une liste précise des mesures miroirs à faire adopter et appliquer d’ici la fin du prochain mandat européen

Appliquer la mesure miroir déjà adoptée visant à interdire l’accès au marché européen aux viandes issues d’animaux traités aux antibiotiques utilisés comme activateurs de croissance : les textes d’exécution nécessaires doivent être enfin publiés. Élaborer, dans un même temps, à l'échelle de la France et d'ici la fin du premier semestre 2024 au plus tard, une liste précise des mesures miroirs pertinentes prioritaires qui devront être adoptées et appliquées d'ici la fin du prochain mandat européen en matière notamment de traçabilité et d'utilisation de produits phytosanitaires.

4 – La mise en oeuvre de contrôles efficaces au sein de filières dédiées dans les pays exportateurs :

En se basant sur l'exemple de l'interdiction de l'importation de boeuf aux hormones, pousser l'application de mesures miroir effectivement contrôlables, c'est-à-dire faisant l'objet de contrôles réalisés dans les pays exportateurs à travers la mise en oeuvre de filières dédiées à l'exportation vers l'UE. Le sujet de la réciprocité des normes ne doit pas être utilisé uniquement comme un élément de langage politique : il doit correspondre à des mesures législatives prévoyant de réelles restrictions aux importations basées sur des contrôles efficaces. Le poids du contrôle des mesures miroirs et de la réciprocité ne peut réalistement pas être délégué uniquement aux pays exportateurs mais doit passer par une coordination de l’ensemble des acteurs des chaînes de valeur (exportateurs, douanes et services de contrôle officiels et entreprises européennes). Les entreprises de l’UE et leurs chaînes de valeur (fournisseurs et sous-traitants y compris) doivent également être mises à contribution et assumer leurs responsabilités, sur le modèle de la diligence raisonnée adoptée dans le règlement sur la déforestation importée.

5 – Un règlement européen relatif à la lutte contre la déforestation importée véritablement utile

Veiller à la bonne application des obligations de diligence raisonnable déjà prévues dans le texte concernant, notamment, la viande bovine et le soja. Élargir, dans le même temps, la liste des produits et des zones forestières concernés par le règlement européen relatif à la lutte contre la déforestation importée à tous les produits agricoles sensibles d'un point de vue environnemental et importés depuis les pays à risque tels que le Brésil et aux zones de savane telles que celles du Cerrado.

Néonicotinoïdes : comment donner de l’ambition aux mesures miroirs européennes ?

Dans un nouveau rapport, l’Institut Veblen, le Bureau européen de l’environnement et la Fondation pour la Nature et l’Homme analysent la réglementation actuelle et formulent des recommandations pour en finir avec l’importation de produits traités avec des pesticides interdits en Europe.

Pesticides néonicotinoïdes : comment donner de l’ambition aux mesures miroirs européennes ?

Télécharger la synthèse (format pdf - 2 Mo)

En février 2023, l’UE a adopté pour la première fois un règlement comportant une mesure miroir sur des pesticides pour un motif environnemental. Objectif : interdire d’ici 2026 l'importation de produits agroalimentaires contenant des traces de thiaméthoxame et de clothianidine, deux pesticides néonicotinoïdes (que l’on retrouve notamment dans le thé, les laitues ou les cerises pour le premier ou le thé, les herbes aromatiques, le riz ou le raisin pour le second), prohibés dans l’UE en raison de leur toxicité, notamment sur les pollinisateurs. Une décision qui va dans le bon sens, mais dont la portée et la robustesse devraient être renforcées pour les raisons suivantes :

1- L’UE continue de produire et d’exporter les mêmes pesticides qu’elle interdit sur son territoire

Interdits à l’utilisation sur le sol européen, certains pesticides sont pourtant toujours fabriqués par des entreprises européennes afin d’être exportés. Une pratique injustifiable sur le plan éthique qui renforce la probabilité d’importer des produits contenant ces mêmes pesticides sur le marché européen. En France, une interdiction partielle a été adoptée dans la loi EGAlim et mise en œuvre début 2022. La Belgique vient de prendre une décision du même ordre. Des discussions sont en cours pour des mesures d’interdiction de ces exportations en Allemagne et au niveau communautaire. 

2- Seuls 2 néonicotinoïdes sur 4 interdits en Europe sont concernés par la mesure miroir.

Le règlement européen couvre deux néonicotinoïdes : le thiaméthoxame et la clothianidine. Les deux autres molécules que sont le thiaclopride et l’imidaclopride (qui fait partie des pesticides interdits dans l’UE principalement vendus dans les pays tiers), échappent ainsi au règlement. Pire, les produits contenant des résidus d’imidaclopride tels que les canneberges, les haricots ou le houblon, bénéficient même d’une tolérance accrue à l’importation.

Des règles à géométrie variable pour les néonicotinoïdes importés en Europe

3- L’approche par les limites maximales de résidus (LMR) comporte de nombreuses lacunes.

  • Certaines catégories de produits ne sont pas couvertes, par exemple les matières premières agricoles destinées à la production d’énergie, une partie des aliments destinés uniquement au bétail ainsi que les produits transformés.
  • L’abaissement au seuil de détection des LMR et leur contrôle ne garantissent pas l’absence totale d’usage de pesticides interdits en amont.
  • Il sera toujours possible de demander des tolérances à l’importation plus élevées.

4- Le règlement européen ne prévoit pas de mettre fin aux dérogations accordées par les Etats membres pour l’usage de néonicotinoïdes interdits.

Heureusement, un récent arrêt de la CJUE pourrait y mettre un terme.

5- Des incertitudes quant à la compatibilité du règlement avec le droit de l’OMC et les accords commerciaux.

L’approche par les LMR risque d’amoindrir l‘efficacité du règlement et pourrait nuire à sa solidité juridique. Une interdiction totale d’importer des produits contenant des pesticides interdits, pour des raisons environnementales légitimes, pourrait s’avérer bien plus efficace pour protéger la biodiversité et la santé humaine.

L’accord UE-MERCOSUR risque d’accentuer le problème

Cet accord de commerce encourage à la fois les exportations européennes de pesticides interdits vers les pays du Mercosur et les importations de denrées agricoles traitées avec ces produits interdits qui reviennent directement dans les assiettes des Européens.

Etude de cas : Le Brésil

  • Le Brésil est le 2e plus gros utilisateur de pesticides au monde, et le 2e plus gros importateur de pesticides interdits fabriqués en Europe. En effet, un tiers des substances actives autorisées au Brésil sont interdites dans l’UE.
  • Il importe près de la moitié de la production européenne de néonicotinoïdes interdits, fournie principalement par la Belgique, l’Allemagne et la France - dont les exportations de pesticides interdits ont théoriquement été interdits en 2022. L’imidaclopride, qui échappe aux mesures miroirs européennes, est la principale substance active détectée dans les aliments échantillonnés à travers le pays, selon une étude de 2019.
  • La législation brésilienne en matière de pesticides est bien moins contraignante que dans l’UE, et les LMR autorisées y sont beaucoup plus élevées : à titre d’exemple le Brésil autorise des LMR de glyphosate 5 000 fois plus élevées que dans l’UE, pour l’eau potable.
  • Mais le Brésil est aussi le 2e pays d’importation de matières premières agricoles et d’aliments pour l’UE : il est devenu le leader mondial pour l'exportation de soja (qui consomme à lui seul plus de la moitié des volumes de pesticides importés), de bœuf, de poulets, de jus d’orange, de café et de canne à sucre, de bioéthanol et de tabac.
  • Ainsi, l’UE importe, sous forme de résidus dans les aliments, les pesticides interdits qu’elle continue d’exporter au Brésil. Une étude du Pesticide Action Network (PAN) a révélé la présence de résidus de pesticides interdits ou strictement réglementés dans 12% des aliments échantillonnés, en provenance du Brésil et à destination de l’UE : plus de la moitié des pommes (77%), du riz (60%) et des haricots (53%) étaient concernés.

Comment rendre les mesures miroirs environnementales réellement efficaces ?

Nos trois organisations recommandent de :

  • Baisser sans attendre les LMR au seuil de détection pour les néonicotinoïdes interdits ou non approuvés, et pour l’ensemble des pesticides extrêmement dangereux, en étendant l’instrument à l’ensemble des productions agricoles (cultures destinées à l’alimentation animale, aux usages énergétiques ou ornementaux) .
  • Développer une approche d'interdiction totale pour les pesticides les plus dangereux. Concernant la faisabilité technique d’une telle interdiction, l’UE pourrait s’inspirer des mécanismes de contrôle et de traçabilité qu’elle met déjà en oeuvre concernant l’interdiction des hormones de croissance dans les produits animaux importés ou encore en matière de produits issus de l’agriculture biologique.
  • Pour être aussi en cohérence vis-à-vis des règles de l'OMC, la Commission européenne devrait également mettre fin aux doubles standards existants, en interdisant :
    • la fabrication, le stockage, le transport et l'exportation des substances interdites par l'UE ;
    • les dérogations accordées par les Etats membres pour ces substances interdites, conformément à la récente décision de la CJUE, en privilégiant les incitations à l'adoption de pratiques agricoles plus durables.

Accord UE-Mercosur : pourquoi la France doit absolument garder son droit de véto ?

Alors que l’Assemblée Nationale a adopté, ce mardi 13 juin, à une immense majorité, une résolution transpartisane contre la ratification de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur, la Fondation pour la Nature et l’Homme INTERBEV et l’Institut Veblen joignent une nouvelle fois leur voix pour appeler Emmanuel Macron et son Gouvernement à suivre, sans ambiguïté, la position exprimée par les députés. Le Gouvernement doit, également, protéger le droit de véto de la France en bloquant toute tentative de modification, par la Commission européenne, des règles démocratiques initialement prévues pour la ratification de l’accord.

C’est un vote d’une importance majeure, qui a eu lieu hier soir dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale au lendemain de l’annonce, par la Présidente de la Commission européenne en visite au Brésil, d’une ratification de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur “au plus tard d’ici la fin de l’année” ! A quelques jours de la rencontre prévue à Paris entre Lula et E. Macron, les députés ont donc pressé le Gouvernement de s’opposer fermement à cette ratification. Ceci, en dépit des ajustements cosmétiques ajoutés par la Commission européenne dans un “instrument additionnel” non-contraignant.

Conserver le pouvoir de bloquer l’accord : un enjeu majeur qui se joue maintenant

Parmi les exigences formulées par les députés : le Gouvernement devra bloquer toute tentative de modification, par la Commission européenne, des règles démocratiques initialement prévues pour la ratification de l’accord. Ceci, pour que la France conserve son véto, lors du seul et unique vote qui doit avoir lieu au Conseil de l’Union européenne sur l’intégralité de l’accord. Et que les Parlements nationaux conservent, eux aussi, leur pouvoir de bloquer l’accord.

Cette demande est d’autant plus importante qu’il existe un précédent récent, sur le sujet : pour “simplifier” la ratification d’un traité de libre-échange conclu avec le Chili, la Commission européenne a découpé l’accord conclu pour en isoler son chapitre commercial et ne soumettre ce chapitre qu’à un simple vote à la majorité qualifiée, au Conseil de l’Union européenne, tout en court-circuitant les parlements nationaux. Ce chapitre commercial, présenté comme un “accord intérimaire”, s’appliquerait alors sans que les Parlements nationaux ne soient consultés.

C’est donc, notamment, pour s’assurer que la France bloquera toute tentative similaire en ce qui concerne la ratification de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur, que cette résolution a été adoptée hier.

Au regard de l’accélération du calendrier de ratification annoncée et de la détermination exprimée par la Présidente de la Commission européenne à ratifier cet accord climaticide et destructeur pour nos agriculteurs[4], la Fondation pour la Nature et l’Homme, INTERBEV et l'Institut Veblen soutiennent pleinement cette demande : une telle manoeuvre serait injustifiable au plan démocratique et totalement contraire aux engagements pris et répétés par Emmanuel Macron depuis 2019, au sujet de cet accord.

Tweet Assemblée Nationale sur mesures miroirs

Olivier Becht au Brésil : l'occasion de rappeler la position de la France sur l'accord UE-Mercosur ?

Alors que l’Assemblée Nationale devrait se prononcer officiellement, mercredi 13 juin à 17 heures, contre la ratification de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur qui, “en l’état” ne contient aucune garantie sanitaire et environnementale, le Ministre délégué en charge du Commerce extérieur, Olivier BECHT, se rend au Brésil cette semaine pour y rencontrer plusieurs membres du Gouvernement. Un déplacement qui questionne INTERBEV, l’Institut Veblen et la Fondation pour la Nature et l’Homme mobilisés ensemble pour éviter l’adoption d’un accord anachronique et climaticide

Pour INTERBEV, l’Institut Veblen et la Fondation pour la Nature et l’Homme, il est urgent que le Gouvernement fasse preuve de plus de transparence et de cohérence sur ce sujet : la France ne peut pas se dire très opposée à l’accord UE-Mercosur et laisser supposer le contraire lorsqu’elle s’exprime à Bruxelles ou à Brasilia[1].

Nos trois organisations attendent donc que la résolution soumise au vote des députés le 13 juin à l’Assemblée Nationale - qui liste précisément les “lignes rouges” empêchant toute ratification de l’accord UE-Mercosur en l’état - devienne, si elle est adoptée, la position officielle de la France sur cet accord, défendue indifféremment quel que soit le lieu où elle est exprimée. Le Gouvernement français doit en outre tout faire pour dissuader la Commission européenne de passer en force au Conseil avec un découpage de l’accord ou le recours à un accord intérimaire sur le volet commercial.

Sources

[1] Catherine Colonna en Février (source : Brésil : le pays renoue avec la France après le départ de Bolsonaro et le retour de Lula (sudouest.fr)

« Nous y tenons (à cet accord). Nous sommes plus confiants désormais dans la capacité du Brésil d’accepter dans un futur accord le respect des principes sociaux et environnementaux », a dit Catherine Colonna. Mais « il y a encore beaucoup de travail technique à faire et nous attendons les propositions de la Commission européenne », a-t-elle ajouté, alors que Mauro Vieira avait souhaité voir l’accord ratifié avant la fin du premier semestre.

Partez à la rencontre de celles et ceux qui font la transition agricole

Peut-être est-ce justement parce qu’ils y ont travaillé et connaissent bien les travers des discours souvent alarmistes sur l’écologie dans les médias qu’à 30 et 35 ans, Mélanie et Kern ont souhaité s’en affranchir. Avec Les Joies Sauvages, la chaîne Youtube qu’ils ont créée en 2022, ils racontent, via l’œilleton de la caméra, les histoires de ceux et celles qui font le choix de la transition (agricole notamment) dans la vraie vie. Mission réussie, le ton est décalé mais le message reste percutant et positif ! Un projet soutenu par notre programme Génération Climat.

Génération Climat : soutenir la jeunesse qui s'engage !

Avec Génération Climat, la Fondation accompagne les jeunes vers l’engagement et la création d’initiatives pour le climat et la biodiversité. Depuis 2016, nous avons aidé plus de 1 000 jeunes à concrétiser leur projet !

Ils racontent l’écologie sans se la raconter

Pour Mélanie et Kern, l’écologie est un terme tellement utilisé aujourd’hui que parfois, on ne sait plus bien ce qu’il recouvre. Qui dit écologie pense plutôt aux crises auxquelles on l’associe : climatique, perte de biodiversité, pénuries d’eau, épuisement de matières premières, précarité alimentaire… mais l’écologie c’est aussi l’ensemble des solutions expérimentées par celles et ceux qui ont déjà engagé une transition et tentent localement de trouver des solutions. C’est bien cela que Mélanie et Kern veulent mettre en lumière :

L’idée avec Les Joies Sauvages c’est de sortir du discours technique, scientifique ou même éthique et de montrer l’écologie comme elle est vécue au quotidien. Cela signifie de proposer une vision très concrète des parcours de chacun : leurs motivations, la mise en action, les difficultés rencontrées, les joies comme les déconvenues, sans se départir de l’humour et du franc-parler qui accompagnent les rencontres avec tous ces acteurs de la transition. 

Mélanie et Kern, fondateurs

Les Joies Sauvages sur une ferme agroécologique
Tournage sur la ferme des Sourciers © Les Joies Sauvages

Une caméra itinérante, un van de 6m2, et une bonne dose d’autodérision !

C’est en janvier 2022 que débute l’aventure de ce média itinérant : Kern et Mélanie commencent à sillonner la France pour tourner une première série de reportages vidéo sur l’habitat alternatif. Changement de vie radical ou simple virage, toutes ces histoires de vie s’inscrivent dans une même dynamique et se concentrent sur des pratiques et des modes de vie moins carbonés, proches de la nature et solidaires.

L’incursion de la caméra de Kern au cœur de cette transition choisie est naturellement bienveillante mais revendique d’être transparente. Pas question d’occulter les difficultés rencontrées : vie en collectivité, argent, inclusion. « Des problèmes trop rarement évoqués dans l’approche un peu bisounours du thème de l’habitat collectif dans diverses sources consultées avant de monter notre projet ».  8 reportages composent de cette saison, diffusés gratuitement sur leur chaîne Youtube.

« On the road again » pour une saison 2 dédiée aux agricultrices et aux agriculteurs

Avec un brevet en agriculture biologique pour Mélanie et des wwoofings pour Kern, le thème reliant l’agroécologie et l’alimentation soutenable, piliers de la transition écologique, s’est imposé pour la deuxième saison des Joies Sauvages, avec, toujours en filigrane, la prise en compte de l’empreinte carbone, du lien au vivant et de la solidarité. Pour la réaliser, ils ont reçu le soutien de notre dispositif Génération Climat.

« Au-delà, d’un financement, la FNH est une caution pour notre projet du fait de son expertise dans le domaine de l’agriculture et son plaidoyer pour défendre la transition alimentaire. Cela nous encourage à poursuivre dans cette voie pour toucher un maximum de gens car remplir son assiette concerne absolument tout le monde, alors rompre avec les anciens modèles, imaginer et en partager de nouveaux, c’est se positionner dans l’avenir ! »

Les Joies Sauvages : saison 2

2:30

Des portraits variés, des solutions concrètes et toujours cette transparence sans langue de bois

Chaque parcours ou projet en permaculture, culture sur sol vivant, maraîchage bio, est le fruit d’un cheminement personnel. Pour le raconter, Mélanie et Kern ont passé du temps sur des fermes, ont gagné leur confiance, intégré leur quotidien et partagé des moments de vie pour les laisser exprimer différents points de vue.

Leur souhait pour cette deuxième saison : éviter les clivages entre les différentes pratiques agricoles, c’est à dire se frayer un chemin entre les idées noires et les fantasmes liés au retour à la terre, une vision de la nature fleur bleue et de ses images qui font vendre ! Car si l’agroécologie est une vraie alternative à l’agriculture conventionnelle et à l’élevage intensif, il existe aussi plusieurs obstacles pour la mettre en œuvre (au premier rang desquels l’accès aux terres, un problème d’ordre politique).

3 épisodes sur 8 ont déjà été filmés. Avec en moyenne 10 heures de rush par épisode à visionner, couper, monter, ils n’économisent pas leur temps ! Le conseil qu’ils donneraient à ceux qui se lancent dans un projet : « Ne pas s’emballer trop vite quand on est porté par l’excitation. Le terrain est et reste le meilleur moyen d’apprendre et de se confronter à la réalité. Il est plus enthousiasmant de garder des marges de progression que réviser ses ambitions à la baisse. »

Tournage sur la ferme de Travero © Les Joies Sauvages

Dans les coulisses de la transition

Les témoignages de ceux qui mettent en place des pratiques vertueuses s’accompagneront de modules pédagogiques et d’infos concrètes traitant la question des enjeux alimentaires dans le fond. Toujours caméra à l’épaule, Kern et Mélanie abordent sur un ton léger ces sujets comme la saisonnalité, le locavorisme, l’empreinte carbone, les aliments contenus dans nos assiettes… Ce décryptage sous forme de vidéos de deux minutes, sera diffusé une fois par semaine.

A cela s’ajoute une animation quotidienne sur les réseaux sociaux pour fédérer une communauté et partager avec les abonnés les coulisses de la transition et le côté ludique des tournages version making-off !

Mobiliser les citoyens au-delà des écrans

Hors champ caméra, Kern et Mélanie organisent des projections débats dans les territoires visités pour permettre à la collectivité et surtout à ceux qui y ont contribué, mais n’ont pas accès au numérique, de visionner les reportages. Un moyen aussi de toucher la presse locale, de s’inscrire dans le paysage médiatique et de mobiliser le public au-delà d’internet

Plan pesticides : 3 conditions pour faire preuve d’ambition

« Respecter le cadre européen, rien que le cadre européen », c’est sous cette condition qu’Elisabeth Borne a posé hier, au Salon de l’agriculture, les bases d’un plan de développement d’alternatives aux pesticides, ainsi que la construction d’un plan de financement associé. Pour que ce plan soit efficace, la FNH pose trois conditions de succès. Par ailleurs, alors que l’enjeu est de faire de la France un modèle d’exemplarité en matière de transition agricole et alimentaire, la FNH craint que ce renvoi au cadre européen conduise à niveler par le bas les ambitions de réduction des pesticides. Or, c’est parce que la France a eu toute latitude que nous avons par exemple pu interdire les néonicotinoïdes sur notre territoire.

Quelles conditions pour un plan de financements des alternatives aux pesticides ambitieux  ?

Selon les derniers chiffres communiqués en novembre dernier, l’utilisation des pesticides en 2021 est au même niveau qu’en 2009, année du lancement du plan Ecophyto. Cet échec, la FNH l’a de nombreuses fois rappelé, s’explique par le manque cruel de financement. Dans notre rapport “Réduction des pesticides en France : pourquoi un tel échec”, paru en 2021, la FNH a ainsi mis en lumière que seul 1% des financements publics et privés aide vraiment les agriculteurs à réduire leur usage des pesticides. Le plan Ecophyto ne représente lui, que 0,3% des financements publics aux acteurs agricoles et alimentaires. Anticiper la sortie des pesticides et surtout accompagner massivement les agriculteurs dans la réduction de leur usage a toujours été l’urgence. 

La FNH pose depuis plusieurs année, trois conditions pour un plan de financement réussi :

  1. Cette planification est interministérielle, mettant en cohérence l’ensemble des politiques publiques et des financements aux acteurs agricoles et de l’alimentation (Ecophyto, France 2030, Plan Stratégique National de la PAC, etc.) et en associant l’ensemble des acteurs, y compris ceux de la société civile.
  2. Les financements sont fléchés vers l’accompagnement au changement de systèmes agricoles et alimentaires. Réduire drastiquement l’usage des pesticides tout en protégeant la biodiversité et l’économie des exploitations agricoles ne sera possible que si les transformations s’opèrent au niveau de toute la ferme (diversification, redéploiement d’infrastructures agroécologiques), mais également au regard des filières et des territoires pour assurer débouchés économiques et une diversité des paysages.
  3. Le plan de financement prend en compte la question de la fiscalité, afin de mieux l’encadrer et la rendre incitative à la réduction des pesticides et à l’accompagnement à la transformation des systèmes agricoles et alimentaires. Les dispositifs d’allègements fiscaux représentent près d’1/3 des financements publics et favorisent davantage aux exploitations les plus utilisatrices de pesticides. Pourtant, bien pensée, la fiscalité est un outil majeur de transition. La FNH demande l’instauration d’un système bonus-malus ambitieux qui permettrait de donner un signal aux acteurs économiques et de dégager des recettes permettant d’accélérer l’accompagnement des agriculteurs et des acteurs clefs de la transformation des systèmes agricoles et alimentaires.

Les incohérences du règlement UE sur l’utilisation durable des pesticides

La Commission européenne oublie de légiférer sur les pesticides interdits en Europe qui y reviennent pourtant sous forme de denrées importées ou qu’elle produit elle-même pour l’exportation…

La Commission européenne a finalement publié, mercredi 22 juin, le règlement sur l’utilisation durable des pesticides (dit règlement SUR) qui doit fixer 50% de réduction de leur usage dans l’Union d’ici à 2030. La FNH et l’Institut Veblen saluent la publication tant attendue de cette proposition, qui ouvre le nécessaire débat démocratique sur la mise en oeuvre opérationnelle de la stratégie Farm to Fork. Cependant, il est incompréhensible que le règlement ne contienne aucun élément sur la question des importations de denrées agricoles et alimentaires, traitées avec des pesticides interdits en Europe, ni même sur les substances interdites dans l’Union, mais produites sur son territoire pour être exportées…

« Ces pesticides "hors de contrôle" se retrouvent dans les champs des producteurs des pays tiers et par boomerang dans l’assiette des consommateurs européens. Ils créent aussi une concurrence déloyale pour les agriculteurs français et européens. La Commission rate ainsi une opportunité majeure d’avancer sur la mise en oeuvre effective de « mesures-miroirs », pourtant acté comme une solution dans son rapport du 3 juin dernier. »

Amandine Lebreton, responsable du plaidoyer à la FNH et Mathilde Dupré, co-directrice de l’Institut Veblen :

Mondialisation : comment protéger l’environnement et les agriculteurs ?

Le règlement SUR passe à côté de deux opportunités :

1. Renforcer les règles sur l’utilisation des pesticides pour les produits importés

Alors que la Commission européenne a récemment affirmé la pertinence et la faisabilité juridique de la mise en place de mesures-miroirs, le règlement ne contient aucun élément sur la réciprocité des normes en matière d’utilisation de pesticides entre l’Europe et les autres marchés mondiaux. Une question pourtant centrale auxquelles nos organisations ont apporté une réponse en portant, depuis plusieurs mois, la mise en place de mesures-miroirs pour imposer aux produits importés les mêmes normes, notamment en matière de pesticides, que celles exigées aux agriculteurs européens.
 
La Commission aurait tout à fait pu saisir l’opportunité du règlement SUR pour abaisser les limites maximales de résidus (LMR) au seuil de détection pour tous les pesticides interdits par l’UE, avant une interdiction totale des substances et pratiques bannies par la réglementation européenne.

2. Interdire enfin la production, le stockage et l’exportation depuis l’UE de pesticides interdits par la réglementation européenne.

Le règlement SUR offrait aussi l’occasion de mettre fin à l’incohérence du cadre juridique européen en interdisant enfin la production, le stockage et l’exportation depuis l’UE de pesticides interdits par la réglementation européenne.
 
La FNH et l’Institut Veblen porteront des amendements sur ces points ces prochaines semaines.

Guerre en Ukraine : pas de retour en arrière sur la réduction des pesticides

La guerre en Ukraine remet sur le devant de la scène notre double dépendance énergétique et alimentaire et donc la question de la souveraineté et de la sécurité alimentaire. Or, pour atteindre celles-ci, les défenseurs de l’agriculture intensive militent pour une remise en cause de la stratégie européenne de « la Ferme à la Fourchette » qui prévoit une baisse de 50 % des pesticides d'ici 2030. Un retour en arrière dangereux qui continuerait de nous rendre dépendant et qui mettrait l’agriculture en risque.

A quoi notre agriculture est-elle dépendante ?

La pandémie et maintenant la guerre menée par Vladimir Poutine, révèlent chaque jour un peu plus l’extrême vulnérabilité de la France et de l’Europe en matière d’énergie et d’alimentation :

  • dépendance aux énergies fossiles d’abord pour fabriquer les engrais et pesticides de synthèse, fortement utilisés dans nos cultures, mais également pour les machines agricoles, le transport et la transformation des produits
  • dépendance aux intrants importés ensuite, comme les engrais fabriqués en Russie et en Ukraine
  • dépendance aux matières premières importées enfin. L’Europe mais aussi de nombreux pays du monde dépendent également de l’importation des céréales ukrainiennes et russes. C’est le cas pour l’alimentation animale en Europe, notamment pour le porc et la volaille.

La guerre russe en Ukraine a dopé une flambée en cours des prix de l’énergie. Par conséquent, le prix des engrais azotés de synthèse est passé de 250 euros à 800 euros la tonne, soit une multiplication par 3 depuis janvier 2021. La tonne de blé est aussi passée de 260 euros à 400 euros entre février et mars 2022.

L’Ukraine et la Russie des « superpuissances agricoles »
  • L’Ukraine est le grenier du monde. Elle possède la plus grande surface agricole européenne et exporte 65% de sa production de céréales et oléagineux (80 millions de tonnes par an). Ainsi, l'Ukraine représente 50% du tournesol, 20% du colza, près de 20% du maïs et 12% des exportations mondiales de blé. Le pays fournit ainsi 50% du maïs que l’on importe en Europe. 
  • La Russie de son côté est le 3ème exportateur mondial de céréales, devant l’Ukraine et derrière les Etats-Unis et l’Argentine (source : UN Comtrade). Ces céréales servent à l’élevage français qui utilise 9,7 millions de tonnes de céréales par an pour nourrir les animaux (5 milions de tonnes pour la volaille, 2,7 millions de tonnes pour le porc et 1,7 millions de tonnes pour les bovins, ovins, caprins).

En France, des impacts directs sur les agriculteurs et sur la précarité

A ce jour en France, la sécurité alimentaire n’est pas remise en cause car notre pays produit suffisamment de blé à destination de l’alimentation humaine et en exporte même. Mais la flambée des prix des intrants de synthèse, de l’énergie et des céréales rebat les cartes sur de nombreux plans. Elle entraine :

  • un coût supplémentaire pour les agriculteurs, qu’ils soient cultivateurs (car dépendants des intrants) mais surtout éleveurs (car dépendants également de l’importation d’alimentation animale), ayant pour impact une baisse directe de leurs revenus.
  • un problème d’accessibilité à l’alimentation d’une partie croissante de la population française. Alors qu’en 2020, entre 5 et 7 millions de citoyens avaient déjà recours à l’aide alimentaire en France, nous nous faisons beaucoup de soucis quant aux répercussions d’une telle hausse de prix alimentaires et de l’énergie. Les conséquences pourraient être dramatiques.

A l’international, la sécurité alimentaire est impactée

La crise alimentaire peut advenir et adviendra dans d’autres pays : en premier lieu en Ukraine, mais également chez ceux qui dépendent du blé russe et ukrainien à destination de la consommation humaine. 26 pays, principalement en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, dépendent à plus de 50 % de de la Russie et de l’Ukraine pour leurs importations de blé. Le Liban par exemple importe 80 % de son blé d’Ukraine. Selon la FAO, 8 à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de faim à terme. Cela s’explique, dans l’immédiat, par des enjeux d’accessibilité économique aux denrées comme le blé par exemple qui voit son prix exploser. En fonction de la durée du conflit, la FAO s’attend à ce que l’indice des prix alimentaires passe de 8 à 20% au-dessus du niveau actuel déjà très élevé.

Le modèle productiviste qui encourage l’utilisation de pesticides n’est pas la solution !

Dans ce contexte fortement déstabilisé, la FNSEA et les tenants du modèle agro-alimentaire majoritaire actuel utilisent le contexte géopolitique pour relancer leur demande d’abaissement des normes environnementales et sociales et incitent à produire plus. Ils refusent les objectifs européens ambitieux de la stratégie de « la Ferme à la Fourchette » (volet agricole du Pacte Vert), comme par exemple l’objectif d’atteindre moins 50% de pesticides en 2030 mais pas uniquement, les ambitions suivantes sont également jugées inacceptables :  abandon progressif des élevages industriels, mise en jachère obligatoire de 4% de la surface agricole utile, interdiction d’usage des pesticides sur les surfaces d’intérêt écologique etc. Le candidat Emmanuel Macron a également annoncé jeudi 17 mars son intention de revoir la stratégie de « la Ferme à la Fourchette ».

Guerre en Ukraine et agriculture : notre lettre ouverte à Emmanuel Macron

Mettre fin à la dépendance des systèmes agricoles et atteindre la souveraineté alimentaire par l’agroécologie

Face à ce constat il est prépondérant de résoudre les problèmes à la racine en répondant aux enjeux suivants : accessibilité et souveraineté. Il nous faut donc pouvoir « produire différemment » afin d’assurer que toutes et tous les citoyen(ne)s, en France et dans le monde puissent décider de leur alimentation et avoir accès à une alimentation saine et durable… qui puisse profiter aux générations futures. 200 scientifiques ont expliqué dans une tribune publiée le 18 mars dernier, qu’une transformation de notre système alimentaire est plus que jamais nécessaire :

Diminuer l’usage d’intrants agricoles grâce à la mise en place de systèmes agroécologiques. Nous le voyons, les intrants agricoles (pétrole, pesticides, engrais azotés de synthèse) coûtent trop chers et nous en dépendons fortement vis-à-vis d’autres pays. Il est donc fondamental de baisser leur usage jusqu’à s’en passer si l’on veut assurer l’indépendance de nos productions vis-à-vis des énergies fossiles et des importations d’intrants. Et cela est possible grâce à la mise en place d’un système agroécologique en France, en UE et dans les pays du monde entier :

Réduire la place des protéines animales dans nos productions. Nous importons trop de céréales pour l’alimentation animale, ayant des répercussions sur les coûts de production des élevages et les prix alimentaires. Il est donc nécessaire de réduire grandement la place des protéines animales dans nos productions, et dans notre consommation et revaloriser l’élevage durable plus autonome en matière d’intrants et d’alimentation animale.

Remettre à pâturer les animaux dans des prairies riches en légumineuses : face à la dépendance aux engrais de synthèse et à l’alimentation animale produit majoritairement à base de gaz russe et norvégien, deux solutions :

  • développer la culture du trèfle, du sainfoin, de la luzerne ou toute autre légumineuse car ces dernières ont la propriété d’apporter naturellement l’azote au sol
  • remettre à pâturer les animaux dans les prairies de légumineuses qui leurs fournissent des protéines

Réduire la place des cultures énergétiques : face à l’incertitude d’un manque de disponibilité de denrées à venir sur le moyen terme, il est fondamental de prioriser la production alimentaire sur les terres agricoles. Les cultures énergétiques tel que cultivées et utilisées doivent cesser.

Faire vivre la souveraineté alimentaire. Il est fondamental de se poser la question de l’impact de nos échanges commerciaux avec le reste du monde. Notre exportation subventionnée procure une véritable concurrence déloyale vis-à-vis des agriculteurs des pays importateurs. Il s’agit donc à la fois de supprimer les mécanismes de subventions aux exportations et de permettre à chaque pays ou groupe de pays de mettre en place des politiques agricoles et alimentaires comme l’Europe l’a fait en son temps.

7 idées reçues sur l’avenir de l’agriculture

Faudra-t-il produire plus pour nourrir les 9,5 milliards d’habitants sur terre en 2050 ? Une agriculture sans pesticides pourrait-elle relever le défi ? Est-ce vraiment possible de réduire notre consommation de viande sans mettre en péril les éleveurs français ? Alors qu’en France l’agriculture est le deuxième secteur le plus émetteur, que la biodiversité s’effondre et que nos agriculteurs ne parviennent plus à vivre décemment de leur travail, nous démêlons le vrai du faux sur l’avenir de notre modèle agricole et alimentaire avec Marc Dufumier, agronome, enseignant-chercheur à AgroParis Tech et membre du Conseil scientifique de la FNH.

Idée reçue n°1- Nourrir le monde sans pesticides de synthèse c’est impossible !

Faux. Les problèmes de la faim dans le monde n’ont rien à voir avec un manque de nourriture. Il est tout à fait possible de nourrir la planète entière sans pesticides puisqu’on produit déjà suffisamment de nourriture. Le vrai problème réside dans la répartition des revenus pour avoir accès à l’alimentation.

Quelques chiffres éclairants :

  • Pour nourrir correctement l’humanité, il faut produire (d’un point de vue calorique) 200 kg de céréales par habitant et par an. Or, on en produit actuellement 330 kg/habitant/an !
  • Pourtant, 800 millions de gens souffrent de la faim dans le monde et 1 milliard d’entre eux sont carencés. Pourquoi ? C’est parce que trop de personnes ne parviennent pas acheter la nourriture disponible.

Les cultures spécialisées des pays en développement (café, cacao, banane, soja…), au détriment des cultures vivrières, ont non seulement rendu maints pays dépendants de l’occident pour leur alimentation, mais elles ne leur permettent pas non plus de dégager des revenus suffisants pour acheter de quoi se nourrir.

Les pays riches, quant à eux, captent tous les surplus, nourrissent des animaux en surnombre, (à noter qu’il faut entre 3 et 10 calories végétales pour produire une calorie animale), consomment des agrocarburants et gaspillent à tout va, tout en détruisant la planète avec un modèle agricole très énergivore, polluant et qui, s’il a permis d’accroître la production pour répondre à la pénurie d’après-guerre, est aujourd’hui obsolète, s’insurge Marc Dufumier.

Idée reçue n°2 - Les alternatives aux pesticides de synthèse ne sont pas efficaces contre les maladies et les ravageurs

Faux. La réponse tient en un mot : l’agroécologie. Là où l’agriculture conventionnelle spécialisée a uniformisé, simplifié et pour finir appauvri et fragilisé les écosystèmes, l’agroécologie permet de redynamiser les territoires : on n’éradique plus les adventices (mauvaises herbes), ravageurs et autres agents pathogènes, mais on vit avec et on minore leurs prolifération et les dommages. Comment ? En conservant une grande biodiversité végétale et animale, sauvage et domestique, et en jouant des interactions que les uns et les autres entretiennent dans ces riches écosystèmes. C’est en maintenant une dynamique de la diversité dans les agrosystèmes, et bien sûr sans pesticides, qu’un équilibre se crée et que l’on réduit les risques de virus, maladies et autres ravageurs.

Idée reçue n°3 - L’agroécologie, c’est pas sérieux !

Faux ! L’agroécologie a pour objectif de tirer le meilleur parti d’un milieu pour accroître les rendements à l’hectare sans avoir à étendre les surfaces cultivées (autrement dit déforester, assécher des zones humides…). C’est une discipline scientifique éminemment rigoureuse et novatrice, qui est en mesure d’aider les pays du sud à retrouver leur autonomie alimentaire, d’autant plus qu’ils bénéficient souvent de conditions très favorables pour produire intensivement à l’hectare : la lumière du soleil, ressource renouvelable et gratuite et le carbone du gaz carbonique de l’atmosphère pour fabriquer les glucides et les lipides de l’alimentation, via la photosynthèse. L’azote de l’air que des légumineuses peuvent intercepter pour produire des protéines végétales et dont elles vont, par voie biologique, fertiliser le sol et profiter aux céréales comme le mil ou le sorgho qui ne captent pas l’azote de l’air.

L’important est de bien gérer l’usage des eaux de pluie, en mettant des obstacles à son ruissellement et en favorisant son infiltration dans les sols. Pour que ceux-ci soient suffisamment poreux, on peut compter sur les vers de terre, les termites et la biologie des sols. Des matières organiques (fumier) grâce à l’association étroite de l’agriculture élevage, des arbres dont les racines profondes sont capables d’extraire du sous-sol des éléments minéraux issus de l’altération des roches mères et de les restituer dans les couches de surface quand les feuilles mortes se décomposeront au sol. Des arbres et arbustes encore pour héberger toute une petite faune d’oiseaux, mammifères et autres auxiliaires participant à la régulation des insectes ravageurs et des maladies.

L’agroécologie montre ainsi qu’en tirant profit du vivant, avec une utilisation optimisée des ressources naturelles, il est possible de créer et de maintenir une couverture végétale dense et permanente et d’associer étroitement les cycles du carbone et de l’azote afin d’optimiser les rendements sur une surface réduite.

Idée reçue n°4 : L'agriculture industrielle vend des produits « bon marché »

Vrai sur le court terme, faux sur le moyen terme. Le seul moment où le consommateur peut prétendre acheter « bon marché » c’est au supermarché en remplissant son caddie de produits à bas prix, mais le passage « à la caisse » ne s’arrête pas là. Il faut pour rétablir le coût réel d’une alimentation issue de l’agriculture industrielle y ajouter directement tous les coûts cachés : l’argent de nos impôts dépensé pour dépolluer l’eau des intrants chimiques, dont l’atrazine par exemple, lutter contre la prolifération des algues vertes due à l’épandage du lisier provenant de l’élevage intensif d’animaux hors sol, assumer les coûts sur la santé induits par la multiplication des cancers, parkinson, obésité et autres perturbateurs endocriniens, sans oublier bien sûr l’altération en général des paysages en terme de bien-être ou encore les impacts à durée indéterminée sur le climat et la biodiversité.

Idée reçue n°5 : L’agriculture bio n’est pas rentable pour l’agriculteur

Faux. Certes l’agriculture biologique a un coût supérieur en main d’œuvre car elle est plus soignée, plus artisanale, plus complexe. Exigeante en temps, elle demande un savoir faire et des connaissances agronomiques, mais n’est-ce-pas les raisons qui justement motivent ceux qui ont envie de se réapproprier leur métier et d’être fiers de produire une alimentation saine pour la santé des hommes et respectueux de l’environnement.

Par ailleurs, rappelons que les pays riches, comme la France, peuvent se permettre de diminuer leurs rendements pour produire une nourriture de meilleure qualité. En économisant sur les coûts en engrais, en pesticides et en énergie fossile (carburants), cultiver en bio permet de gagner en valeur ajoutée à l’hectare. Par ailleurs, il serait bon de rappeler que les agriculteurs en bio contribuent à la réduction de l’effet de serre par la séquestration du carbone, qu’ils replantent des haies, dépolluent les sols et en restaurent la fertilité, favorisant le retour de la biodiversité, et qu’ils devraient, pour ces services rendus à l’environnement, et donc d’intérêt général pour la société toute entière, être rémunérés par l’argent des contribuables. Un levier financier pour compenser le manque à gagner induit par le temps de conversion et la certification. Une rémunération qui récompense leur savoir-faire et reconnaît leur participation à la transition agricole et alimentaire.

Idée reçue n°6 : Manger moins de viande c’est condamner les éleveurs français

Faux. Là encore il faut remettre en perspective les conséquences directes de la surconsommation de viande sur la santé humaine et sur l’environnement et les différents modes d’élevage. Là où l’élevage intensif a des effets délétères à tous points de vue sur la santé, sur l’environnement (pollution aux nitrates responsables de la prolifération d’algues vertes sur le littoral breton, émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, déforestation importée à cause du soja dont sont nourris vaches, cochons et volaille, et sans oublier le bien-être animal), les exploitations avec un cheptel réduit, élevé à l’herbe, se révèlent au contraire bénéfiques au milieu, puisque les sols et particulièrement les prairies comptent parmi les principaux milieux de stockage naturels de carbone et participent à la biodiversité et au maintien de paysages ouverts.

Idée reçue n°7 : Plus aucun agriculteur n’a envie de s’installer !

Faux. Il y a une appétence pour le métier d’agriculteur et agricultrice. Pour preuve, près d’un tiers de nouveaux installés ne le font pas dans le cadre familial. Mais on ne peut parler d’agriculture aujourd’hui sans mentionner les difficultés liées au métier voire l’immense détresse de certains agriculteurs. C’est en effet une profession qui compte parmi les plus importants taux de suicide (perte de sens, surendettement, pression pour produire toujours davantage à des prix toujours plus tirés vers le bas).

La question de la transmission des terres est un vrai enjeu : 45% des agriculteurs partiront à la retraite dans les 6 ans. Selon le dernier rapport de Terres de Lien, 5 millions d’hectares, soit 20% de la surface agricole française vont changer de main d’ici 2030.

Si les débouchés de l’agriculture conventionnelle et la distorsion de concurrence (induite notamment par les traités de libre-échange) découragent certains de reprendre l’exploitation familiale, c’est surtout le difficile accès aux terrains qui est en cause.

Il existe bel et bien des candidats souhaitant reprendre des terres pour développer des formes d’agriculture alternatives (maraîchage en circuit court, transformation fromagère et appellations protégées…), mais c’est un parcours du combattant. La concentration des terres avec des fermes de plus en plus grandes tournées vers une production de masse se poursuit et les nouveaux agriculteurs ne disposant pas d’un capital suffisant ne peuvent prétendre rivaliser avec ces grandes unités de production lorsqu’il s’agit de se positionner pour reprendre les terres de ceux qui partent à la retraite.

Le problème est politique et il appelle une réponse politique : aider les jeunes et moins jeunes à s’installer c’est mettre avant tout mettre fin à la spéculation foncière et redonner du pouvoir aux SAFER (société d’aménagement foncier et d’établissement rural). Réorienter les aides de la politique agricole commune et notamment cesser de conditionner leur montant à l’hectare.

Les pesticides, le problème n°1 de la disparition de la biodiversité

Très bon vulgarisateur, et prof captivant à en croire ses élèves, Pierre-Henri Gouyon a le sens de la formule et s’exprime sans détour. Ingénieur agronome de formation, titulaire entre autres d’une thèse en écologie et d’un DEA en philosophie, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle depuis 2005, Pierre-Henri rejoint notre Fondation il y a 16 ans. Il en devient vite l’un des piliers. Rencontre avec cet expert du vivant qui a fait de la lutte contre les pesticides son principal combat.

Une collaboration de longue date

Répondant à l’appel d’Hélène Leriche, alors conseillère scientifique et responsable biodiversité à la FNH, Pierre Henri Gouyon rejoint le comité de veille écologique de la FNH en 2006 en tant qu’expert pour participer à la rédaction du « pacte écologique ». Un programme d’actions ambitieux qui identifie clairement 10 objectifs écologiques prioritaires dans tous les domaines (économie, énergie, agriculture, préservation des terres, transport, fiscalité, biodiversité, santé, recherche et politique internationale) et propose des mesures concrètes et rapides à mettre à œuvre pour les atteindre. « Un moment très fort dans la vie de la Fondation », se souvient-il, une révolution même puisque le pacte écologique a su inviter l’écologie dans le débat public imposant aux candidats à la présidentielle de s’engager à agir.

Pierre-Henri Gouyon se souvient notamment de Ségolène Royal qui, reprenant une des propositions concrètes du pacte, s’était engagée à nommer un « vice-premier ministre pour l’écologie ». Et de Nicolas Sarkozy qui, aussitôt après son élection, les convoque, lui et une dizaine d’autres experts pour organiser ce qui deviendra le Grenelle de l’Environnement.

Initiateur et 1er président du Conseil scientifique de la FNH

Pierre-Henri Gouyon revient, sans l’éluder, sur ce moment difficile qu’il a vécu au sein de la Fondation : une période où les climato-sceptiques contestent le bien-fondé de toutes les théories concernant le réchauffement climatique. Claude Allègre, à la tête de la Fondation Écologie d’Avenir (hébergée à l’Académie des sciences) en est le plus virulent représentant, accusant le comité de veille écologique de la FNH d’être « un peu léger » et questionnant sa légitimité à produire des études sérieuses. Un constat qui relève davantage de considérations politiques et d’intérêts contraires au bien commun pour ce fervent défenseur des OGM et dont la Fondation citée plus haut ne compte qu’un seul écologiste dans ses rangs.

Prenant la critique à contre-pied, la FNH va dissoudre le comité de veille écologique. Amandine Lebreton, directrice plaidoyer et prospective, et sa prédécesseur Marion Cohen, Pierre-Henri Gouyon évoque cette mue et la constitution du conseil scientifique comme sa plus importante contribution au sein de la Fondation. Il assure la présidence de cette nouvelle entité et propose que ce conseil « se monte avec des scientifiques reconnus et incontestables », dont le contenu des travaux sera vérifiable, chiffré et inattaquable.

Aujourd’hui, après Dominique Bourg et Alain Grandjean, c’est Marie-Anne Cohendet qui préside ce conseil toujours constitué d’une trentaine de scientifiques couvrant l’ensemble des disciplines (sciences de la matière et du vivant, sciences sociales et humaines) dont les compétences et la complémentarité des savoirs permet à la Fondation de produire des dossiers de fond sur les sujets clés de l’écologie et de proposer des feuilles de routes à destination des décideurs politiques pour opérer la transition écologique. Pierre-Henri accompagne régulièrement la FNH dans son action pour réduire l’utilisation des pesticides qu’il considère comme premiers responsables de la disparition de la biodiversité.

Son combat aujourd’hui : les pesticides

"Le problème numéro 1, c’est les pesticides" assène t-il, "il faut maintenir la biodiversité dans les champs, et pas seulement dans les bois !". Si ses recherches en biologie évolutive n’étaient pas spécifiquement centrées sur cette problématique auparavant, Pierre-Henri Gouyon reconnaît se focaliser aujourd’hui sur les pesticides, réfutant l’argument multifactoriel asséné par tous les marchands de doute à l’œuvre pour détourner l’attention des vraies causes de l’effondrement de la biodiversité.

Depuis qu’il en a fait son combat, Pierre-Henri Gouyon n’a de cesse d’alerter sur le préjudice irréversible que sont la réduction de la biomasse et la disparition des écosystèmes. Sa contribution au dernier rapport de notre Think Tank « Réduction des pesticides en France « pourquoi un tel échec ? », publié en Février 2021, a été capitale. À l’étude factuelle et chiffrée du rapport - seul 1% des financements publics alloués aux acteurs de l’alimentation (soit 23,2 milliards d’euros), est destiné à réduire l’usage des pesticides – il apporte un éclairage expert sur l’indéniable responsabilité de notre modèle agricole et sur l’effet majeur des pesticides dans la crise de la biodiversité, loin devant la cause climatique.

Invité à représenter la FNH dans le cadre d’un débat sur les pesticides lors du congrès de l’UICN le 4 septembre dernier, Pierre-Henri Gouyon est ainsi revenu sur la notion même de biodiversité.

Réduction des pesticides : 1 % des financements publics est réellement efficace

« Pourquoi une telle diversité existe-t-elle dans le monde vivant » ?

Il s’agit d’une des conséquences du fonctionnement évolutif du monde vivant découvert par Darwin et qui constitue le centre des recherches de Pierre-Henri Gouyon. Le problème, nous explique-t-il, c’est que nous sommes programmés culturellement pour percevoir le monde vivant comme créé une fois pour toutes : le mythe de l’équilibre. Il démontre ainsi que la biodiversité est au contraire une dynamique constante, sculptée par l’apparition et l’extinction de nouveautés au sein même des lignées évolutives et qu’elle ne peut être un équilibre stable. Au contraire, c’est si on tente d’en arrêter le mouvement qu’on provoque sa chute, image à l’appui du vélo qui tombe s’il n’est pas en mouvement !

Un préambule qui remet en perspective l’importance capitale de changer nos pratiques agricoles en luttant avant toute chose contre l’homogénéisation des plants et des semences qui retirent toute résistance aux cultures et, de ce fait, obligent à l’emploi de doses de plus en plus démentielles de pesticides (majoritairement fongicides, insecticides et herbicides).

Ces derniers, en agissant sur le fonctionnement de base des champignons (moisissures), des insectes et des plantes, sont toxiques pour l’ensemble du vivant, d’autant qu’ils sont systématiquement utilisés en prévention (semences enrobées) et non plus au cas par cas. Les pesticides sont ainsi la première cause de l’effondrement de la biodiversité suivis par la destruction des milieux et la surexploitation. Loin devant les changements climatiques et les espèces invasives. Pour illustrer son propos Pierre-Henri Gouyon avance un chiffre éloquent : 75% de la biomasse des insectes a disparu en trente ans dans les zones protégées en Europe.

« Maintenir la diversité est crucial »

Pourquoi ? Les enjeux sont diffus, moins facilement perceptibles que ceux du climat qui produisent des phénomènes extra-ordinaires au vrai sens du terme : canicule, sécheresse, inondation, tempête… Pourtant les conséquences n’en sont pas moins dramatiques, alerte Pierre-Henri Gouyon. Déjà, l’effondrement de la biodiversité se traduit par des maladies émergentes comme la maladie de Lyme et sans doute le COVID. En gros, si nous éliminons toutes les formes de vie sauf nous et les espèces qui nous sont utiles, toutes les maladies du monde se concentreront sur ces espèces et les catastrophes sanitaires et agronomiques se succéderont. Nous les combattrons à grand renfort de chimie ce qui ne fera qu’accentuer le problème…

« La perte de diversité des plants représente un risque majeur de voir apparaître des épidémies très destructrices menaçant la production alimentaire, et pouvant provoquer de réelles famines. » prévient-il encore. La diversité au contraire résout le problème puisque la nature sélectionne les individus résistants ce qui assure la pérennité des populations.

Et les solutions existent : produire des semences paysannes et remettre en œuvre une dynamique de la diversité dans les agro-systèmes, le grand drame étant la dépendance de l’agriculture vis-à-vis des lobbies de l’industrie chimique et biotechnologique, ainsi que la scission entre l’élevage et la culture. Et pour finir sur une note positive, rappelons qu’il est plus facile d’agir rapidement en éliminant les pesticides que de compter sur les effets de la reforestation qui prend des années…

Quelles nouvelles règles de commerce international pour une alimentation durable ?

Le 10 février, dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne, la Fondation pour la Nature et l’Homme, INTERBEV et l’Institut Veblen appellent trois ministres européens, dont Julien Denormandie, et 10 eurodéputés à débattre des mesures miroirs. Objectif : entraîner la Commission européenne sur l’application de ce principe, pour que les denrées alimentaires importées respectent enfin les mêmes normes sanitaires, environnementales et sociales que les denrées produites en Europe. Une condition indispensable pour permettre d’accélérer la transition écologique et mettre fin à la concurrence déloyale subie par les agriculteurs européens.

Cet événement intervient suite à la publication de notre rapport « Mondialisation : comment protéger nos agriculteurs et l’environnement » qui pointe la nécessité de mesures-miroirs pour assurer une réciprocité des normes de productions aux partenaires commerciaux de l’UE. En 2022 la France préside le Conseil de l'Union européenne pendant 6 mois. Elle a donc un rôle clé à jouer dans l'adoption de ce nouveau règlement qui vise à protéger l'environnement, les agriculteurs et la santé des Européens.

De nouvelles règles de commerce international pour une politique européenne cohérente au service d’une alimentation durable

Jeudi 10 février 10:15-12:15 / The Merode, Bruxelles

Possibilité de participer physiquement ou en ligne

Un évènement pour mobiliser la Commission européenne

En matière de durabilité, la clé de la réussite des politiques publiques européennes réside dans un maître mot : la cohérence. Sur le plan de l’alimentation, l’Union européenne a le devoir de mettre en cohérence ses différentes politiques : agricole, environnementale et commerciale.

C’est sur cet enjeu de réciprocité, « grande cause » de la Présidence française de l’Union que nous organisons cette discussion cruciale, avec pour objectif d’établir ensemble les standards de production à imposer pour accéder au marché européen.

Nous débattrons avec des représentants de la société civile européenne, des ministres, des eurodéputés, des scientifiques, des avocats, ainsi qu’avec des membres de l’OMC. S’exprimeront notamment :

  • Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
  • Elisabeth Köstinger, ministre autrichienne de l’Agriculture, des Régions et du Tourisme
  • Luis Planas, ministre espagnol de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation
  • Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
  • Gabrielle Marceau, conseillère à l’OMC
  • Et 10 eurodéputés, dont Benoît Biteau (Greens), Eric Andrieu (S&D)  et Jeremy Decerle (Renew) pour la France.

La FNH sera représentée par :

  • Amandine Lebreton, directrice du plaidoyer et de la prospective
  • Clémentine Baldon, avocate pour la FNH et co-rédactrice du rapport Mondialisation : comment protéger les agriculteurs et l’environnement ? 

Pourquoi faut-il changer les règles de commerce international ?

Aliments traités à l’atrazine, bœuf aux antibiotiques… aujourd’hui, il est tout à fait légal que des denrées agricoles issues de pratiques interdites en Europe entrent sur le marché européen. Cela concerne l’utilisation de pesticides, les conditions d’élevage, les normes de bien-être animal, les normes sanitaires et les conditions de travail. Les conséquences sont dramatiques :

  • Les agriculteurs et éleveurs européens subissent une concurrence déloyale ;
  • Les importations en Europe ne cessent d’augmenter (+28% en 15 ans). En France, 50% des fruits et légumes consommés sont importés ;
  • La transition écologique du secteur agricole stagne car le différentiel de normes entre les produits européens et les produits importés n’aide pas à agir pleinement. Parallèlement, les accords de commerce tels que conçus aujourd’hui, ouvrent la porte à des demandes d’abaissement des normes européennes par les pays signataires, dans l’objectif de vendre davantage de denrées à l’Europe.

Mondialisation : Pourquoi faut-il changer les règles ?

Comment passer du discours aux actes ? Nos propositions :

  • Une solution globale : faire évoluer les législations européennes par secteur pour impulser l’application de mesures-miroirs
  • Une solution partielle : imposer des clauses-miroirs dans les accords de commerce bilatéraux.
  • Un levier à court terme : inclure des mesures-miroirs dans différents textes qui vont être votés prochainement au niveau européen, comme le règlement contre la déforestation importée.

Les mesures-miroirs c'est quoi ?

Des mesures-miroirs pour exiger les normes UE aux importations

Exiger aux denrées importées les mêmes normes sanitaires, sociales et environnementales qu’aux denrées produites en Europe, tel est l’objectif de notre proposition de mesures-miroirs rendue publique en mars dernier. Six mois après, elle gagne du terrain auprès d’eurodéputés et du gouvernement français, qui s’engagent à la porter auprès de l’Union européenne.

Dans un rapport réalisé avec l’Institut Veblen et Interbev, paru en mars dernier, nous démontrons pourquoi adopter ce règlement est à la fois indispensable pour stopper la concurrence déloyale qui étouffe le monde agricole et préserver le climat et l’environnement. Le 15 juillet dernier, nous avons invité des eurodéputés de différents groupes politiques sur une exploitation afin de travailler sur l’application de ces mesures-miroirs dans les prochains textes européens. La présidence française de l’UE qui débute le 1er janvier 2022 nous en offre l’occasion. Retour sur une rencontre qui s’est avérée fructueuse…

Des mesures-miroirs en Europe : les eurodéputés s'engagent

3:39

28% de produits importés et des pesticides interdits en Europe qui se retrouvent dans vos assiettes

Lentilles au glyphosate, bœuf nourri aux farines animales… L’Union européenne importe des denrées alimentaires issues de pratiques interdites en Europe et cela en toute légalité. Les conséquences :

  • les agriculteurs européens subissent une concurrence déloyale,
  • les consommateurs encourent des risques sanitaires,
  • la transition écologique est ralentie car non seulement les normes environnementales n’évoluent pas à la hausse, mais sont aussi revues à la baisse dans certains cas pour faciliter l’entrée de produits sur le marché européen.
Mondialisation : comment protéger l’environnement et les agriculteurs ?

L’absence de réciprocité dans les normes a encouragé l’augmentation des importations : + 28% en 15 ans. En France, 50% de nos fruits et légumes sont importés, au détriment de la production locale. Les eurodéputés Anne Sander, Arnaud Danjean (Parti populaire européen), Marie-Pierre Vedrenne, Jérémy Decerle (Renew) et Benoit Biteau (Les Verts) l’ont bien compris : mettre en place des mesures-miroirs est une urgence totale pour accélérer la transition écologique et sauver les agriculteurs européens.

Les eurodéputés engagés à pousser les mesures-miroirs

Le témoignage de Guillaume Perrot, éleveur en Bourgogne Franche-Comté et les deux heures de discussion entre les eurodéputés, la FNH, l’Institut Veblen et Interbev, ont porté leurs fruits : tous les 5 s’engagent à pousser des mesures-miroirs lors de la présidence française de l’UE et dans les textes qui seront votés prochainement notamment :

  • La stratégie déforestation importée, dont l’objectif est d’interdire les importations de denrées qui accentuent la déforestation dans des pays tiers (comme l’huile de palme…).
  • La directive sur l’utilisation durable des pesticides, qui vise à mettre en place l’objectif européen de -50% voté dans le Green Deal (Pacte Vert).

Par ailleurs, les eurodéputés Eric Andrieu, Sylvie Guillaume et Raphaël Glucksmann du groupe S&D ont rejoint les 5 eurodéputés déjà engagés, pour signer à nos côtés une tribune parue dans le Monde. Nous y soulignons l'importance de mettre en place cette protection essentielle pour les agriculteurs et l'environnement, que sont les mesures-miroirs.

« Les mesures-miroirs sont importantes pour deux choses : pour introduire plus de durabilité ailleurs qu’en Europe, tirer vers le haut d’autres pays sur les mêmes standards de l’Union européenne, qui elle est déjà très engagée. Aussi pour nos agriculteurs : il ne faudrait pas qu’ils se retrouvent en distorsion de concurrence face au reste du monde ». Anne Sander, eurodéputée groupe Parti populaire européen

« Aujourd’hui, avec les mesures-miroirs, nous avons des propositions bien construites, intéressantes techniquement et juridiquement, qui permettront de progresser. » Arnaud Danjean, eurodéputé groupe Parti populaire européen

« Le président de la République et le ministre de l’Agriculture en ont pris l’engagement. On va faire en sorte de leur rappeler cet engagement pour que ces mesures-miroirs avancent pendant la présidence française de l’Union européenne qui commence début janvier 2022. » Benoît Biteau, eurodéputé groupe Les Verts

« On voit qu’il y a une communion à l’échelle française, maintenant nous devons convaincre à l’échelle européenne et trouver les voies et les moyens pour faire en sorte que ce positionnement-là devienne celui de toute l’Union européenne. » Marie-Pierre Vedrenne, eurodéputée groupe Renew

« On vient de renégocier une réforme de la PAC pour l’agriculture européenne de prochaines années et cela paraît donc important, au vue des règles que nous avons remises en place, de faire en sorte que ce qui sera fait par les agriculteurs européens ne soit pas pénalisé par une production agricole venant d’autres pays. » Jérémy Decerle, eurodéputé groupe Renew

Des avancées majeures depuis la publication de notre rapport

  • Emmanuel Macron s’est engagé à faire des mesures-miroirs une priorité pour la présidence française de l’UE, lors de l’ouverture du Congrès Mondial de la Nature organisé à Marseille :

Notre politique commerciale doit porter des clauses miroirs sur le plan climatique et sur le plan de la biodiversité. Cela, c'est ce que je veux que la présidence française, aux côtés de nos partenaires avec la Commission, puisse porter. Nous devons réinventer nos politiques commerciales pour qu'elles soient cohérentes avec nos politiques climatiques, avec nos politiques de biodiversité. C'est une nécessité.

Emmanuel Macron

  • Clément Beaune, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères a pris plusieurs engagements par rapport à la politique commerciale européenne, lors du talk organisé par le Think Tank FNH le 7 juillet dernier. Par exemple : l’application de mesures-miroirs basée sur l’ensemble des méthodes de production ou la fin des importations de viande issus de bovins traités avec des antibiotiques activateurs de croissance.
[Replay] Débat : Comment garantir un avenir aux agriculteurs tout en protégeant l'environnement ?
  • Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, s'est engagé dans une tribune, parue dans le Figaro le 3 octobre dernier, cosignée avec son homologue espagnole et autrichienne à réformer la politique commerciale européenne, notamment en instaurant des mesures-miroirs.
  • Janusz Wojciechowski, Commissaire européen à l'Agriculture, a lancé un rapport pour étudier la faisabilité d’appliquer des mesures miroirs sur les sujets sanitaires, environnementaux et de bien-être animal aux produits importés qu’il rendra en juin 2022.
Tweet-janusz-wojciechowski

Pour approfondir le sujet

Comment aider la biodiversité au printemps ?
Quels bons gestes pour sauvegarder les papillons ?
Tutoriel : Faire une boule de graisse pour les oiseaux